Comme je viens de répondre à notre amies escapade40 du Sud-Ouest, à son dernier commentaire, sous ma dernière parution de mes textes écrits de façon poétique le 7 Mai dernier... commentaire super sympa au sujet de mes créations poétiques et mes croquis, que je colore avec des aquarelles... je précise au passage, encore une fois, que ce n'est pas du tout des aquarelles habituelles, mais une méthode peu orthodoxe de l'ami Gilbert, pour donner des couleurs à ses croquis... il n'y a aucuns interdits à cela ! du moins  je l'espère... j'ai donc répondu à escapade40 : que je n'avais pas tant de mérite que cela, car  le parcours curieux de ma jeunesse, des deux côtés de la Méditerranée, m'a peut-être ouvert très vite les yeux sur ces deux Mondes culturels très différents, où j'ai vécu :  4 ans... je quitte ma mère et la laisse à Tlemcen où elle vivait, pas de mon plein gré, et surtout à mon insu... suite au divorce de mes parents, en ce temps-là, les juges ne faisaient pas de cadeau aux femmes... Dieu Merci ! les temps ont changés, et je suis mon paternel, muté d'abord 1 an à Grombalia en Tunisie, 40 km au Sud-Est de Tunis, puis 2 ans à Hammamet, au bord de la Méditerranée... puis, on rejoint la Métropole en Anjou, 2 ans à Martigné-Briand et 4 ans à La Daguenière, 12 km au Sud d'Angers, au bord de la Loire et sa douceur angevine, et, retour de l'ami Gilbert vers sa mère à Tlemcen en Juin 1955... pour enfin être viré de l'Algérie définitivement, avec nos valises en carton , en Juin 1962 ! Sic !Comme le dit si bien le proverbe : les Voyages forment la jeunesse, avec une multitude de souvenirs gravés en tête à tout jamais... un vrai pigeon voyageur ! et il se trouve qu'au retour en Agérie, vers mes 13 ans... mon beau-père, que je remercie vivement au passage, paix à son âme, m'avait fait découvrir, tel qu'un vrai père aurait dû le faire, la passion de la poésie, du dessin et de la musique classique...ainsi que le Jazz... et, même si j'ai laissé tomber tout ça, en me mettant au boulot et en ménage... il y a toujours des beaux restes, que de ce que l'on a appris dans sa jeunesse... d'autant plus que toute ma vie, j'ai toujours aimé ce côté artistique de la vie avec un peu de romantisme...

 Aujourd'hui, je fais paraître un nouveau croquis, suite à une nouvelle balade en haut du Sampzon, avec ma deuxième soeur née à Angers... qui habite dans la Vallée du Rhône, juste en face de Ruoms... et en prenant pour la seconde fois, une photo d'un Gîte en location tout au bout du hameau de Sampzon, à quelques dizaines de mètres juste au-dessus des gorges de l'Ardèche, un petit endroit de toute beauté et très bucolique, avec un panorama à couper le souffle ! : Gîte le Mazet - 2 épis - Tel 04 75 36 46 43 - La Lauze 07 120 - Sampzon - capacité 2 pers - 1 chambre - 45 m2 - Animaux autorisés (gratuits) - pas d'internet - à partir de 220 € la semaine...

 Et, pour faire plaisir à quelques-unes de mes amies... je vais faire paraître toute l'évolution de ce croquis qui m'a pris un certain temps, car au Printemps, il y a tant de choses à faire...et comme d'habitude, je n'ai peut-être pas choisi la facilité... et, pour finir, pendant que je dessinais...mon épouse à trouvé que les canis dans le croquis n'étaient pas terrible ! Alors, j'ai tout simplement imaginé et inventé une glycine poussant le long de la barrière...et pris, comme dab... un peu de liberté pour certains détails ! Peut-être que la glycine donnera l'envie d'en mettre, à ses propriétaires ? lol !

P1050397 [1024x768]

104021684_o[1]

On aperçoit bien au loin la vue magnifique sur l'Ardèche du Sud... la petite maison...dans la prairie... est super bien placée et la dernière du pays... le chemin à gauche arrive à une cinquantaine de mètres au-dessus des falaises qui surplombent l'Ardèche... où la vue est aussi, à couper le souffle ! De là, on voyait notre Camping au bas !

P1040113 [1024x768]

P1040114 [1024x768]

Tout d'abord, j'ai posé le toit de la maisonnette bien cadrée... toujours la même méthode... en prenant des mesures avec une règle transparente très plate, en plastique... en faisant très attention de ne pas toucher l'écran de mon portable internet... lorsque la photo paraît sur l'écran... je l'augmente de façon à ce qu'elle occupe bien tout l'écran dans sa largeur... la hauteur...n'a pas d'importance...en traçant un trait au-dessus du ciel... que l'on peut augmenter jusqu'à bien occuper toute la surface de l'écran. C'est à partir du trait au crayon au-dessus, que l'on prend ses mesures pour la hauteur et mettre un point au fait du toit ! et, sur la droite de l'écran...en largeur !

P1040115 [1024x768]

P1040117 [1024x768]

Ensuite... il s'agit de faire toute la maisonnette et les arbres... j'ai dans la foulée mis en place la barrière...

P1050287 [1024x768]

Là, j'ai pratiquement fini mon croquis...et en faisant paraître cette photo... je m'aperçois avoir oublié la chaise... cachée ensuite par le coloriage de la haie ! tant pis pour elle !

P1050315 [1024x768]

J'attaque la couleur toujours par le haut, le ciel et les plans qui sont derrière les premiers sujets que l'on a devant... petite recommendation : mettez une feuille de papier blanc pour poser votre main... car à force, avec le crayon de papier, vous noircissez votre dessin autrement ! Le plus dur à ce stade, a été d'inventer la glycine s'enroulant après la barrière... je me demandais bien comment j'allais m'en sortir ! Il y a mieux... mais faut avoir fait les Beaux Arts ! et, c'est plus cher ! JMM !

P1050395 [1024x768]

Là ! On a déjà pas mal avancé... reste plus que la finition du chemin et des arbustes sur le côté gauche!

P1050401 [1024x768]

Et voilà le travail... une fois encadré... prêt à aller dans une Galerie ! Hihihi ! c'est ma fille aînée qui m'a dit ça ! Ouf ! j'en ai bavé quand même avec la glycine ! Quelle idée ?

Bien ! c'est pas le tout... quelques photos de cette petite rando cette année, avec un temps très sombre et menaçant... on a eu quelques gouttes juste en haut... et vous remarquerez que certaines de mes photos ont une drôle de couleur... j'ai dû sans faire exprès tourner la petite manette au-dessus de l'appareil...d'ailleurs je trouve qu'elle n'est pas pratique...car elle est très sensible ! Je vais mettre que quelques photos, ce soir je crée un album pour mettre l'ensemble de cette petite balade...

P1040830 [1024x768]

P1040835 [1024x768]

P1040839 [1024x768]

P1040840 [1024x768]

Au départ, tout allait bien...et en montant ça c'est gâté... je devais être sur la position de la petite palette de peinture...

P1040844 [1024x768]

P1040847 [1024x768]

Ma frangine qui tenait absolument à être prise devant un petit tapis de fleurs bleues ! eh ben tant pis... c'est loupé ! les fleurettes sont pâlichonnes !

P1040860 [1024x768]

P1040865 [1024x768]

P1040875 [1024x768]

P1040918 [1024x768]

Allez les jeunes... on est bientôt arrivé... c'est tout là-haut ! Courage ! Tiens ! un fauve qui sort de la jungle ! Au bord de la falaise !

                                          --------------------

                                          Paysages

                                           L'étang !

            Il dort au fond des bois, dans le pays de Gaule.

         Son sein est immobile et ses bords sont déserts.

             Les joncs ont envahi l'étang calme et pervers

       Frissonnant sous les vents comme une fine épaule.

                  Un rêve indéfini l'habite et le soumet.

        Des rideaux de roseaux voilent son eau verdâtre ;

          Dans les lunaires nuits, un esprit vient s'abattre

                Sur sa face endormie au sourire muet.

        Les Automnes rougis, fleuris de chrysanthèmes,

          Posent sur le bois vert leur baiser qui détruit ;

       Crépuscule annonçant l'hiver, ils ont, sans bruit,

         Arraché le feuillage aux arbres nus et blêmes.

           Et, morte, chaque feuille a volé sur l'étang,

          Chaque feuille teintée avec l'or et la rouille,

       Parure des chemins creux que l'averse mouille,

            Elles ont fait à l'onde un visage de sang.

      Parmi les jonc pointus, entre les roseaux frêles,

             De l'étang aperçu, la sinistre couleur,

         Met au fond du passant la soudaine pâleur

    Qu'ont les vieilles, le soir, en entendant des ailes

    De stryges, de kobolds battre les murs croulants

   Du castel où vécut l'enchanteur aux yeux d'ambre

  Dont le nom prononcé dans les nuits de décembre

       Fait tressaillir d'effroi même les revenants !

                                   ----------

Écrit en Algérie par l'algérienne Magali Boisnard vers 1900 !

-------------------------------------------------------------------------