02 août 2017

Les écrits poétiques de l'Ami Gilbert d'Ahuy -- X --

 Nous voilà déjà à la dixième parution de tous mes écrits poétiques...on va y arriver, jusqu'au bout....! Non mais ! Et, avant de m'y remettre... je pense que ceux et celles qui me suivent depuis un certain temps, et surtout depuis le début de ces parutions spéciales de mes petites poésies à quatre sous... se sont rendus compte, que je n'ai jamais le même thème sur mes différents écrits... ça passe du coq à l'âne... en passant chez la belette et sa copine la fouine... c'est selon l'inspiration de mes moments forts de ma vie ! et selon les saisons et les circonstances...cela serait très difficile de me classifier dans des thèmes vraiment très  précis ! Je n'y tiens pas d'ailleurs !  Parce que je ne suis pas du tout un vrai poète... loin de moi cette pensée... je n'ai pas les moyens nécessaires intellectuellement pour le devenir, je ne le fais que pour mon plaisir...et c'est devenu un jeu, une passion comme une autre...   Il m'aurait fallu beaucoup plus d'études dans ma jeunesse... chance que je n'ai pas eue, suite à des circonstances spéciales, dues au divorce de mes parents, quand j'étais très jeune, et, du métier de mon père... qui lui, était muté d'un coin à un autre de la planète, presque tous les 2 ou 3 ans, des deux côtés de la Méditerranée ! Nous avions 3 malles en bois, cerclées de fer... qui ont suivi les divers déménagements successifs... sans être jamais ouvertes ! Elles l'ont été enfin, ouvertes, quand mon père c'est définitivement installé à La Daguenière, dans la douceur angevine... à quelques mètres de notre si belle Loire... pour enfin, y vivre sa retraite ! Et, c'est là que, 3 ans après... je suis retourné rejoindre ma mère, restée à Tlemcen en Algérie, pour que 7 ans plus tard... faire nos valises en carton, pour revenir en Métropole ! Allez donc avoir des études sérieuses avec tous ces déménagements successifs ! souvent, en période scolaire ! Bon ! ça ne m'a pas empêché de vivre une jeunesse très passionnante... que je ne regrette surtout pas ! car j'ai vu tant de beaux pays et vécu tant de beaux souvenirs, que je ne regrette rien... et  ensuite, dès que je suis devenu adulte, de gagner ma vie, comme la majorité des français moyens ! Sans plus...ni moins !

                           Ami Gilbert d'Ahuy.

                               -------------------

P1180328 [800x600]

 L'amigo Gilberto, facile à reconnaître...le seul français...et une coquille au chapeau ! avec un groupe d'amis pèlerins : espagnols, américains et hollandais... sur le Chemin de la Plata, à la superbe Auberge de Cea... là, où se trouvait le meilleur pain de toute l'Espagne en 2006... il y avait d'ailleurs une fête du pain très célèbre chaque année... depuis, je ne sais pas si ce fameux boulanger exerce toujours son beau métier ! j'ai côtoyé ce groupe pendant la dernière quinzaine de jours de ce voyage de 40 jours, de Séville à Santiago... sans avoir jamais marché avec aucuns d'entre-eux. On se retrouvait ça et là, au hasard des étapes ! avec toujours autant de plaisir ! C'est ça aussi les Chemins de Compostelle : les belles rencontres humaines !

 Le couple de hollandais : Théo et Tina Classen... les espagnols : Isabel, Pepe, Augustinio et Celestino ... l'américain du Michigan : James Champion ( Professeur d'espagnol ) avec le maillot vert. Et votre ami dévoué, avec sa barbe fleurie et son sombrero negro !

                                     -----------

 

37 )              On est riche que de ces amis !

 

   À quoi peuvent nous servir tous les trésors du Monde ?

         Si tout au fond du coeur, solitude est profonde !

            D'une vraie amitié, ainsi nôtre âme s'inonde,

           Et toute notre vie deviendrait moins faconde...

               Qu'un seul et vrai ami ou amie véritable,

          Nous aide bien à vivre de façon plus aimable,

           Une grande amitié, ne peut être qu'adorable...

   Qui de notre main ouverte...s'écoule comme du sable !

        On devient vite heureux, que de ses vrais amis,

    Ce qui est bien propice, comme beaux rivages amis,

     Quoi de plus douces choses, que voir visages amis ?

           Que le plus beau trésor, ne vaut de vrais amis.

                 Une grande amitié est pour cela si rare ;

          Mais j'y crois fermement et souvent le déclare ;

          C'est parfois un miracle, dans notre vie, si rare,

   Qui nous manque des fois , dans ce monde si barbare

        L'ami est chose précieuse, il n'y a rien de mieux ;

 Toutes richesses ici bas ne comptent plus une fois vieux ;

      L'amitié chez les hommes est un cadeau des Dieux,

       Qu'on se doit d'apprécier, avant de voir les cieux !

   Les rencontres éphémères sur de très longs chemins,

           Amitiés passagères qui restent inoubliables,

     Dans de courtes soirées, très souvent mémorables,

             Autour d'une tablée entre amis pèlerins.

                                           ----------

Écrit en partie sur le Camino de la Plata en Juin 2006

                  Et finalisé à Ahuy le 20 Février 2011

                                Ami Gilbert d'Ahuy.

                                     --------------------

P1180333 [800x600]

 Photo prise par Celestino, il me semble me souvenir... qu'il m'a fait parvenir à mon domicile deux mois plus tard ! Eso es el peregrino Gilberto, le métèque aventurier ! qui aurait pu jouer dans le Bon, la Brute et le Méchant ! à vous de choisir... la petite croix collée sur mon chapeau, est la croix des templiers !

                                    ----------

 

38 )              Les Pèlerins de Vézelay,

 

       Deux amis pèlerins quittent Vézelay la belle...

 Ensemble sur le Chemin, sifflent une vieille ritournelle,

       Le gros sac sur le dos, la coquille balancelle...

Heureux ces deux compères, manque juste un violoncelle !

        La Voie de Vézelay, celle d'Aymery Picard,

  Chanoine de Parthenay, pour Jacques fût un flambeau,

     Tout au coeur de la France, un véritable joyau,

       File vers les Pyrénées tel un grand étendard !

      L'un des joyeux amis, clame de belles poésies,

        L'autre écoute en silence, écartant les orties,

    Dans ces chemins étroits, ne sont pas des amies ;

    Les rimes cadencent leurs pas, ici sont embellies...

   Les vers d'Arthur Rimbaud et de Charles Baudelaire,

La belle " Marche à l'Amour ", tout est dit pour leur plaire ;

           De Pablo Neruda, on ne peut que se taire !

Les "Pâques" de Blaise Cendrars, rien ne peut les distraire.

         Allongés sur le sol sous un doux bruissement,

         Dans le coeur d'une forêt, caressée par le vent...

        Leurs pensées s'envolent, en haut du firmament,

    Dans un beau jour d'été, passent leurs vies lentement...

      Dans ces campagnes profondes, règne la sérénité,

            Nos amis pèlerins, au coeur d'un doux été,

     Avancent vers Compostelle, loin comme l'éternité,

            Tout au bout de l'Espagne, à la fin de l'été...

                                        ----------

           Écrite en partie sur le Chemin de Vézelay...

              Et terminée à Ahuy le 28 Août 2012.

Je dédie cette poésie à mon ami pèlerin Michel d'Auzon Roch...

    Que j'ai accompagné 3 jours depuis Vézelay jusqu'à la

Charité-sur-Loire,où là,  il a continué son Chemin, et moi, je

     suis revenu à pied jusqu'à Vézelay...faute de moyen de

          Transport...très, très rare dans cette Région !

                              Ami Gilbert d'Ahuy.

                                  --------------------

P1080402

 Lors de la 2ème étape... à l'abri au pied d'un arbre et au bord d'un petit cours d'eau,

                notre pause repas et sieste... l'ami Michel et moi !

                                          --------------------

 

39 )                            Pèlerins sous la neige...

 

           En traversant l'Aubrac et ses austères contrées,

       Sous des bourrasques d'enfer se plient les pèlerins,

       Avançant vers Compostelle, au son des tambourins,

       Marchant inlassablement, avec leurs têtes baissées...

    Dans ce temps floconneux d'un pur blanc merveilleux,

  Qu'ils sont beaux ces flocons...des milliards d'hexagones,

         Des filaments de glace se forment en polygones,

    Souffrant d'horribles gelures, et pourtant, sont heureux...

  Glacent leurs visages transis, comme d'horribles morsures,

   La neige couvre leurs chapeaux ornés de belles coquilles,

       Ainsi que leurs bourdons et leurs vieilles espadrilles ;

        Le vent venant du Nord, transperce leurs fourrures !

    Vides sont leurs escarcelles, trop lourdes leurs besaces,

       Leurs pauvres ventres creux, qui rêvent d'un aligot,

             À la prochaine étape, devant un bon gigot,

      Avancent sans réfléchir, dans ces immenses espaces.

        Quand surgit du néant, le cri des loups horribles,

    Tous prêts à en découdre, avec leurs grands bourdons,

        Toujours marcher devant, sans aucuns abandons.

  Dans leurs yeux pleins d'effrois, ils deviennent irascibles !

          Tous ces preux pèlerins, depuis le moyen-âge,

             Aymery et Guillaume, Herman et Domingo,

             Adalard et Pétrique, Jacques et Domenico,

            Gomer et le Gilbert, en route pour Santiago...

        Partis sur ces chemins...pour devenir plus sages ;

       D'aller toujours plus oultre...dans leur cri : Ultreïa !

                Avec leur volonté d'avancer au delà !

                                         ----------

      Écrit à Ahuy le 17 Janvier 2013...un jour de neige !

                             Ami Gilbert d'Ahuy.

                                   --------------------

P1170010 [800x600]

 Là c'était en Avril 2001... juste après Firminy, dans les gorges de la Loire... sous un pont de chemin de fer, où j'avais pu faire une pause... en me restaurant un peu. J'ai eu plusieurs journées de neiges lors de ce premier périple vers Compostelle...on peut très bien imaginer ces pauvres pèlerins du moyen-âge, sous ces chutes de neige... avec les bandes de loups dans l'Aubrac...et les bandits de grands chemins... Fallait vraiment beaucoup de courage en ce temps-là, pour partir dans cette folle Aventure !

P1170030 [800x600]

 Dans le passage d'un Col non loin de l'Aubrac, vers le 18 Avril 2001... j'en ai franchement bavé au beau milieu de ce chemin... et impossible de passer dans la forêt, c'était trop fouillis ! et près de 10 cm de neige ! Je n'ai pas entendu le cri de la bête du Gévaudan ! Ouf !

                                  --------------------

 

                   40 ) Les Mystères de l'Univers.

 

Juste avant l'aube blafarde, quand tous les Astres scintillent

                           D'un éclat flamboyant,

  Dans l'immense Voûte céleste, mille petits feux grésillent,

                       Bouillonnement incessant.

  Comme une horloge sans fin...d'un mystère galactique...

                 Tournant dans l'immense néant,

       D'innombrables Galaxies, Univers élastique...

                       Dans ce Cosmos géant !

             D'un tourbillonnement de l'infini petit,

                        À l'infiniment grand,

 L'Espace Interstellaire, comme une bulle qui grandit...

               D'un grand souffle surpuissant !

     Devant l'amas d'étoiles de notre Voie Lactée,

                     D'un système délirant...

       Je me sens si petit d'une vison extasiée,

                  Pris d'un vertige dément !

        Écrasé par ce vide de l'Espace Sidéral,

                      Qu'un effroi angoissant

 Me prend aux creux du ventre par ce vide colossal,

                     De ce Monde fascinant !

  Dans ce plafond d'étoiles, j'observe l'Etoile Polaire,

                Comme un grand phare géant...

    Question universelle, depuis la nuit des temps...

                      D'un mystère effarant,

Que tous les êtres humains se posent depuis longtemps...

                   D'un grand vide affolant !

   Que sommes-nous ici-bas, sur cette petite boule ?

                  Dans ce Monde étonnant !

 D'infimes petites poussières perdues dans une foule,

                    Priant un Tout Puissant,

  Pour avoir une réponse, que nous n'aurons jamais !

                   Dans ce vide qui s'étend...

     Dans cette heure matinale, alors que je rêvais...

                 Dans ma tête un beau chant...

                     Mystères de l'Univers...

                  Que je vis dans ces vers !

                                    -----

Commencé lors d'un bivouac au clair de lune, après

                le Cébreros...en Juin 2009. 

         Et finalisé à Ahuy le 10 Janvier 2013

                      Ami Gilbert d'Ahuy.

                           --------------------

P1060121 [800x600]

 Bivouac au clair de lune...au-dessus de Cebreros... vers 1200 mètres... peu de temps après Tolède, sur le Chemin du Levant,  avec aucunes lumières à des kilomètres à la ronde... quand la lune s'est couchée... juste avant l'aube blafarde, j'étais illuminé par des myriades d'étoiles, qui pour la plupart scintillaient, parfois avec plusieurs couleurs ! Ce vide sidéral, m'impressionnait énormément, vers les 4h du matin...ma nuit de sommeil était terminée ! J'avais repris le chemin vers 5 h du matin ! Ce sont des moments que peu de pèlerins actuels vivent... car bivouaquer seul, en pleine nature... impressionne énormément de gens ! surtout en plein coeur de l'Espagne... où l'on risque absolument rien ! La tente est interdite, ainsi que tous feux...en Espagne ! vous risquez de fortes amendes ! Par contre, coucher à même le sol dans un sac de couchage...sans faire aucun feu... ils ne peuvent pas vous l'interdire !

                               --------------------

       Une petite comptine dans la cour de récréation :

 

   42)                   Une petite souris grise,

 

               Qui mange une très bonne cerise...

                   Qui rit quand elle se déguise,

              Un peu moins, quand elle est prise !

          Am, stram, gram, pic et pic et colégram...

                    Rêve un jour d'aller à Pise...

                 C'est notre gentille amie Lise ;

               Quand la pluie arrive...elle frise !

          Am, stram, gram, pic et pic et colégram...

                 Souvent elle fait des bêtises...

                Mais, trop gentille et exquise,

                On lui pardonne ses sottises !

                Même si elle fait qu'à sa guise,

                   Elle mérite une friandise !

          Am, stram, gram, pic et pic et colégram...

          C'est toi qui seras la petite souris grise !

                                     -----

              Écrit à Ahuy le 5 et 6 Mars 2015

                        Ami Gilbert d'Ahuy.

                            --------------------

P1060132 [800x600]

P1060116 [800x600]

  Après une courte nuit à la belle étoile...on est heureux de revoir le soleil...

                                  Même si ça va chauffer !

--------------------------------------------------------------------------

Posté par AmiGilbertAhuy à 23:21 - Commentaires [37] - Permalien [#]