On arrive bientôt à la fin de ces parutions de mes écrits poétiques... encore 2 post et on sera enfin à la fin ! Pour ceux qui n'ont pas vu les premières parutions... je redonne l'explication de cette Série de publications :

Tout simplement, qu'au fur et à mesure de mes écrits... je les ai rangés dans diverses classeurs et dans un désordre total ! Du coup, pour m'obliger à tout ranger dans l'ordre des dates d'écrits et, éventuellement pour les revoir un peu mieux et les corriger, ou en ajoutant parfois une ou deux strophes. J'ai trouvé cette solution, en créant cette Série de parutions en 14 post ! Soit, à ce jour...67 écrits retrouvés ! De cette façon, une fois que tout sera publié, je pourrai ainsi les photocopier en 3 exemplaires...qui sera un petit cadeau  à mes 3 petits-fils pour Noël prochain ! Un souvenir de leur cher vieux papy ! et, il y aura, peut-être ? au moins un... qui se lancera dans la Poésie ! cela me ferait bien plaisir...

                                                                  ----------

chemin du levant 068 [800x600]

Chemin du Levant...peu après le départ de Valencia.

----------

 

Ô toi joli coquelicot !

 

54 )    Ô toi coquelicot, vulgaire petit pavot,

Qui éclate au soleil et tranche dans le ciel bleu ;

Rouge sang au pluriel, au coeur d'un arc-en-ciel,

Ô toi coquelicot, tu es d'un rouge sanglot !

Le long d'un beau chemin, tu danses comme un refrain,

Au gré d'une petite brise tu balances à ta guise ;

Près d'une jolie église, d'une beauté si exquise,

Une belle journée de Juin, tu enchantes les humains.

Ô toi coquelicot, tu es luminescent,

Au moindre petit rayon d'un soleil éclatant,

Tout comme un lumignon arrivant au Levant,

Ô toi coquelicot, tu es phosphorescent.

Au coeur ta tâche noire dans ce rouge on peut voir.

En groupe tu fais merveille ou même dans une corbeille.

En quittant mon sommeil, ta beauté m'ensoleille,

Sur ces Chemins de gloire, tu reste dans ma mémoire...

Ô toi coquelicot, tu es l'ardeur fragile,

Qui veut sa liberté, quand on le laisse planté !

Car une fois arraché, tu perds toute beauté,

Ô toi coquelicot, jolie fleur si gracile.

Dans mes petites pauses, j'imaginais des proses,

Superbe coquelicot, je n'avais plus de mots,

Je me traitais de sot, pour ce petit pavot,

Dans des visions grandioses, quelles merveilleuses choses !

Ô toi coquelicot, grand ami du poète,

Tes couleurs indécentes, belles lumières si violentes,

De rouges si insolentes qui illuminent les sentes,

Ô toi coquelicot, Renoir le coeur en fête !

Dans les champs tu partages avec l'ami bleuet,

Vos couleurs se complètent pour de beaux paysages,

Dans des herbes se reflètent ces gentils voisinages,

Deux fleurs dites sauvages dans un accord secret !

----------

Écrit le 30 et 31 Juillet 2015, revu et corrigé le

14 Novembre 2016

Ami Gilbert d'Ahuy

--------------------

chemin du levant 085 [800x600]

----------

DSC05760 pont chinou

Photo qui m'a été offerte par notre amie Chinou, que je remercie encore, au passage.

----------

 

55)    Ponts et passerelles, chemins d'espérances.

 

Les ponts et passerelles ne peuvent être que l'espoir,

D'un passage en avant pour rejoindre d'autres rives,

Franchissant les obstacles évitant les dérives,

Afin d'avoir envie, de passer le miroir.

Qu'ils soient des ponts à poutres, ou bien des ponts voûtés,

Superbes ponts en arc, d'une époque très ancienne,

Ou des ponts suspendus, d'une main magicienne,

Ou des ponts haubannés, de magnifiques beautés !

Venant d'une passerelle, des ponts nous franchirons,

Notre enfance passera, pour atteindre d'autres berges,

Un long fleuve peu tranquille, de foyers en auberges,

Pour monter une échelle, la vie nous aimerons !

Du pont de Tancarville à celui de Millau,

Dont l'audace inouïe, pour l'homme un grand défi,

Il lui faut être hardi, notre regard est réjoui,

On ne peut qu'être ravi, tant cela est si beau !

Après une courte enfance, l'âge adulte vient trop vite,

De ponts et passerelles que nous emprunterons,

Pour atteindre la vieillesse...ainsi nous passerons.

Pour le dernier chemin, la sagesse nous invite...

----------

Écrit à Ahuy le 24 Février 2016

Ami Gilbert d'Ahuy

--------------------

 

P1020872 [1024x768]

-------------------- 

P1030422 [1024x768]

--------------------

Les Phares, ou lumières dans la nuit !

 

Au milieu de la brume, une toute petite lumière,

Qui est fixe ou clignote, l'horizon elle balaie,

Dans cette purée de pois, ce brouillard est une plaie,

Il ne laisse rien filtrer, comme une terrible barrière.

Alors la corne de brume résonne dans le lointain,

Pour guider les bateaux, les mener à bon port.

Ces sons nous glacent le sang, ils annoncent la mort,

Le long des côtes rocheuses, sur des fonds incertains.

Mais dans les temps plus clairs, quand les étoiles luisent,

Dans des mers déchaînées, ces lumières sont l'espoir

Qui les guident dans la nuit, les aident à se mouvoir,

Elles arrivent des beaux phares, jamais elles ne s'épuisent...

Ô tours majestueuses aux foyers lumineux,

Établies sur les côtes ou récifs dangereux ;

Combien de Capitaines et marins valeureux,

Bénissent ces tours d'ivoire construites rien que pour eux !

Tels des piliers géants face aux grands Océans,

Comme de preux chevaliers, ils affrontent les combats

Contre les vagues immenses, se brisent en mille éclats,

Des lames scintillantes où volent les goélands...

Phare de Sostrate de Cnide mis dans l'île de Paros,

Au port d'Alexandrie, c'est l'une des sept merveilles,

Homère en a parlé dans les légendes si vieilles,

Contées dans les chaumières de cette île de Kéros...

Depuis l'Antiquité sur les côtes escarpées,

Ont sauvé tant de vies et sont souvent bénis,

Ces phares subissent tempêtes et les intempéries,

Des éloges ils ont droit...de belles proses méritées.

Devenu un symbole de l'attente d'un espoir,

En tenant la barre droite d'un cap à maintenir,

Pour arriver au but dans un proche avenir,

Qu'un rêve se réalise, à la fin d'un beau soir.

----------

Écrit à Ahuy le 12 Décembre 2016

Ami Gilbert d'Ahuy

--------------------

 

P1020801 [1024x768]

-------------------- 

P1020909 [1024x768]

--------------------

56 )  Féeries de Noël !

 

Voilà le jour de Noël,

Arrive la fin de l'Année,

En ce jour coutume est née,

L'espoir devient éternel.

Une naissance est attendue,

Dans une grotte sur de la paille,

Une belle étoile la signale,

Au fond d'une voûte étendue...

Et Joseph annoncera

Que Jésus est né enfin,

À l'aurore d'un beau matin,

Marie le berce dans ses bras.

C'est la magie de Noël

Quand scintillent toutes ces lumières,

Près du feu dans les chaumières,

Un grand bonheur réel.

Que ce jour soit une fête,

De belles lumières et chaleurs,

Nous apporte que des bonheurs,

Et que la Paix soit complète !

Dans le Nord et sa blancheur,

Le Père-Noël tout en rouge,

Prépare sa hotte et se bouge

Pour apporter du bonheur.

Devant la grande cheminée,

Sont alignés les chaussons,

On entend de belles chansons,

Un ballon et une poupée...

Laissez-leur de petites trêves,

Leurs vies à peine commencées,

Dans toutes ces fins d'Années,

Se réalisent leurs beaux rêves...

----------

Écrit à Ahuy le 20 Décembre 2016

Ami Gilbert d'Ahuy

----------

 

P1030042 [1024x768]

 

----------------------------------------