17 mars 2017

Les écrits poétiques de l'Ami Gilbert d'Ahuy - II -

 À l'attention de mes lecteurs et lectrices habituelles, c'est la 2ème parution de mes écrits de façon poétique... et aussi aux nouveaux lecteurs ou lectrices... cette série va s'alterner un certain temps avec mes parutions habituelles de balades, vacances, tourisme, voyages et autres... c'est pour un besoin personnel, et surtout pour m'obliger enfin, à ranger tous ces écrits sur des feuilles volantes que j'ai classées par ordre de dates d'écrits... puis, de là, je les rentrerai dans un dossier de mes catégories, où là, il me sera plus facile de les imprimer.

D'autre part, pour qu'il n'y ait pas de confusion dans ce que pourrait croire certains ou certaines en ce qui concerne mes écrits, je précise encore une fois, que je crée ces écrits selon mon inspiration, que je vais chercher dans mes souvenirs de belles visions que nous offre la Nature... parfois de certaines anecdotes vécues sur mes grands chemins... et de la lecture de romans que j'aurais aimés ou de films ou feuilletons qui m'auraient marqués. Donc, parfois, mes écrits sont de la "  pure fiction " et ne  concerne nullement ma vie privée. C'est  le privilège de ceux ou celles qui créent dans l'écriture et dans n'importe quelle autre passion artistique. Dans ce domaine, on a encore dans nos pays soi-disant démocratiques, cette liberté... à condition de toujours rester propre dans ce que l'on crée, en respectant la façon de vivre des autres et en respectant certaines limites à ne pas dépasser dans le respect d'autrui.

P1020138 [1024x768]

 J'accompagnerai mes écrits avec des photos de mon premier chemin vers Compostelle, ici, c'est la jolie petite église de Vergy à Reulle Vergy ( Village ** ) du XIIème et XIIIème Siècle, dans l'arrière Côte viticole de la Côte d'Or.

                         --------------------

Un jour de la mi-Mai 2009, un jour triste de mauvais temps gris et pluvieux... qui contre-disait le dicton célèbre : en Mai fait ce qu'il te plaît ! la pluie maussade venait s'écraser sur les vitres de mon bureau... alors, il m'est venu à l'esprit le fameux poème de l'un de mes plus grands maîtres en poésie, notre ami Paul Verlaine : Il pleure dans mon coeur -- comme il pleut sur la ville -- Quelle est cette langueur -- Qui pénètre mon coeur ? ...etc. Alors brusquement, pour tromper mon ennui, j'ai pris une feuille de papier et j'ai écrit ceci :

               5)     Il pleure dans mon coeur,

                       Il pleure dans mon coeur,

                     Comme une triste langueur,

                            Tombe douce pluie,

                            Sur cette courte vie...

                        Il pleure dans mon coeur,

                        À n'importe quelle heure,

                          Des larmes de regrets,

                          Qui sont mes secrets.

                        Il pleure dans mon coeur,

                          Des mots de rancoeur,

                          Sur d'anciens amours,

                          Qu'on oublie toujours...

                        Il pleure dans mon coeur,

                         Sur d'anciens bonheurs,

                                 J'ai tout oublié,

                            De mon vieux passé...

                         Il pleure dans mon coeur,

                           Pour un autre bonheur,

                              L'eau tombe du ciel,

                                A un goût de fiel.

                          Il pleure dans mon coeur,

                           Un jour de bonne heure,

                                La pluie du matin

                               N'arrête le pèlerin.

                                        ----------

                        Écrit à Ahuy le 15 Mai 2009

                             Ami Gilbert d'Ahuy

                                 --------------------

P1020144 [1024x768]

 Très charmant endroit bucolique pour faire ma petite pause repas, toujours à Reule Vergy, avant de poursuivre mon chemin...

 Et là aussi... je n'ai pas de jardin, mais, j'ai bien le droit de rêver ! :

               6)               Mon jardin fleuri,

          Dans mon jardin fleuri, la Reine est bien la rose,

          De sa robe élégante, c'est une bien belle chose ;

             Des parfums odorants des Lis et des Lilas,

         Des saveurs sucrées des Jacinthes et Mimosas.

              Aux distingués Glaïeuls et superbes Iris,

              De multiples Oeillets et très étranges Lis,

              J'effeuille la Marguerite sur les Myosotis,

                 Un bouquet de Lin avec du Volubilis.

Des Hélianthèmes communs et des très douces Pensées,

    De belles Nigelles près des mystérieuses Orchidées,

      Je coupe les Anémones, près des belles Giroflées,

      En cueillant des Tulipes et gracieuses Centaurées.

       Puis enivré de tant de grâces, j'écris une prose...

             Arnica ou Pétunia, rien ne vaut ma rose,

         Près des Ancolies et un Rhododendron rose,

         Dans mon beau jardin fleuri où je me repose...

          J'ai osé partir sur d'interminables chemins,

      Dans la Nature découvre de merveilleux jardins,

           En allant vers Santiago de Compostela,

            Vers la Cathédrale et Cabo de Fistera.

                                    ----------

                    Écrit à Ahuy le 20 Juin 2009

                         Ami Gilbert d'Ahuy

                                  ----------

Pour ceux ou celles que ça amuse... combien de fleurs dans ces 20 vers ? Il fallait le faire !

                           --------------------

P1020150 [1024x768]

 Là, à la fin de ma première étape, je suis accueilli chez un ancien collègue et ami, aujourd'hui disparu, dans le beau village de Bévy. Merci l'ami Georges pour ton accueil si chaleureux !

         Et là, bien entendu, ce n'est que pure fiction :

             7)                   Nuit d'orage,

          L'air devient électrique et ça sent les orages,

             Un beau ciel étoilé avec peu de nuages ;

           Chaleur étouffante qui empêche de respirer,

            Pas un souffle d'air, ça nous fait transpirer.

      Déchaînements des passions et orages de la vie,

       Avec des mots violents qui déferlent de ma mie,

   Dans nos esprits confus, les neurones sont perdus,

     Et nos coeurs sont blessés, resteront très confus.

Quand l'atmosphère se charge et que l'orage qui gronde,

      De vilains nuages noirs, la nuit devient profonde,

       Des éclairs zèbrent le ciel, sont venus de l'enfer,

   Dans de sourds grondements, ils arrivent du Désert.

   Tout en moi se bouscule, dans ma tête bien perdue,

        De nos éclats violents, je passe tout en revue,

       Et pour trouver la paix, dans ce beau soir d'été,

          Faut calmer cet orage, pour revoir la gaieté...

                                     ----------

                 Écrit à Ahuy le 3 Juillet 2009

                          Ami Gilbert d'Ahuy

                              --------------------

P1020155 [1024x768]

 Arrivée vers le village de Chevannes avec son beau clocher bourguignon...

                           --------------------

  À la veille du 14 Juillet 2009, notre Fête Nationale : Liberté - Égalité - Fraternité ... qui est devenue notre devise de la République française... le mot Égalité, m'est venu en tête, en regardant une émission à la télévision sur le thème de l'égalité des sexes, des femmes battues et bafouées de par le Monde par des  maris violents et brutaux... du coup, ces quelques vers qui suivent m'ont été inspirés ce soi-là, alors, pourquoi ne pas les écrire :

              8 )             À vous les femmes,

         Vous les femmes qui avez le poids du Monde,

            L'humanité s'est faite grâce à vous toutes,

Quand les hommes rêvaient que prendre d'autres routes,

          Et qui ne pensaient qu'à vous rendre rondes...

                Votre féminité est égale aux roses ,

   Méfiez-vous bonshommes, qu'un jour ça ne gronde,

            Défilant partout dans les rues du Monde,

         Inspire les poètes pour leurs belles proses...

        Arrêtez Messieurs, ne sont pas vos bonnes,

             Un grand respect pour leur féminité ;

   Leur peau est si douce, leurs mains que beauté,

          Éclatent les orages et bientôt ça tonne !

    Leurs parures sont belles et en font des reines,

       Ne faisons pas leurs vies un affreux bagne,

       Louons la vie qui nous offre une compagne,

Sans les femmes...nous ne serions qu'âmes en peine !

                                      ----------

                  Écrit à Ahuy le 13 Juillet 2009

                            Ami Gilbert Ahuy

                                --------------------

P1020159 [1024x768]

-------------------------------------------------------------------------

Posté par AmiGilbertAhuy à 20:33 - Commentaires [28] - Permalien [#]