02 mai 2017

Retour en Ardèche du Sud... - XVI - Balade en haut du Sampzon Avril 2016( Fin ) et petites poésies anciennes écrites en AFN.

 Coucou chers amis et amies de mon blog... LeChemindesétoilesdel'AmiGilbert ... voilà le retour de l'ami Gilbert parmi vous ! Et oui, les vacances en Ardèche cette année sont terminées... tout à une fin... en attendant les prochaines...j'espère ! Car, malgré un temps un peu moins beau que d'habitude, nous commençons à vraiment aimer ce joli coin de l'Ardèche du Sud, dans le Camping de Grand'Terre tout près de Ruoms, route d'Alès, au près des gorges de l'ardèche et sous le piton de Sampzon, falaises appelées les chaînettes... et, comme d'habitude, grâce à mon épouse qui occupait  nos trois petits- fils :  piscine, vélos, fitness, accro-branches et autres... j'ai pu de temps en temps, à nouveau, m'évader quelques matins, pour aller très rapidement finir de découvrir cette merveilleuse Région de l'Ardèche et un peu du Gard, tout proche... Quelques balades : le Pont du Diable à l'Est d'Aubenas et bien entendu, le beau village de caractère de Thuets situé juste au-dessus, route du Puy-en-Velay, et plus au Sud-Ouest, les autres beaux villages de Barjac et de Monclus vers les gorges de la Cèze... et enfin, la cascade du Sautadet de la Cèze, sous La Roque-sur-Cèze. Et, en famille, deux petites randos : à la journée, avec repas tiré du sac, au Bois de Païolive, que vous verrez cette fois plus précisément... une montée à pied en haut du Sampzon, avec un temps assez couvert et menaçant... qui ont donné des clichés tout à fait différents qu'en Avril 2016... dont certaines, ont des couleurs très étranges... le curseur de mon appareil photo, le Lumix de Panasonic... devait être décalé d'un cran ! Ce sera l'objet de ma prochaine parution : Petite rando en haut du Sampzon, Avril 2017 ! Au sujet du temps, ne nous plaignons pas tout de même, en 9 jours de séjour, deux nuits de pluie et une journée de grisailles et nuages menaçants... le reste du temps, soleil et grande douceur... aux environs de 20° ! c'est déjà pas si mal au Mois d'Avril, où il ne faut pas se découvrir d'un fil !

104021756_o[1]

104021689_o[1]

104021753_o[1]

104021762_o[1]

 Nous avons constaté que la floraison de ce petit village était bien plus précoce l'an dernier, à la même époque... car, les iris et les cytises n'étaient même pas en fleurs cette année, à fin Avril ! étonnant tout de même... d'après les gens du pays, par manque de pluie certainement ! J'espère pour eux qu'il font le plein en ce moment, car c'est une bonne sécheresse qu'ils subissent en ce moment en Ardèche du Sud... certaines cascades d'ailleurs, sont quasiment sèches ! et le niveau de l'ardèche est très bas...

104021766_o[1]

  Pour ceux ou celles que ça intéresse... en agrandissant la photo, vous pourrez situer certains villages et certains Massifs sur cette vue de l'Ouest de l'Ardèche du Sud... vue de Sampzon.

104021779_o[1]

104021784_o[1]

104021796_o[1]

104021827_o[1]

 Bien sûr ! nous avions 1 an de moins sur cette photo... mes petits jeunes ont bien grandi... et moi, je fais l'inverse, je pense ! avec l'âge...on se tasse un peu, paraît-il !

104021843_o[1]

                         Pour le plaisir  un iris jaune !

                                 --------------------

 Poésies anciennes peu connues, écrites vers 1900 en AFN :

                                 Le Coquillage,

 

                        Le petit coquillage rose

                   Que parmi les rocs, un matin,

                      J'ai trouvé sur le sable fin

                   Et qui sur un coussin repose,

            En ses flancs aux splendeurs nacrées

                     Garde fidèle ses sanglots

                 Et le murmure des grands flots

                  Qui baisent les grèves dorées...

                  Nos âmes, que le noir chagrin

                   Martèle de son poing d'airain

                    Et par ses griffes tenaillées,

                 Conservent ainsi dans leur sein

                   L'écho douloureux et lointain

                 Des peines qu'on croit oubliées !

                                    ----------        Écrit par louis Rebon vers 1900 en Algérie.

                              --------------------

                              Cent à l'heure !

   À propos de la Course célèbre de Gordon-Ben Ett...

 

         Penché sur son volant, le chauffeur anxieux,

           Maîtrisant sa machine, interroge la route :

    Elle est unie et libre ; aucun troupeau n'y broute ;

    Nul chariot n'y passe ; elle est à lui ! Tant mieux !

            Il laisse alors partir son moteur furieux

        Qui détonne avec rage et, joyeux, il l'écoute,

     Il le pousse, il le presse, et se raidit, s'arc-boute,

               Lancé, précipité, follement radieux !

         Il va... tel un bolide emporté dans l'espace,

        Tel un aigle fondant sur sa victime, il passe.

           Alors, hypnotisé par un charme effarant.

        Il se croit immobile et voit, dans son ivresse,

     Et la route, et les champs, et les arbres, courant

         Sur lui, courant, courant, affolés de vitesse !

                                    ----------

          Écrit pas S. Monod vers 1900 au Maroc ?

-------------------------------------------------------------------------

Posté par AmiGilbertAhuy à 18:58 - Commentaires [42] - Permalien [#]