20 février 2017

Retour en Ardèche du Sud... - XI - Suite et fin de Petite balade dans le Bois de Païolive et Douce Musique d'Hélène G.

 Tout d'abord avant de commencer cette nouvelle parution... je voulais informer les visiteurs fidèles de mon blog... que j'allais commencer la parution intercalée avec mes parutions normales, avec l'ensemble de tous mes écrits de façon poétique depuis le début, poésie écrite le 11 Juin 2005 au Gîte de Borce, non loin du Col du Somport, lors de mon deuxième voyage sur le Chemin d'Arles et l'arrivée sur le Camino Aragonais...puis, je n'avais plus rien écrit les années suivantes... il m'a fallu attendre l'époque où j'ai commencé d'être hospitalier dans le Gîte d'accueil de pèlerins à Baziège, juste avant Toulouse, pour écrire le deuxième d'une très longue série, une soixantaine... c'était : La Charte de l'hospitalier écrit le 12 Avril 2009 à Baziège...  depuis, tous ces écrits se trouvant sur des feuilles volantes, mis en vrac  au milieu de classeurs et que je devais recopier sur de grands cahiers, le temps passe... et je n'arrive pas à m'y mettre... écrits que j'ai finalement retrouvés et classés ces jours-ci  depuis le premier en 2005 jusqu'à : Féerie de glace du 22 Janvier 2017... De cette façon, en faisant paraître 2 ou 3 à chaque fois, que je transporterai ensuite dans une rubrique ouverte dans mes Catégories... que je pourrai ensuite imprimer !

Mais " Attention "... à l'attention de mes fidèles lecteurs et lectrices... il ne vous sera pas necessaire de mettre des commentaires sous ces parutions...à moins que, ça ne vous démange trop... je ne fermerai donc pas les commentaires pour cela ! Car j'estime que chacun est libre de s'exprimer !

D'autre part... à la fin de cette parution, je vais reporter une petite poésie écrite par notre amie Hélène... qui est aussi une passionnée du dessin et de la peinture... en souvenir de son compagnon disparu. Cette petite poésie m'a beaucoup touchée... car je suis de ceux qui pensent que l'écriture peut nous aider à supporter les souffrance dues aux disparitions de nos proches et autres souffrances de la vie, et en fait, de rester en contact avec eux par la pensée au travers de ces écrits... Merci Hélène pour ton autorisation à la faire paraître chez moi !

                     -----------------------------------------------------

 En arrivant sur la Corniche... Restez toujours prudents, cela ne sert à rien de mettre sa vie en danger !

 Ce fameux Bois de Païolive qui se trouve à l'extrême Sud de l'Ardèche, se trouve au pied des Cévennes et aux limites du Gard et de la Lozère. Il se trouve tout près du village des Vans et qui s'étend sur les communes des Vans, de Banne et de Berrias-et-Casteljau. C'est une très curieuse forêt au milieu de très vieilles roches calcaires aux formes assez extraordinaires, qui nous paraissent un peu pétrifiées par un curieux enchanteur, comme Merlin... ou fées maléfiques , comme la Befana... ou gorgones, comme la Méduse etc... dans un monde de lutins, de nains ou elfes !

 Cette belle forêt de chênes blancs ou verts, s'étend sur une superficie de 16 km2... Ce Massif calcaire de Païolive aurait environ 150 millions d'années... ça laisse rêveur...avec nos vies si courtes ! Cet endroit était paraît-il recouvert par la mer, qui a formé ces étranges roches par sédimentation et courants marins provocant l'usure des roches calcaires... Le torrent de Chassezac par la suite et avec le temps, y a creusé ses gorges et labyrinthes, et l'érosion aérienne due à la neige et à la glace aurait creusé des failles appelées : Lappiaz ou Lapiaz. Ces érosions ont ainsi façonné de vastes vasques, rainures et cannelures dans ces roches calcaires...

  Les habitants de cette région l'ont appelé le bois des fados ou bois des fées. Ce Bois de Païolive fait bien entendu partie des plus grandes curiosités du département de l'Ardèche...en plus des grottes préhistoriques aux dessins fabuleux et de la fameuse grande Arche de Pont d'Arc. On peut donc parcourir assez facilement le tour de ce Bois en empruntant de nombreux sentiers comme celui de la Vierge, de la boucle du randonneur ou celui de la Corniche, où vous devez rester toujours vigilants et prudents, en évitant de trop vous approcher du vide...surtout pour faire un selfie... qui bien entendu, reste toujours un peu narcissique ! et enfin, aucuns feux n'y sont autorisés...ils y sont même interdits!  Lors de vos balades vous y verrez bien entendu, tout à l'entrée : l'ours et le lion s'embrassant... et dans le bois : l'éléphant, la colonne, le singe accroupi, plusieurs arches dans le labyrinthe, les fantômes, les colonnes alignées, les trois juges, les trois seigneurs et la grotte de la Vierge ! et pour finir, des vues formidables depuis la corniche au-dessus des gorges du Chassezac...

P1130587 [1024x768]

P1130588 [1024x768]

P1130590 [1024x768]

P1130591 [1024x768]

En arrivant vers la corniche...où l'on découvre des panorames superbes et sauvages...

P1130592 [1024x768]

P1130593 [1024x768]

P1130594 [1024x768]

P1130595 [1024x768]

Bien sûr... comment peut-on résister pour ne pas prendre ces cliché fleuris quand on est amoureux de la Nature ?

P1130596 [1024x768]

P1130597 [1024x768]

P1130598 [1024x768]

P1130599 [1024x768]

Vu la grandeur des personnes au bas dans la gorge...vous pouvez imaginer la hauteur de cette corniche !

P1130601 [1024x768]

P1130602 [1024x768]

P1130603 [1024x768]

P1130604 [1024x768]

Vu le peu de temps que j'avais pour faire cette balade... c'est au pas de charge que je suis revenu sur mes pas... j'ai hâte d'y retourner, en y prenant plus de temps !

P1130605 [1024x768]

P1130606 [1024x768]

C'est en descendant sur Berrias-et- Casteljau... un petit arrêt rapide pour ces deux dernières photos ...

                     ------------------------------

                        Douce Musique

           Quand j'entends cette musique

               Elle me rend nostalgique

                   Elle me parle de toi

             De ton départ loin de moi

                    De ma souffrance

                 De ma désespérance

                J'aime cette musique

             Elle me rend romantique

              Je sens tes mots doux

         Courir en baisers sur ma joue

                 Je vois ton sourire

            J'entends cette musique

            Avec son air dramatique

    Qui se meurt doucement en tempo

                Sur mon joli piano

            Du bout de mes doigts

         Ces notes montent vers toi...

                        Hélène G.

                   --------------------

La Poésie c'est tout ce qu'il y a d'intime dans tout...

De Victor Hugo, le célèbre auteur et poète français du XIX ème Siècle.

Cela apporte toujours de la fraîcheur et de la bonne humeur dans la vie...

C'est important de savoir jouer avec les mots, la musicalité des rimes et l'art du vocabulaire. Cela

donne de la légèreté dans les relations humaines.

Tout ceci a été relevé dans le Bien Public le Samedi 18 Février 2017.

--------------------------------------------------------------------------

Posté par AmiGilbertAhuy à 18:58 - Commentaires [41] - Permalien [#]


23 février 2017

Les écrits poétiques de l'Ami Gilbert d'Ahuy.

 Avant de commencer cette nouvelle série un peu spéciale, que je vais intercaler entre mes parutions normales de balades, voyages ou visites de sites intéressants... je tiens à nouveau à prévenir mes abonnés et visiteurs habituels de mon blog... que pour cette série un peu spéciale, vous n'êtes pas tenus d'y laisser un commentaire. Par contre, je laisse quand même cette possibilité, car chacun est tout à fait libre de s'exprimer ! Surtout pour ceux ou celles qui ne passent ici que par hasard !

 L'explication est simple : depuis plusieurs années... souvent en recherchant des notes que j'ai laissées dans mes divers carnets de route... des vers ou des strophes entières qui me venaient à l'esprit tout en marchant sur de grands chemins, ou dans mes longues solitudes certains soirs dans des gîtes... je me suis mis peu à peu, après un premier essai dans l'adorable petit gîte de Borce, au pied des Pyrénées et avant l'étape du Somport... où, étant tout seul dans ce gîte, quand un orage est arrivé... pour m'occuper, j'ai d'abord mis un petit mot accompagné d'un dessin sur le livre d'or... et je me suis mis à écrire mon premier texte de façon poétique le 11 Juin 2005. Puis, 3 années se sont passées sur mes chemins de Compostelle, sans que j'ai l'idée de recommencer ! Ce n'est que lorsque je me suis engagé comme hospitalier dans le gîte de pèlerins de Baziège... qu'à nouveau dans mes solitudes, en attendant les pèlerins, que je me suis lancé cette fois dans ce genre d'écriture poétique, le 12 Avril 2009, suivi par bien d'autres ensuite... environ une soixantaine... Bien sûr, tous ces écrits sont à la hauteur de mes études un peu tourmentées, dans une jeunesse où mon père était appelé à déménager pratiquement toutes les 2 ou 3 années... jusqu'à mes 13 ans... où là, je suis retourné  en Afrique du Norders ma mère...au tout début des événements. La fin de ces études a été assez compliquée... nos enseignants de la Métropole n'avaient plus guère le coeur de continuer leur profession dans ce climat dangereux peu engageant ! Mais bon, ces écrits, je les ai tout d'abord créés pour mon plaisir personnel... et c'est mon ami pèlerin Michel D'Auzon Roch, qui m'avait invité de les partager dans un blog, lors de notre première rencontre dans un train de retour de Compostelle, tout comme toutes anecdotes et tous les topos de mes chemins de Compostelle.

                              ------------------------------

Numériser0050 [800x600]L'arrivée dans L'adorable petit Gîte de Borce le 11 Juin 2005...là où il y a le petit clocheton.

                              ------------------------------

             1) Le chemin des étoiles de l'ami Gilbert

                                 J'ai vu et revu

             Des paysages et des visages sans fins,

            Tout au long de ces immenses chemins,

             Sans jamais me lasser des lendemains ;

                     Avec d'inoubliables pèlerins,

        Qui repartent chaque jour vers leurs destins,

       En serrant fort leurs bourdons de leurs mains,

            Et sifflotant, heureux, d'anciens refrains...

              Pour vivre ces belles aventures enfin,

            Par monts et par vallées, l'esprit serein ;

            Aventure humaine née sous Constantin,

            Ces longues files de chemins chrétiens ;

            Marcheurs ressemblants à des baladins

          D'un autre temps, le long de ces chemins,

    Marchant vers Compostelle...voir Jacques le Saint.

                                 --------------------

        Écrit dans le Gîte de Borce dans les Pyrénées

        Sous le Col du Somport qui mène en Aragon...

             Le 11 Juin 2005 -- Ami Gilbert d'Ahuy.

                          ------------------------------

Numériser0055 [800x600]

Le petit mot accompagné d'un dessin avec ma petite coquille que j'ai reproduite un grand nombre de fois dans d'autres livres d'or. 21 Mai (Mayo) 2003... j'entrais pour la première fois à Compostelle.

                             --------------------

    2)  La Charte de l'hospitalier de Compostelle,

         Un hospitalier est avant tout un pèlerin,

            Qui a effectué un très long chemin,

    Vers Santiago de Compostelle plusieurs fois,

          En le faisant à pied avec toute sa foi !

        Dans l'esprit de fraternité et de partage,

 Pour des rencontres humaines quelque soit l'âge ;

    Avec ces merveilleux pèlerins venus du Monde,

  Qui se donnent tous la main pour faire une ronde.

          Il a le sens de l'accueil et le don de soi,

       À l'écoute des autres et l'oubli de son moi ;

     Avec le sourire, il présente ce havre de paix ;

      Va avec plaisir au devant de leurs souhaits.

      Dans le souci de l'autre, il gère ce petit lieu ;

        Avec fermeté et tact, sans vivre au milieu ;

   De ce petit monde passager, l'instant d'un soir,

 Aide certains, pour la suite de ce chemin de gloire.

                           ---------------------

Écrit à Baziège le 12 Avril 2009. Ami Gilbert d'Ahuy

Un hospitalier est une personne dévouée, qui sur les chemins de Compostelle, s'engage pour une certaine période, à tenir un gîte ou Auberge de pèlerins, pour les accueillir de façon bénévole et avec toute son amitié. Une façon de rendre les accueils chaleureux qu'il a eu lors de ses grands voyages à Compostelle...

                      ------------------------------

                  3)   La Passion du Pèlerin,

   Oh ! Lumière éclatante, sur des chemins sans fin,

       Oh ! Chaleur écrasante, sous un ciel d'airain,

      Oh ! Solitude exaltante, d'un désert inhumain,

     Oh ! Plénitude de l'esprit, dans un corps serein.

      Que n'ai-je tant aimé ces chemins de pèlerins,

         Que ma vie finissante, je vis avec entrain,

    Que mon amour de ce Monde, j'aime tel un refrain,

 Que mes attentes soient comblées, l'Espagne demain.

          Tel Ulysse parti pour un voyage incertain,

      Tel Marco Polo, le Monde au creux de sa main,

 Tel Christophe Colomb qui cherchait les Indes en vain,

        Tel notre ami Sylvain *, dans un désert divin !

  Comme j'aime ces belles rencontres sans lendemains,

Comme j'aime cette vie d'aventures sur ces grands chemins,

      Comme j'aime cette Nature, moi le grand terrien,

   Comme j'aime ces beaux chemins qui n'ont aucune fin !

                                   -----------

     Écrit à Baziège le 14 Avril 2009 - Ami Gilbert d'Ahuy.

                         * Sylvain Tesson.

                       ------------------------------

    4 )  Va pèlerin...vers le Chemins des étoiles ***

 Va pèlerin, comme beaucoup d'humains, suis ton grand chemin, le chemin de ta vie, le coeur léger et avec sérénité. Oublie tes pensées négatives, tes fantasmes et tes rêves perverses ! Fais le vide intérieur et tes prières seront strictement personnelles, en remerciant le Créateur Universel de t'avoir fait exister, même si la vie est parfois bien cruelle, en remerciant Dame Nature pour avoir créé tant de beautés qui enchantent ta vie...

 Aime ses couleurs et toutes ses odeurs que tu respires avec joie et qui vient purifier tout ton corps, pour le rendre encore bien plus beau. Et ce n'est que dans de grandes solitudes que tu iras dans une grand spiritualité intérieure, non pas que religieuse, comme certains pourraient le croire et le penser, spiritualité de notre pensée personnelle, pour y trouver une certaine philosophie, ainsi qu'une plus grande sagesse...

 Va pèlerin, au devant de merveilleuses rencontres humaines qui te laisseront des souvenirs impérissables, pour comprendre, aimer et aider tous ceux et toutes celles qui ont besoin de retrouver le bon chemin de leur vie...Va pèlerin, ces rencontres éphémères, te laisseront pour certaines, comme des vibrations internes et de merveilleux souvenirs, qui resteront gravés à tout jamais au fond de ton coeur...jusqu'aux derniers jours finissant ta vie...

 Va pèlerin, car chacun de nous peut l'être, sans n'avoir jamais été dans un grand pèlerinage, car tous les humains sont des pèlerins de la vie, qui naissons et vivons sur cette belle Terre, et marchons sur un très long chemin, vivant parfois tant de bonheurs et de joies profondes, mais aussi parfois, en subissant tant de douleurs, de souffrances et de chagrins en tout genre... épreuves terribles que nous devons affronter, sans jamais se laisser abattre, en levant la tête haute pour pouvoir continuer nos chemins qui nous ont été tracés à notre naissance, pour aller toujours de l'avant, jusqu'au jour fatal où nous ne serons plus ici bas, et o`nous rejoindrons tous nos chers disparus, là-bas, tout là-haut... sur le Chemin des étoiles de l'éternité .................................................................................................................

                                        -------------------------

                   Écrit à Baziège, près de Toulouse, le 18 Avril 2009 -

                                      Ami Gilbert d'Ahuy.

Numériser0062 [800x600]

   En arrivant vers le Col du Somport dans les Pyrénées.

-------------------------------------------------------------------------

Posté par AmiGilbertAhuy à 17:16 - Commentaires [28] - Permalien [#]