Les écrits poétiques de l'Ami Gilbert...suite...

                                       P1280278 [1024x768]

 Les abonnés et fidèles lecteurs de mon blog ont déjà eu l'explication de cette Série... alors, pour ceux et celles qui sont arrivés depuis peu dans mon espace virtuel, je vous donne rapidement l'explication de ces parutions : 

 Pour pouvoir rajouter mes derniers textes de façon poétique dans mes " Catégories ", je les réimprime en ne mettant cette fois que des textes poétiques sans les mélanger à d'autres sujets... de façon à pouvoir les rajouter plus facilement dans la Rubrique " K " de ces Catégories :

" Les écrits poétiques de l'Ami Gilbert " 

 Vous n'êtes donc pas tenus, pour ceux ou celles qui les ont déjà lus...de mettre un commentaire à la fin de ces parutions, à condition que cela vous chante et que cela vous fasse plaisir...il est clair, que cela ne sera pas un déplaisir pour moi ! de vous lire, si vous passez chez moi ces temps-ci... avant que ces écrits ne rejoignent la longue liste de tous mes écrits poétiques dans la Rubrique K.

P1060069 [1024x768]

--------------------

 

73  --  Torrents impétueux !

 

Torrent de boues et de branchages,

Beau dans sa force impétueuse

Mais si souvent malheureuse,

Ravageant de jolis villages...

Creusant des cañons et des gorges

Sur de très hauts plateaux sauvages,

De beaux paysages qu'il ravage,

Fait de curieux passages qu'il forge

À coups de marteau sur l'enclume,

Dans de grands bruits assourdissants

Et de gros chocs abrutissants,

Soulevant de si blanches écumes...

Dévale les pentes vertigineuses,

Se jette tout à coup dans le vide

Dans une blancheur presque livide,

En de belles cascades lumineuses.

On est fasciné de le voir,

Comme hypnotisé par l'horreur

De ses tourbillons qui font peur

Qui surgissent des fonds presque noirs ! 

Torrents qui bouleversent nos vies,

Nous entraînent dans des gouffres horribles,

Dans de si grandes souffrances terribles,

Emportés par de fortes pluies.

Nous laissent totalement abattus

Par un combat titanesque

Et une dépense gigantesque,

À force d'avoir trop combattu !

Mais quand le torrent s'assagit,

Se calme dans sa débandade,

Termine avec sa bravade,

Puis chantonne dans un paradis.

Nous éblouit de ses lumières,

Scintille aux rayons du soleil,

Parfois dans une teinte vermeil

Qui nous fait fermer nos paupières...

Parti seulement de petits rus,

Puis grossissent de beaux ruisseaux

Et rivières sous des arbrisseaux,

Dans un fleuve auront disparu.

Et qu'une petite partie 

De cette eau venue des montagnes,

Pour rejoindre enfin la Bretagne,

D'où un jour elle en est sortie. 

----------

Écrit à Ahuy le 20 Novembre 2017

Ami Gilbert d'Ahuy

--------------------