Deuxième volet de cette journée bien bretonne, vers la mi Octobre 2017...petit crachin accompagné d'un vent doux venant du Sud-Ouest de l'Océan, qui a duré jusqu'en fin d'après-midi...le lendemain, retour d'un beau temps frais d'Automne et un ciel tout bleu !

 Après la visite de l'éco Musée de Penhors et une gentille petite balade vers Plouhinec pour se donner faim et attendre l'heure du repas... nous prenons le chemin du retour pour rejoindre le Restaurant où nous avons réservé pour Midi précise, car un Bus de touristes avait réservé pour 12h30...Nous aurons ainsi le temps de boire un petit apéro juste avant le repas en toute tranquillité... 

29

 Nous sommes placés idéalement du côté Océan, même si la vue aujourd'hui est plutôt grise... mais ça... on s'en fiche, quand on met les pieds sous la table et qu'on est servi par des jeunes et jolies serveuses bien sympathiques... ça illumine aussi la vie avec ces sourires qui font du bien à la vue ! 

30

On a bien fait de réserver pour midi... on sera les premiers servis...car ils sont arrivés, nos retraités d'un certain âge, pour la plupart... que les Gouvernements qui se succèdent les uns après les autres, n'ont qu'une envie, c'est de spolier les retraites, pourtant bien méritées, car la plupart de ces gens présents ont certainement commencé de travailler très jeunes... Mon épouse à l'âge de 16 ans... l'ami Gilbert à 17 ans, dans un magasin d'électricité à Tlemcen...dans l'arrière boutique, pour réparer de vieilles lampes électriques et autres... et, à 18 ans, dans l'Enseignement, comme instructeur à Sebdou...dans le bled Oranais, à plus de 900 mètres... et il dormait sur un lit de camp dans une structure en tôle, où l'eau gelait la nuit dans notre réserve d'eau en plein hiver, qui fallait réchauffer au petit matin, avant de se débarbouiller et de déjeuner... on avait quand même trois  vieilles couvertures vertes de l'armée...pour se réchauffer, avec mes compagnons d'infortune, on était six, un gars des eaux et forêts, des ouvriers et moi... et, dès le Mois de Mars, vers 14 h... c'était entre 30° et 35° minimum, et bien plus dès le Mois de Mai... Mais croyez moi, si vous voulez, ou pas...c'est votre problème, pas le mien... c'est une période de ma vie que je n'ai jamais oubliée... car avec les copains, c'était des fous rires à longueur de belles soirées lumineuses... jeux de cartes, dominos et échecs avec le gars des eaux et forêts ! De plus, les paysages lunaires autour de Sebdou et le désert de cailloux pas bien loin, les nuits de pleine lune où l'on voyait presque clair dehors, où l'on cherchait un peu d'air frais pour respirer quand le sirocco venant du désert soufflait... et les montagnes en ombre chinoise au loin, sont restés marqués au fond de mes beaux souvenirs de ma jeune vie ! Rien d'étonnant qu'un jour, dès la première année de ma retraite, en Avril 2001... j'ai décidé très rapidement de partir sur des chemins de Compostelle ! N'ayant pas été élevé dans un cocon doré, un peu à la dur parfois... le confort inexistant des Gîtes et Auberges de pèlerins n'était pas si dur pour moi, ayant déjà connu très jeune l'inconfort de mes 2 années dans l'Enseignement dans un bled paumé dans ces belles montagnes désertiques, pas loin de la frontière marocaine, qui m'a laissé quand même de très beaux souvenirs..

Madame envoie un petit message à nos deux familles...

31

 Ce n'est pas ma façon de peindre...qui est bien plus précise...mais j'ai trouvé les teintes et la lumière de ce tableau absolument bien réalisées...c'est un paysage bien breton...faudra que je m'en inspire un jour ! 

32 

Bon ! C'est pas le tout, de raconter sa vie... mais, devant ce spectacle... oublions la peinture ! Sans commentaires ! 

 

 

33

C'était un mélange de crustacés moulinés absolument délicieux, dont je n'ai pas retenu le nom... j'en ai pas laissé une miette ! 

 

34 

Et que dire de la suite...j'en salive encore ! j'adore les coquilles St-Jacques...et la sauce était divine 

35 

Et le Chef qui fait un petit tour de tables... La Classe ! 

36

37 

Bon ! En attendant le dessert...un petit tour aux toilettes... j'aime bien me laver les mains, c'est une manie chez moi...je n'ai pas attendu le Corona pour m'y mettre ! Et en y allant, quelques photos de l'Hôtel, c'est très agréable à voir... C'est très " Bretagne " ...  je vous laisse admirer :

38

39

40

41

42 

Alors là, dans ces encadrements, ce sont tous les naufrages qui ont eu lieu dans le Finistère Sud, dans le Pays Bigouden, qui ont donné lieu au travers des siècles passés à la construction de nombreux Phares sur les Côtes océanes... comme le Phare de la Jument par exemple... et ce n'est qu'une partie...je n'ai pas tout pris en photo !

43

44

45

46

47

48

49

50 

Et voilà, au retour... m'attendait notre dessert : Un cramble glace élégamment présenté, et tout ça fondait dans la bouche... pour un prix assez raisonnable, 50 € par personne... apéritifs, boisson et cafés compris ! On va très rarement au Restaurant avec mon épouse... mais quand on y va, ce n'est pas pour manger un steak frites ! 

51

 Voilà pour aujourd'hui ce deuxième volet...vous aurez le troisième et dernier volet à ma prochaine parution : notre Balade digestive... sous un crachin un peu plus épais et plus de vent... Je crois, et je l'espère...dès qu'on pourra retourner dans ce coin, je n'aurai pas de mal à convaincre Madame à retourner dans cet Hôtel Restaurant de Penhors, tout était très classe ! Il ne me reste plus qu'à faire quelques petites économies... Je ne fume plus depuis le 1er Octobre 2010... c'est plus facile ! À bientôt 10€ le paquet... 

                               Ami Gilbert d'Ahuy

                                ------------------------

 Et pour les amateurs de poésie... ce texte poétique qui m'a été inspiré lors d'un autre séjour en Bretagne du Nord, il y a quelques années, lors d'une soirée brumeuse avec un méchant crachin poussé par un vent violent, et en voyant les brumes au dessus de l'Océan, à la fenêtre de notre hôtel, où je voyais briller un Phare au loin, du côté de Perros-Guirec : 

       Les Phares ou lumières dans la nuit

Au milieu de la brume, une tout petite lumière

Qui est fixe ou clignote, l'horizon elle balaie,

Dans cette purée de pois, ce brouillard est une plaie,

il ne laisse rien filtrer, comme une terrible barrière... 

Alors la corne de brume résonne dans le lointain

Pour guider les bateaux, les mener bon port.

Ces sons nous glacent le sang, ils annoncent la mort,

Le long des côtes rocheuses sur des fonds incertains.

Mais dans des temps plus clairs, quand les étoilent luisent

Dans des mers déchaînées, ces lumières sont l'espoir

Qui les guident dans la nuit, les aident à se mouvoir,

Elles arrivent des beaux phares, jamais elles ne s'épuisent.

Ô tours majestueuses aux foyers lumineux,

Établies sur les côtes ou récifs dangereux ;

Combien de Capitaines et Marins valeureux

Bénissent ces tours d'ivoire construites rien que pour eux...

Tels des piliers géants face aux grands Océans,

Comme de preux chevaliers, ils affrontent les combats,

Contre les vagues immenses se brisent en mille éclats,

Des lames scintillantes ou volent les goélands...

                           -----------------

Extraits du texte poétique écrit à Ahuy le 12 décembre 2016

                   Ami Gilbert d'Ahuy 

----------------------------------------------------------------------