17 février 2021

Retour à La Rosière, en Février 2018 - II -

24 

Ci-dessus, le Mont Pourri au lever du soleil...et on aperçoit en face la Station des Arcs.

Tout d'abord, pour continuer cette série et pour répondre à notre amie Francine qui nous fait de superbes reportages photos sur Paris...et d'ailleurs... pour cette passion que j'ai pour le ski Alpin. Lorsque je vivais à Tlemcen dans mon adolescence... on avait un Massif rocheux avec de belles falaises juste au-dessus de la ville... et souvent, en solitaire, je montais... en évitant de me faire voir, en était en plein milieu des évènements, pour en faire l'escalade en varappe... sans aucuns équipements...à cette époque là, je grimpais partout, comme une chèvre... que me disait ma mère, ces ascensions me procuraient de sacrés coups d'adrénaline lors de ces aventures quand même assez risquées... Mais, une fois au-dessus, je me dressais, tel un tribun romain, sur les sommets et j'admirais pendant des heures, le panorama de toute la ville de Tlemcen et des paysages en dessous des remparts...  jusqu'à la Méditerranée, que l'on voyait tout au fond à l'horizon... et, j'avais au fond de moi, comme une puissance et une jouissance énorme inexplicable ! Comme si je devenais un Roi du Monde ! Les vrais alpinistes doivent avoir ces sensations-là, sans aucuns doutes, quand ils arrivent sur leurs sommets... même si c'est de la conquête de l'inutile, difficile d'expliquer vraiment ce que l'on ressent dans ces moments-là.  J'avoue que j'étais quand même un peu casse-cou à cet âge-là ! Mais...ces petites aventures dangereuses ont forgé mon caractère et m'ont fait devenir adulte très tôt ! À 18 ans...je faisais mes 4 sauts en parachute, en pré-militaire, avec des parachutistes de la Légion étrangère... c'était d'ailleurs, l'ami Hans, un Lieutenant qui m'avait entraîné dans cette aventure, avec mon meilleur ami d'enfance... suite à une partie d'échecs que l'on faisait dans un Bar de Tlemcen ! C'était d'ailleurs un sacré joueur ce légionnaire... on n'avait jamais pu le battre !

Et, c'est lors de ces assencions, que je me suis pris à aimer la Montagne... j'ai su par mon père plus tard, que nos ancêtres,  des paysans qui vivaient sur les hauteurs de la Chaîne des Puys, il n'a pas pu me dire exactement où, mais près d'un village à 8 ou 900 mètres d'altitude ! Donc, c'est resté un peu dans mes gênes je pense ! Et, quand on a été rapatrié d'Algérie en Juin 1962... et, comme je travaillais pour l'Enseignement comme instructeur... j'étais donc toujours payé... en attendant une mutation... qui à mis des mois à venir, tous les lundis matins je devais me rendre dans un bureau, pour avoir des nouvelles...et pas le droit de travailler en attendant : C'est à Dijon, en Février 1963, qu'on m'a  m'a proposé d'aller rejoindre des bureaux à 12 km de Lille, il faisait un froid de canard... j'étais bien loin de mes chaleurs de Tlemcen ! Et loin de mes parents... du coup donc, je devais trouver à me loger et apprendre à me nourrir seul, je n'avais encore que 20 ans... j'avais donc démissionné, et comme je n'avais pas encore fait mon service militaire... les jeunes pieds-noirs, encore en Algérie, on n'était pas les bienvenus à ce moment-là dans l'Armée! C'est comme ça que je me suis retrouvé au 1er RCP à Pau, dans les parachutistes... au camp d'Idron... face à la chaîne des Pyrénées, dont les cimes étaient très tôt enneigées ! Et... que de crapahuts dans ce beau Massif, surtout vers le Col du Tourmalet et 4 mois dans le Pays Basque du côté de Bayonne, pour un stage de radio transmission ! J'ai été comblé, avec les Montagnes.  Et un Lundi matin à Toulouse...en me rendant au bureau de l'Académie, dans une vitrine d'un magasin de sports... il y avait une affiche qui proposait une journée de ski en Bus, que l'on prenait vers la Gare Matabiau... avec une petite formation de ski lors du trajet... c'est là que j'avais appris à faire du chasse-neige... ce que l'on apprend quand on est novice ! Et, j'ai fait ainsi, plusieurs stations de ski des Pyrénées, ce qui a fait naître en moi cette passion du ski alpin ! En ce temps-là, il n'y avait pas foule sur les pistes... très peu d'étrangers ! Et des forfaits très raisonnables ! Et, si javais une vie à refaire... je recommencerai sans aucun doute, tout comme mes Chemins de Compostelle ! 

Et c'est parti pour ce 2ème épisode... avec très peu de blablabla... j'en ai bien assez fait au début ! Ci-dessous, la vue est remarquable à cet endroit-là... vous pouvez voir le manque de neige quand on est arrivé ... mais, un froid horrible, poussé par une bise nordique... jusqu'au redoux quand la neige est arrivée, d'ailleurs les nuages commençaient d'arriver du Nord-Ouest !  

25 

 Au fond et à gauche... ma petite famille... on emmenait les jeunes aux cours de ski :

26

27

28 

Là... c'était l'endroit que je préférais, car c'était la pause repas casse-croûte au Fort de la Redoute au Col de la Traversette... où l'on avait une vue formidable sur le Mont-Blanc, le Mont Maudit, le Mont-blanc du Tacul, l'Aiguille du Midi, la Dent du Géant, les Grandes Jorasses, et de l'autre côté, l'Aiguille de Bionnassay, les Dômes de Miage, l'Aiguille des Glaciers etc. À cet endroit, on est à 2383 mètres ! 

29 

Sur le banc, au fond, notre fille aînée et notre gendre ont déjà attaqué le casse-croûte, j'amène une barquette de frites ! 

30 

Avec une vue pareille, sur le Mont-Maudit, pourquoi aller s'enfermer ? On est pas bien là ? 

31 

32

Vous voyez là...sur son sommet, ci-dessous... ce filet de nuages qui passent sur sa crête... c'est le signe évident  d'un changement de temps très rapide à venir ! Si vous voyez ça en Montagne en été, un jour... faites-vite demi-tour, et redescendez-vite vers le bas...c'est souvent signe d'orage. En Hiver, c'est la neige : Je le sais, je l'avais appris à l'armée, et, ça nous est arrivé une fois dans les Pyrénées, lors d'une rando... et, j'avais eu bien du mal à convaincre mes deux copains de rando, on cassait la croûte et on avait perdu du temps à plier bagages... du coup.... on se l'ait pris dans la descente... c'est pas marrant du tout, je peux vous le dire ! Et on a risqué gros... les éclairs ne sont pas passés bien loin de nous ! Et on a pris un déluge de grêlons ! 

33 

La preuve... au soleil couchant ça se couvre par le Nord-Ouest...

34

35

36

37

38

39

40

Et dans la nuit... elle est arrivée à gros flocons !

41

42 

Ci-dessous, c'est une photo exposée je ne sais plus où dans la station... un bonzaï naturel sur une paroi rocheuse ... vous pouvez toujours essayer de le déraciner...vous n'y arriverez jamais ! Faut qu'on m'explique comment ils font pour se nourrir ! 

43 

Et voilà le retour de La Rosière bien enneigée, comme on l'aime !

44

45

46

47

48

Fin de cet épisode, rendez-vous pour le prochain...si ça vous tente !

Ami Gilbert d'Ahuy

 ------------------------------------------------------------------

Posté par AmiGilbertAhuy à 19:42 - Commentaires [28] - Permalien [#]


21 février 2021

Retour à La Rosière, en Février 2018 -- III ---

49 

On attendait de la neige avec impatience...Eh bien, on a été gâté ! Et en plus, il fait beaucoup moins froid !

Histoire de la Montagne et des Sports d'Hiver.

Vers le début du XXe Siècle, nos montagnes des Alpes et des Pyrénées...ainsi que leurs vallées... étaient pratiquement inoccupées ! Entre 1% à 2% seulement de la population française ! Il n'y avait ni eau courante, ni électricité, ni sanitaires, et très peu de chemins et routes praticables... et les touristes ça n'existait pas encore. La vie des montagnards, éleveurs pour la plupart, qui vivaient très chichement... était extrêmement rude, surtout en hiver ! Beaucoup de femmes mouraient lors des accouchements paraît-il ! Les Montagnes étaient belles, mais la Vie ne l'était pas ! 

En 1907... un groupe de marcheurs scientifiques emmène une caméra lors de l'ascension du Mont-Blanc, c'est une première, dans ce sommet le plus haut de l'Europe. Et, il en reste des photos de ces nouveaux alpinistes, gravir ce sommet endimanchés et un feutre noir sur la tête... et les dames, avec des chapeaux à voilettes et en jupes longues ! Cest surprenant quand on voit ces vieilles photos... vous en aurez, lors de la suite de cette Série, prises sur des cadres dans notre location. Puis, peu à peu... des chamoignards s'équipent en vêtements plus sportifs et bien plus chauds... et c'est au début des années 20, que la Baronne Noémie de Rothschild découvre le village montagnard de Mégève, elle décide de faire du village de Saint-Moritz en une Station de ski suisse très huppée. Le Mont-d'Arbois, qui était une modeste pension de famille, devient très vite un Hôtel de luxe... où elle réunit ses nombreux et riches amis. Les paysans propriétaires de terres dans ce coin, ont tout de suite flairé le gros filon...et, ils commencent à y installer quelques tire-fesses sur des terrains très pentus, qui ne leur servaient guère.

Et c'est en Juin 1950, que Maurice Herzog, un chamoignard, devient le 1er homme à gravir un sommet de plus de 8000 mètres, l'Annapurna à 8091 mètres dans le Népal,  il réussit cet exploit grâce à l'aide de ses amis guides de Chamonix qui l'ont accompagné, et parmi eux son ami Louis Lachenal... tous les deux ont perdu quelques orteils qui ont gelé dans cette aventure. On peut signaler les grands alpinistes français de cette glorieuse époque de la Montagne : Maurice Herzog, Louis Lachenal, J.Christophe Lafaille, Catherine Destivelle, Lionel Terray, Gaston Rebuffat, Pierre Mazéaud, Jean Crouzy, René Desmaison, Benoît Chamoux, pour les plus connus... qui ont lancé cette passion de l'Alpinisme moderne.   Dans l'Hiver 52, la ville de Chamonix décide de construire le plus haut téléphérique du Monde... à 3850 m d'altitude ! Une centaine d'ouvriers ont participé à cette construction, dont 8 sont morts d'accidents pendant ces travaux, qui se terminent en Juin 1955. Ainsi, le plus haut sommet d'Europe deviendra à la portée de tous, sans se fatiguer. Et, dans les années 1960, notre grand champion Jean-Claude Killy récolte 3 médailles d'or aux Jeux Olympiques de Grenoble en 1968 ! et d'autres grands skieurs alpins comme Henri Oreiller, Jean Vuarnet, Léo Lacroix et Guy Périllat, et chez les dames : les soeurs Marielle et Christine Goitschel. À partir de là... le ski alpin c'est vraiment développé et démocratisé, et la Neige en Montagne est devenue l'Or blanc des sports d'Hiver !

Et, c'est en Décembre 1962... que l'ami Gilbert  d'Ahuy, s'est pour la première fois lancé sur des skis en bois...des Duret, je me rappelle, avec des espèces de cordons métalliques, pour ne pas perdre les skis en cas de chute ! ... et tout en skiant en chasse-neige bien-sûr... c'est un accompagnateur  bien sympa du Bus partant de la Gare Matabiau à Toulouse, pour rejoindre la petite Station de ski de Gourette...qui nous avait montré  cette technique, pour éviter de dévaler les pentes bien trop vite... en faisant le chasse-neige, cela faisait frein ! Et, comme je n'ai jamais pris de cours de ski de ma vie, juste en regardant les autres skier, j'ai toujours gardé un peu cette façon de freiner ...non pas en les écartant à l'arrière en chasse-neige... mais, mes skis bien paralèlles, en mettant mes deux poings en avant et en les rapprochant l'un vers l'autre... et un peu vers le bas, en baissant la pointe des bâtons vers la piste, le dos arrondi...à la Killy ! Et pour virer, en ouvrant un poing à droite, de façon un peu sèche, puis un poing à gauche, en ramenant en même temps le bras inverse... et pour refreiner... rebelote : poings en avant, bras arrondis, droite, gauche...pointe de bâtons vers la neige.  Encore une technique apprise à ma façon...à la Mac Guyver ! Hi hi hi ! C'est absolument très efficace comme technique... le jour où je l'ai découverte moi-même, les pentes noires ne me faisaient plus peur ... ni le corps, ni la tête, ne doivent tourner à droite ou à gauche... les épaules doivent rester Face à la pente...il n'y a qu'uniquement les jambes qui tournent à droite et à gauche... et on va tout droit... inutile de faire des virages ... c'est là qu'on prend de la Vitesse, et qu'on va se casser la figure quand on veut tourner ! Si ça vous tente un jour, essayez sur une pente pas trop Forte au départ... pour voir l'effet donné. Puis faites-le progressivement, sur des pentes de plus en plus accentuées ! Une fois que vous aurez pris le coup... Nulle part, vous n'aurez plus peur sur aucunes pentes, quelque-soit les difficultés ! Et donnez-moi des nouvelles... si ça vous réussi ! Car, ça ne marche peut-être qu'avec moi, avec ma façon de skier ! 

PS :  Pour le début de cette parution, j'ai glané tous ces renseignements, sur le Télé 7 Jours du 20 au 26 Février 2021. Il faut rendre à César, ce qui lui appartient ! Merci Télé 7 Jours ! 

Et pour ceux et celles qui aiment la Montagne, ski, alpinismes, randonnées ou vacances uniquement... Si vous ne l'avez pas vu le Lundi 22 Février...sur France 3, un documentaire de Frédéric Brunquell : La grande Saga de nos Montagnes, les Alpes... vous pourrez je pense le voir en replay, si ça vous fait plaisir ! C'est trop génial ! 

50

51

52

53 

Enfin La Rosière, comme on aime pour les vacances de ski :

54

55

56 

Là...c'est sur un super petit chemin au travers de la forêt qui mène aux village des Eucherts, adorable chemin assez long, très facile et accessible à tous, y compris des jeunes enfants ! 

57

58

59

60

61

62 

Le fameux Saint-Bernard, l'emblème de la Station ... et le Col du Petit St-Bernard !

63 

Nos deux petits fils en 2018... fils de notre fille aînée... le grand à gauche, 3 ans plus tard... il mesure déjà 1m77... et c'est carrément devenu un petit homme ! Papy est obligé de lever un peu la tête maintenant... et surtout Mamie ! Pas marrant de skier avec de la neige un peu molle ! La poudreuse c'est beaucoup mieux ! 

64

65

66

69 

Et voilà..après ma petite balade en solitaire...je retrouve ma fille, en rouge... et sa maman avec ses lunettes noires derrière ! Elle va faire revenir le soleil... hi hi hi ! 

70 

Un bouquetin faisant du vélo... c'est pas courant !

71

72

73 

Et on repart sur l'adorable petit chemin... et pourquoi pas ? Par contre... je vais encore avoir du mal à les suivre les deux gazelles ! 

74

Et voilà, pour cet épisode trois... la suite au prochain numéro.

Ami Gilbert d'Ahuy.

--------------------------------------------------------------------------

Posté par AmiGilbertAhuy à 19:02 - Commentaires [16] - Permalien [#]