12 octobre 2013

192 -- Comment préparer un long voyage à pied? ( II )

chemin du levant 139 [800x600]chemin du levant 140 [800x600]

Une fois que vous avez le projet et choisi votre futur Chemin:

Quels sont les documents nécessaires pour effectuer ce long voyage?:

 Pour les pèlerins venant d'un Pays de l'Union Européenne, il leur faut une carte d'identité nationale ( CNI ) valide, et pour tous les autres Pays, un passeport également valide, tout le monde le sait,  je pense, mais, il ne faut surtout pas les oublier, ainsi que votre carte bancaire...ça peut être utile!

 Autrement, vous pouvez partir les mains dans les poches et la fleur au chapeau, si ça vous chante! Mais ce ne serait pas très sérieux, car il faut quand-même un minimum de documents quand on part pour un si long parcours...si vous voulez éviter des tas de désagréments sur vos chemins, pour s'orienter, pour manger et pour dormir...

 La 1ère chose à faire, c'est d'acheter un Guide de pèlerin récent sur le Chemin choisi, ça vous sera très utile pour décider vos étapes, connaître un peu les difficultés et le kilométrage de vos parcours, vos hébergements ( Où se trouvent les Gîtes, Auberges, Hôtels et autres ), savoir où vous pouvez vous ravitailler, vous désaltérer, vous soigner et vous nourrir ( Épiceries, grandes Surfaces, Commerces, Pharmacies, Bars, Restaurants etc...), les Sites intéressants à visiter etc...etc. En général, tous ces Guides ne sont pas très chers et ne vont pas vous ruiner. Vous avez en France les Guides de Gérard du Camino ( Gérard Rousse ), de François Lepere et Yvette Terrien, de Jean-Yves Grégoire et Françoise Pinguet, de Georges Véron et Louis Laborde-Balen, les Guides Gallimard, dont je donne les liens sur la Page d'accueil de mon blog, il en existe certainement d'autres, mais je ne cite que ceux que j'ai pratiqués et dont j'ai été très satisfait, ce qui est tout à fait logique. Et même, si vous n'êtes pas pèlerins, ils peuvent servir aux randonneurs ou marcheurs pour faire un petit parcours de quelques jours, pour traverser une Région, pourquoi pas?

 La deuxième chose, ceci est indispensable, si vous voulez bénéficier, en tant que pèlerin, d'hébergements gratuits ou avec un don ( Donativo ), ou une toute petite participation symbolique d'environ 10€, pour couvrir les frais d'entretien et de charges, de certains Gîtes Communaux ou d'Associations Jacquaires, ce qui est bien normal...il vous faut vous procurer soit une " Crédential " qui peut être délivrée par l'Association jacquaire de Paris, il me semble aussi, celles de Toulouse et voire même de Santiago de Compostela, par courrier ou internet, moyennant une petite somme pour son achat et son envoi, ( Il me semble également qu'elle peut être délivrée à l'accueil des pèlerins à Saint-Jean-Pied-de-Port et Irun, si vous partez de là..., à vérifier). Autrement, il y a la " Créanciale " ( Passeport catholique ), qui elle, est remise, dans une Réunion d'une Association Jacquaire catholique, par l'église catholique, après un entretien du futur pèlerin, sur les motifs de son départ sur un Chemin de Compostelle, devant une Assemblée d'anciens et futurs pèlerins.

 La troisième chose, là, ce n'est pas indispensable, mais je le préconise et je vous invite vivement à le faire, ceci grâce à mon vécu mes expériences sur ces Chemins, c'est d'acheter des cartes IGN aux 100 000 ème, concernant le tracé de votre parcours. Cartes, que j'ai toujours découpées proprement en ne prenant que la partie où passe le Chemin, ceci afin de gagner de la place dans votre sacoche ventrale et un tout petit peu de poids. De toutes façons, à force de les manipuler et parfois l'humidité, on n'en ramène pas grand-chose, vous pouvez éventuellement recoller les morceaux coupés avec du Scotch, à votre retour chez-vous. Pour quelles raisons? : vous pouvez parfois gagner de nombreux kilomètres en prenant des toutes petites routes de campagne, souvent désertes, car les Chemins de Compostelle suivent régulièrement des GR traversant des Régions, qui sont souvent des chemins de randonnées, donc, très souvent tortueux et accidentés, pour le plaisir des marcheurs ou randonneurs du Dimanche, je n'ai rien contre, car j'en profite moi aussi régulièrement, hors chemins de Compostelle, mais les pèlerins d'autre-fois, au Moyen-âge, passaient où ils pouvaient, mais le plus souvent en ligne droite, même à travers champs et forêts. D'autre-part, ce qui m'est arrivé plus d'une fois, sur des parcours mal balisés et mal entretenus, ou parfois des balises déplacées volontairement par des malandrins un peu dérangés, de me planter joyeusement, et grâce à mes précieuses cartes IGN, j'ai pu ainsi éviter le pire en augmentant pas trop des étapes parfois très longues, je sais, quand on aime, on ne compte plus...M'enfin! Comme dirait Gaston Lagaffe. Je signale: si vous vous décidez à faire cet achat, de ne pas oublier d'emporter avec vous , une petite boussole, qui sera elle aussi très précieuse dans bien des cas. 

Ami Gilbert d'Ahuy.

                                          ------------------------------------------------------------------

Posté par AmiGilbertAhuy à 18:22 - - Commentaires [2] - Permalien [#]


13 octobre 2013

193 -- Comment préparer un long voyage à pied? ( III )

P1170010 [800x600]P1170009 [800x600]

P1170014 [800x600]P1170015 [800x600]

P1170030 [800x600]P1170031 [800x600]

 Un aperçu de mon premier voyage à pied sur un Chemin de Compostelle, au départ de Velars-sur-Ouche, près de Dijon, le 08 Avril 2001. Dès le premier jour, ça avait commencé par se gâter, pluie, grêle, averses de neige, vent du Nord, froid glacial, humidité, brouillard, chemins boueux et défoncés...dans quelle galère suis-je parti, cette année-là...et ça avait duré jusqu'au 21 Avril! Avec le passage des Monts du Mâconnais, du Lyonnais et de l'Aubrac, où je démarrais mes étapes souvent en dessous de zéro! Un peu " beaucoup " " Loco " el peregrino Gilberto! " J'aurai dû faire demi-tour tout de suite, et rentrer chez moi bien au chaud! Et attendre sagement les beaux jours...Mais voilà, têtu comme une mule, le fils d'un descendant auvergnat! D'ailleurs mon nom d'origine auvergnate: " Tête de Pic...têtu et borné "...et la deuxième origine, provençale, en enlevant le "H", donc " Cabassol ", qui veut dire, paraît-t-il, maison du soleil " Je préfère cette origine, quand-même! Ce qui n'empêche pas, que je suis assez têtu, comme un " bourricot! "  "disait ma mère... " là-bas, chez " nous  ôtres ", de l'autre côté de la Méditerranée, " pô, pô, pô! Dit! Mon frère... Je pense, un jour, faire le Topo de ce long Chemin de souffrances inutiles, et à l'insu de mon plein gré!...C'est là, que dans la montée d'un Col,  juste après " Montbonnet " et avant " Chier " ( Se dit: Chière... ), je l'ai pensé fortement, mais je ne l'ai pas dit, je vous l'assure, ç'eut été très incorrect, de la part d'un pèlerin... Amen! Voir la photo ci-dessus, le parapluie dans la neige, lors d'une pause. Le chemin était épouvantable à cet en droit, il neigeait... l'aigle baissait la tête, le pèlerin aussi, sous son grand parapluie, il fallait le secouer toutes les 5 minutes et à chaque 50m de marche, au moins 5 cm de boue sous les godillots!!! Et je glissais.. glissais...glissais... hop là! Comme dans le Lac des cygnes...Bien sûr, il manquait la musique... Dommage! Et c'est là, aussi, que je me suis exclamé: " Mais il est fou ce gaulois " ( en me tapant les tempes de mon index) " Dans quel état j'erre, pauvre hère... "( C'est noté dans mon carnet de route ). Il ne manquait plus que les loups ce jour-là...Haouuuuuu! Ce fût mes premiers temps héroïques sur ces Chemins...dans quelques décennies, il y aura peut-être un troubadour qui écrira une chanson: " Pôvre petit pèlerin, complètement givré! parti sur un long Chemin, totalement défoncé... ", et ira de pays en pays, dans le Pays de la bête du Gévaudan, clamer sa belle chanson triste à pleurer...en grattant sa mandoline... Ami Gilbert d'Ahuy.

                                             ------------------------------------------------------------

Et maintenant, autre grande Question dans la préparation d'un long voyage à pied:

Quand doit-on partir sur un Chemin de Compostelle?

 Alors là, la question est vaste...et dépend le plus souvent des disponibilités de chacun, soit si on est toujours dans la vie active, étudiant ou retraité. Mais, dans tous les cas, ça va dépendre des dates de vacances, y compris pour les retraités, qui partent aussi en vacances, ou ayant des petits-enfants...donc, chacun devra faire avec!

 Maintenant, je m'adresse à ceux ou celles qui n'ont pas du tout ce problème et qui peuvent partir quand ça leur chante.  Tout d'abord, il y a une saison à choisir et un mois précis. Quel saison? Et quel Mois? 

 Je n'ai bien entendu, encore une fois, aucun conseil à donner à ce sujet, chacun est entièrement libre de partir quand il veut. Mais, je pense qu'il y a quand-même des saisons et des mois à éviter:

I - La Saison hivernale, qui peut s'étendre de début Octobre à mi-Avril, pour quelles raisons?

  Ce sont quand-même des périodes humides et froides, où vous aurez immanquablement des brouillards, de la pluie, de la neige, des vents froids, les chemins peuvent être inondés, boueux et défoncés, les cols enneigés, les Gîtes et Auberges sont souvent fermés ( et pas chauffés), y compris certains Commerces, Bars et Hôtels dans certaines Régions assez désertes qui ferment dans cette période. Les journées sont très courtes et sombres, vous aurez de longues soirées de solitude, car il y aura peu de pèlerins dans ces époques...etc..., n'oubliez pas non plus, que c'est la période de la chasse, au moins jusqu'en Février.  Alors, à moins d'aimer souffrir, d'aimer en baver ( Voir mes photos et mon texte ci-dessus ), et de prendre le risque de passer dans des forêts où il y a des battues de gibiers, et de vous prendre pour Indiana Jones, en entendant siffler les balles autour de vous, je pense, que c'est quand-même une période à éviter, si vous pouvez, bien-sûr. Vous me direz, j'en suis sûr, il peut y avoir aussi des temps pourris en toutes saisons, d'accord, c'est tout à fait vrai, mais cette fois, ce ne sera plus qu'une question, que de malchance...et là, c'est la loterie pour toutes sortes de voyages!

  II - La Saison estivale, de mi-Juin jusqu'à mi-Août ( Pour les chemins de Compostelle ), pour quelles raisons?

 Cela peut se comprendre aisément, il y a aussi énormément de jeunes qui font les Chemins de Compostelle, souvent des étudiants, et en majorité des jeunes espagnols, c'est presque une obligation et une tradition pour certaines grandes écoles. Sans compter, tous ceux ou toutes celles, qui sont toujours dans la vie active, et qui profitent des grandes vacances pour faire des bouts de Chemins. Alors, je vous laisse imaginer la bousculade sur certains Chemins, surtout les Camino de Francés, Aragonais et del Norte. C'est la course à l'échalotte, pour arriver dans les premiers dans les Albergues ( Auberges de pèlerins ), certains partent vers les 5 heures du matin, bien avant l'aube blafarde, dans la pénombre...et pour éviter également d'être totalement grillés en fin de matinée, dans les périodes de canicule, où il peut faire  pas loin de 40° à l'ombre, dans les ruelles des pueblos! C'est là que je préconise de marcher avec un grand parapluie, pour éviter d'être totalement déshydraté sur des chemins grillés par un soleil de plomb au fin fond des sierras et pampas.

  III - Alors, que reste-t-il me direz-vous? Si vous pouvez le faire, bien sûr, c'est la période du Printemps qui part de la mi-Avril jusqu'à la mi-Juin, les jours sont de plus en plus grands, plus lumineux, les chemins plus fleuris, la douceur printanière est bien meilleure pour de longues marches, le corps se fatiguera beaucoup moins, c'est important quand-même le physique, et vous ferez certainement de bien plus jolies photos avec une nature verdoyante et fleurie. Bien entendu, il peut aussi arriver des temps pourris dans ces périodes, comme toujours, c'est une question de chance. Le mieux, quand vous êtes retraités et sans quelconques obligations, c'est de ne pas décider la date de votre départ longtemps à l'avance, et de suivre les bulletins météorologiques, pour partir au meilleur moment, si l'anticyclone des Açores vous fait une fleur...c'est quand-même plus agréable de commencer son voyage avec un beau ciel bleu et des températures plus clémentes...quand on peut le faire, c'est sûr!

Ami Gilbert d'Ahuy.

                                               ----------------------------------------------------------------

Posté par AmiGilbertAhuy à 19:14 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

15 octobre 2013

194 -- Comment préparer un long voyage à pied? ( IV )

P1050696 [800x600]chemin du levant 084 [800x600]

P1080184 - CopieP1190905 (2) [800x600]

P1060303 [800x600]chemin du levant 081 [800x600]

1) et 2) Les chemins peuvent être longs soit par mauvais temps froid et humide, soit sous un soleil de plomb, la canicule et un ciel bleu azur... -- 3) et 4)  On a qu'un petit sac à dos pour emporter le juste nécessaire pour survivre pendant quelques semaines, qui doit peser aux environs de 7 à 8 kg pour les dames, et de 8 à 9 kg pour les hommes, Maximum!  Sans compter la nourriture et l'eau au départ des étapes...alors, il va falloir calculer juste pour ne pas être écrasé par le sur-poids de votre sac. Personnellement, j'ai toujours été adepte d'une sacoche ventrale pour équilibrer le poids sur son corps, et d'y mettre ce qui sert très souvent lors de la marche, cela évite bien des fatigues, pour ne pas avoir à dessangler, descendre, puis remettre son sac à dos en permanence...surtout par mauvais temps. -- 5) et 6) Et accepter l'inconfort de vos nuits, un peu l'un sur l'autre, dans des locaux exigus et peu aérés...faut aimer! Si non, vaut mieux partir faire une croisière ou rester chez soi!

                                                         ------------------------------------------------------

  Ensuite, si vous êtes déjà grands randonneurs et que vous avez déjà fait des randonnées de plusieurs jours, surtout en montagne, ou sur des autres grands chemins,  je n'ai bien-sûr rien à vous apprendre. Chacun de nous apprend très vite à ses dépens, suite à de nombreuses expériences vécues sur des chemins par tous les temps et en tire très vite les conséquences pour savoir ce qu'il faut prendre ou pas! Je m'adresse donc à tous ceux ou toutes celles qui désirent partir sur un Chemin de Compostelle, et qui ne pratiquent la marche à pied qu'occassionnellement dans de petites randonnées et un petit sac à dos:

Comment préparer son sac à dos?

  Dans tous les cas, il vous faudra prendre que le strict minimum car la Chemin est long... ( The way is long...El Camino es largo... ) inutile de vous le rappeler. Alors, il va falloir serrer...et ne prendre ce qui est vraiment indispensable, et c'est là le grand problème. J'ai déjà écrit un article à ce sujet, voir le N° 5 du 09/10/2011 où dans la Page d'Accueil, pour ceux ou celles que ça intéresse vraiment. En résumé rapide, personnellement, j'en suis arrivé dans mes derniers voyages à ne prendre qu'un seul change essentiel dans mon sac, du linge le plus léger possible, assez costaud, qui sèche très vite, vêtements conçus pour les amateurs de sports extrêmes et conditions extrêmes, avec des nouveaux tissus en fibres respirantes et selon les saisons et conditions climatiques, soit chauffants, soit rafraîchissants. Bien-sûr, ces vêtements sont souvent onéreux à l'achat, ce sont de nouvelles techniques modernes inventées pour les armées et les randonnées un peu spéciales, et ça se paye! Vous les trouverez dans les grands Magasins de Sport comme Décathlon, Inter-Sport, Go-Sport, voire même le vieux Campeur pour ceux qui habitent proche de très grandes villes. Bien-sûr, il faut prendre un peu de temps auparavant, avant de faire vos achats, en faisant un peu le tour de ces grands magasins, et interroger les employés spécialistes des grandes randonnées. C'est ainsi qu'un jour, j'ai fait la découverte du sur-sac à dos, grâce à une employée de Décathlon, que je remercie au passage...

 Ensuite, il faut essayer de trouver tout ce que vous pouvez en modèle réduit, par exemple: ciseaux, lime, coupe-ongles, lampe de poche ( La mieux, en définitive, est celle qui se recharge avec une petite manivelle, la Dynamo Intertronic, elle est très puissante au niveau lumière, cela évite le transport des piles ), petite cuillère, petite fourchette, petit couteau à fonctions multiples, un petit sifflet de poche si vous marchez seul... etc...ne vous chargez surtout pas en produits pharmaceutiques, là aussi, le strict minimum, que ce soit en France ou même au coeur de l'Espagne, il y a des Pharmacies un peu partout dans vos étapes, n'oubliez-pas des mouchoirs de poche et du papier hygiénique, ça peut être utile dans la nature, le minimum pour les affaires de toilette, il existe aussi des petites serviettes et gants très légers, à Décathlon, ou ailleurs peut-être? qui sèchent très rapidement.  Pour ma part, j'ai pris en plus, un sur-sac de couchage, mais en prenant un sac de couchage plus léger et un tout petit camping-gaz, car je suis devenu adepte du bivouac au clair de lune, dans mes derniers voyages, et, même si ça vous surprend, personnellement  je préconise de boire énormément de liquides chauds durant ces longues marches, surtout des soupes en sachets ( Plein d'aliments nutritionnel, protéines, glucides, lipides,fibres alimentaires, sels minéraux etc...), c'est bien meilleur que de s'empiffrer d'eau en permanence ( Voir l'article N° 5 du 09/10/11 ou Page d'Accueil ), il n'y a pas souvent des Bars le long des étapes, et ça coûte cher à force, et on ne mange pas toujours à sa faim. Mon sac à dos n'a jamais excédé les 9 kg, plus les aliments et l'eau, avec un maximum de 12 kg au départ des étapes.  Normalement, on ne doit pas dépasser le cinquième de son poids, c'est toujours ce que j'ai lu un peu partout. Ne vous chargez-pas de livres inutiles, c'est toujours assez lourd ( J'ai vu un jeune pèlerin venant de Bulgarie, dans un Gîte où j'étais hospitalier, avec 4 livres dans son sac à dos!!! ), surtout, qu'on trouve souvent de la lecture dans les Gîtes ou les Auberges. Alors, inutile de se surcharger, c'est déjà bien assez lourd à porter, et on pourra lire de longues soirées d'hiver chez soi, mieux vaut remplir votre petit carnet de route pour passer le temps, ensuite, vous pourrez plus tard, ouvrir un blog pour raconter vos aventures...comme l'ami Gilbert.

 Prenez votre temps pour l'achat de votre sac à dos, il doit être à la fois léger et solide, stable, quand on le pose sur le sol, avec une sangle bourrelet sur les hanches, et une sangle solide sur la poitrine, comportant 2 anses qui servent à remonter le sac et à soulager les mains, en y mettant votre bâton télescopique, et votre parapluie, quand vous en avez un, en reposant les bras dessus. Ne jamais le laisser sans surveillance, dans les Bars, Restaurants, voire même dans certains Gîtes ou Auberges, quand vous prenez votre douche, ou si vous allez faire des courses, il y a souvent des pèlerins en qui vous avez confiance, à qui vous pouvez le confier, et, faire vos achats et vos visites le plus souvent possible, avant d'arriver dans les grandes Auberges ( Cela arrive fréquemment sur les Chemins ), il faut rester toujours prudent dans tous les cas. C'est tout votre voyage qui peut s'arrêter d'un seul coup, et devenir pour vous un véritable petit cauchemar, pensez-y. Dans tous les cas, vos papiers et votre carte, si possible, sur vous, ou près de vous, même dans les toilettes et douches. Prenez aussi l'habitude de ranger vos affaires toujours au même endroit dans votre sac, ça vous évitera bien des énervements inutiles. N'oubliez-pas non plus de mettre un sac poubelle assez résistant avant de ranger vos affaires dans votre sac à dos, cela évitera l'humidité en cas de mauvais temps, et pensez à mettre votre réserve d'eau et vos aliments dans votre laine polaire, en cas de canicule ( Un petit truc qui m'a été donné par un jeune hollandais un peu baroudeur, rencontré sur le Chemin d'Arles, ayant fait du trekking dans certains déserts sud-américains. )

Ami Gilbert d'Ahuy.

                                        ------------------------------------------------------

Le Blog " Lechemindesétoilesdel'amiGilbert " est en Pause jusqu'en Décembre.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

Posté par AmiGilbertAhuy à 18:14 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

05 janvier 2014

196 -- A ) Quel Chemin de Compostelle choisir, en fonction d'une date et du climat? -- I --

P1170010 [800x600]P1170014 [800x600]

 Suite à plusieurs messages provenant de personnes passant dans mon blog, pèlerins ou grands randonneurs, souvent j'ai cette question : Quel Chemin choisir en fonction d'une date précise?

 J'ai donc décidé d'écrire ce petit article pour donner mon avis, bien que je me sois toujours efforcé de répondre le plus rapidement possible à toutes ces personnes, quand je suis là, car il m'arrive, comme tout le monde, de m'absenter de temps en temps, un certain temps...comme disait l'ami Fernand Raynaud, pour les anciens qui l'ont apprécié! Par contre, ce que je demande à tous ceux ou toutes celles qui me demandent ces informations, de bien vouloir accuser réception de mon message, sans que vous ayez à me remercier, si je le fais, c'est tout simplement pour rendre service, parce que j'ai toujours été un homme de partage, uniquement en ce qui concerne mes expériences vécues... bien sûr!

P1170030 [800x600]P1170031 [800x600]

 Pour commencer, après toutes mes expériences sur des chemins de Compostelle ou grandes Randonnées d'une ou deux semaines en montagnes, je pense que chacun de nous doit tout d'abord s'analyser personnellement sans suivre ou écouter les conseils des uns et des autres, car c'est souvent le plantage assuré, je m'explique: nous sommes tous différents les uns des autres, soit physiquement, soit biologiquement, soit génétiquement et souvent selon ses origines et son lieu de vie habituel. Certains sont armés pour affronter des froids de canards, d'autres supportent facilement des temps humides pluvieux ou neigeux, des vents violents, d'autres, préféreront des chaleurs excessives et des temps très secs. C'est tout à fait normal, nous sommes très exactement comme les plantes, les arbres, les fleurs , les insectes et les animaux etc... certaines plantes tropicales ne pourraient pas vivre dans nos pays froids l'hiver et inversement... c'est l'erreur monumentale que j'ai faite lors de mon premier départ le 8 Avril 2001, d'avoir choisi cette date de départ, sans m'être au préalable analysé, en sachant bien, que je venais d'un pays chaud... et que j'ai horreur de marcher par mauvais temps, froids, humides et ventés! La preuve: les quatre photos ci-dessus, j'ai eu ce temps-là, les deux premières semaines de marche, de Dijon jusqu'après Conques. D'une part, je n'ai pas du tout apprécié, d'autre part, mon corps n'a pas du tout aimé cela...ce qui est normal! 

P1170078 [800x600]P1180194 [1024x768]

Numériser0046 [1024x768] [800x600]chemin du levant 084 [800x600]

 Du mauvais temps comme j'ai eu jusqu'après Conques ( Première photo ), ou sous des cagnards épouvantables comme sur le Chemin de la Plata en 2006 ( 2 ème photo ), Camino Aragonais en 2005 ( 3 ème ) et Camino du Levant en 2008 ( 4 ème ), je préfère 100 fois ces canicules, que de marcher dans des bourbiers d'eau mélangé à de la neige, et à la traversée de l'Aubrac, avec un vent glacial venant du Nord et une température négative...chacun son truc! 

 Tout ça pour vous dire que ce n'est pas facile de conseiller les gens, surtout quand on ne les connaît pas! Et, dire que tel Mois est plus favorable qu'un autre pour faire tel ou tel chemin, là aussi, c'est prendre des risques en envoyant des gens en pleines galères. D'autant plus, qu'avec ces problèmes climatiques actuels, le temps fait bien ce qu'il veut, quand il veut, sans respecter les saisons, en effet, on peut se geler fin du Printemps, et transpirer en plein hiver! C'est bien ce qu'il se passe actuellement. Alors, comment faire pour décider une date?...la suite, plus tard, dans un autre billet...

Gilbert.

Posté par AmiGilbertAhuy à 16:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 janvier 2014

197 -- B) Quel Chemin de Compostelle choisir, en fonction d'une date et du climat ? -- II --

P1180069 [1024x768]P1180106 [1024x768]

Photos prises à la mi-Juin 2006 sur le Camino de La Plata et du Mozarabe, des jours de fortes canicules que certains ou certaines d'entre-vous n'apprécieraient pas quand on a des étapes de 7 à 8 h de marche... j'ai même admiré, lors d'une pause repas, ce beau tourbillon thermique qui venait sur moi et brusquement, il est reparti vers le Sud... avec une hauteur de plusieurs centaines de mètres !

                                          --------------------------------------------------------------------

 Une fois que vous aurez bien fait votre analyse personnelle sur le climat qui vous convient le mieux, ( Certains s'adaptent à tous types de temps, il y a toujours des gens exceptionnels qui supportent tous les climats lors de grands et longs voyages à pied, tant mieux pour eux, ils peuvent bien partir quand il veulent... ), mais pour les autres...et ils sont nombreux, mieux vaut éviter les galères, quand on peut le faire! 

 Alors, comment faire? 

 Eh bien, en 2014, nous avons la chance de vivre des progrès  " énormes ", dans tous les domaines, et notamment dans l'informatique avec l'indispensable "" Internet ""! Pourrions-nous vivre maintenant sans? Si! En vivant au fond d'une grotte dans le Vercors ou ailleurs...comme un ermite! 

P1180215 [1024x768]P1180134 [1024x768]

Lever de soleil en Extramadure ( La Plata ) et arrivée dans la merveilleuse Ville galloromaine de Merida ( La Plata ).

 Pour décider un Chemin à une date précise, servez-vous de l'internet et,  par exemple,  si vous décidez de partir en Février et Mars, et Pourquoi pas? Choisissez un Chemin le plus au Sud en Espagne, comme le Camino de la Plata qui part de Séville; ou le Mozarabe, qui lui part de Grenade et passe à Cordoue,  et pourquoi pas,  celui du Levant qui lui part de Valencia ( Camino de Levante ), mais, tenez compte quand même des possibilités d'hébergements dans ces Saisons encore hivernales, et, de ces 3 Chemins, je vous incite quand même, à prendre celui de La Plata, car, même si vous aimez les grandes solitudes, les deux autres sont quand même à éviter, les soirées risquent fort, d'être très longues dans votre solitude et l'inconfort de certains Gîtes gratuits, et,  le Camino de la Plata est assez fourni en Auberges de pèlerins, donc moins onéreux que les 2 autres.

  Alors? Je disais donc, servez-vous un max de l'internet en tapant par exemple pour celui de La Plata: Climat en Andalousie en Février et Mars...et vous tomberez dans de nombreux Sites comme www.espagne-facile.com ou www.espacevoyage.net/température-andalousie, ou, www.thomascook.fr/espagne/meteo-andalousie.html etc...... où vous trouverez bien des réponses à vos questions: climat en Andalousie, temps généralement beau et ciel bleu, mais souvent il fait plus beau en Février qu'en Mars...

  Et ensuite, vous pouvez faire la même chose pour les Régions traversées sur le Camino de la Plata, du Sud au Nord-Ouest. Après l'Andalousie, vous avez l'Extramadure puis, la Région de Salamanque ( Salamanca ), le Sud de la Castille et Leòn et enfin à l'arrivée, la Castille du Sud et de l'Ouest, en arrivant à Santiago de Compostela, où vous n'aurez plus du tout le même climat qu'à Séville. Par contre, comme je le disais précédemment, vous pouvez toujours arrêter votre voyage, soit à Salamanque, soit à Zamora, qui sont deux grandes villes où vous n'aurez aucunes difficultés pour votre retour, et finir ce parcours une autre fois, dans une meilleure saison.

  Maintenant, absolument  rien n'est garanti, en aucunes Saisons de l'Année, et ça, tout le monde le sait, quelque soit le voyage à pied ou voire même les vacances, on peut avoir des trombes d'eau en Juin ou avoir un temps magnifique en Février, tout ça n'est qu'une question de " Chance ", la " Suerte " comme disent les espagnols. C'est bien pour cela qu'il est très difficile de conseiller dans ce domaine, car on ne peut absolument rien affirmer! Mais on est certain d'une chose, on a plus de chance de voir le ciel bleu en Espagne qu'en France, en Hiver et jusqu'à fin du Printemps.

 

P1170754 [640x480]P1170753 [640x480]

Arrivée à Cabo de Fisterra en Juin 2003, après Santiago de Compostela, sous des trombes d'eau et un vent épouvantable d'au moins 90 km/h !!! Alors que 4 jours plus tôt, j'étais arrivé à Saint-Jacques de Compostelle sous un ciel bleu magnifique et 30° à l'ombre! Le lendemain, le beau temps est revenu sur le Cap Finisterre espagnol, voir dans mon blog, l'album photo de ce voyage en 2003.

                                                 -------------------------------------------------------------

Posté par AmiGilbertAhuy à 15:02 - - Commentaires [8] - Permalien [#]

04 février 2015

12 ) -- L'Hospitalier d'un Gîte ou Auberge de pèlerins vers Compostelle -- Appel aux bonnes volontés! --

Numériser0028 [1024x768] [800x600]P1050254

1) Devant le Gîte d'Arres le 16 Juin 2005 en compagnie de Marie-Louise ( Marie-Lou ) Borel, Présidente de l'Association Jacquaire de Toulouse et son mari Lionel, hospitaliers de cet adorable petit Gîte de pèlerins sur le Camino Aragonnais, lors de mon passage. Encore grand Merci mes chers amis toulousains pour votre formidable accueil ce jour-là, c'est grâce à eux que je suis devenu ensuite hospitalier à mon tour -- 2) L'ami Gilbert en compagnie de deux joyeux lurons québécois et une très sympathique jeune peregrine allemande, une superbe soirée très joyeuse où nous avons partagé notre repas ensemble, dans l'ancien Gîte de Baziège que j'ai tenu quelques petites semaines sur 3 années. Une formidable et belle expérience pour moi d'avoir tenu ces Gîtes de Baziège et de Revel, pour accueillir cette fois les pèlerins, je devais bien ça à l'Esprit du Chemin de Compostelle.

                                                                      --------------------

 Un hospitalier ( Hospitalero en Espagne) ou hospitalière, est un ancien pèlerin ou pérégrine, ayant fait au moins une fois, un des Chemins de Compostelle dans l'esprit du chemin, qui va cette fois se dévouer à son tour pour tenir un Gîte ou Auberge de pèlerins, totalement bénévolement, et s'engager pour une certaine période, une ou plusieurs semaines, pour accueillir les pèlerins et pérégrines, avec toute son amitié, et avec quand même fermeté et tact, gérer ce petit havre de paix, pour le tenir propre en toutes circonstances, rester toujours à l'écoute des uns et des autres, en oubliant totalement sa petite personne, les soigner éventuellement, les encourager en cas de déprime, souvent quand le temps est épouvantable, pèlerins très souvent harassés par de longues journées de marche, sous des pluies torrentielles, des chemins défoncés et boueux, ou sous des chaleurs torrides, remonter le moral de certains pour qu'ils aient le courage de continuer vers Compostelle, tamponner la créantiale ou le crédential, relever quelques renseignements, préparer les petits déjeuners le matin, et, participer aux repas le soir lorsqu'ils sont invités par les pèlerins, attendre que tout le monde soit couché et être le premier debout, et quand tout le monde et reparti vers son bonhomme de petit-chemin, remettre le Gîte en ordre. Ce n'est pas insurmontable, ensuite on a une bonne matinée pour faire quelques courses où une petite balade. À Baziège, j'adorais accompagner les derniers pèlerins, quelques kilomètres, le long du Canal du Midi, cela me maintenais en forme, pour rejoindre ensuite un de mes chemins, cette fois, comme pèlerin...j'ai apprécié fortement cette expérience nouvelle pour moi, d'accueillir ainsi des pèlerins de toutes les nationalités, venant des quatre coins de la planète. Il serait souhaitable bien sûr, de faire l'effort d'apprendre quelques rudiments d'anglais et d'espagnol, avec ces deux langues on peut s'en sortir, si non, le langage des mains reste toujours le langage universel! 

 Un soir que je tenais l'ancien Gîte de Baziège comme hospitalier ( Le nouveau vers l'église, serait ultra-moderne et confortable, tenu par l'Association Jacquaire de Toulouse, par toute une équipe d'anciens pèlerins formidables de dévouements ), le sympathique petit village de Baziège, étant la dernière étape avant d'arriver dans Toulouse la rose, le chemin peut se faire en totalité le long du superbe Canal du Midi ( De Riquet ). Je disais donc, lors de la soirée , du 12 Avril 2009, alors que mes huit pèlerins exténués étaient couchés et endormis, n'ayant pas sommeil, il m'a pris la curieuse idée d'écrire un petit texte de façon poétique, en définissant les devoirs des hospitaliers envers les pèlerins qu'ils accueillent. J'ai écrit également ces quelques lignes , pour inciter d'anciens pèlerins assez disponibles et dévoués, à devenir eux ou elles aussi un jour, des hospitaliers ou hospitalières, ayant certainement profité lors de leurs pérégrinations d'accueils super chaleureux, parfois inoubliables, dans des Gîtes tenus par des bénévoles, afin de rendre un peu ce qui nous a été généreusement donné lors de ces beaux voyages vers Compostelle: 

P1050615 [1024x768]

 Appel à tous les anciens pèlerins ou anciennes pérégrines, ayant un peu de temps disponible, peut-être comme je l'ai fait durant 3 Années, d'aller tenir un Gîte ou Auberge de pèlerins, juste avant de repartir, eux ou elles aussi, sur un nouveau Chemin français ou camino espagnol, c'est, je vous l'assure, une formidable expérience qu'on ne peut plus jamais oublier, c'est l'autre partie cachée des Chemins de Compostelle, peut-être laisserez-vous un formidable souvenir à des pèlerins venus de tant d'horizons différents, moi-même, des années plus tard, je ne peux pas oublier la gentillesse et le dévouement de certains hospitaliers ou hospitalières, accueils d'une très grande fraternité dans le partage et l'amitié des grands Chemins de Compostelle et de l'Esprit du Chemin. 

Actuellement, des Associations Jacquaires recherchent des hospitaliers ou hospitalières pour 2015 à:

Baziège, Revel et Toulouse, s'adresser à: stjacqueshospit.oc@gmail.com - ou à l'Association jacquaire de Toulouse " Les Amis des Chemins de Saint-Jacques en Occitanie " dont j'ai mis un lien en bas de ma Page d'accueil.

Rocamadour: s'adresser à Jean-Louis Voleau: gite.gramat@gmail.com

Saint-Jean-Pied-de-Port: s'adresser à Jean-Claude: jcisard@hotmail.com

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Posté par AmiGilbertAhuy à 20:07 - - Commentaires [9] - Permalien [#]

05 février 2015

11 ) -- Préparation à tout gros effort physique non habituel.

Préparation physique avant tout sport un peu violent

chemin du levant 077 [800x600]P1010762

  Que vous partiez pour une randonnée de 8 ou 10 jours, un trekking au Népal ou ailleurs, un séjour à la montagne pour pratiquer du ski alpin ou nordique, un grand circuit en vélo, de la varappe, de l'escalade...etc...je vous en conjure, ne partez jamais sans un bon entraînement au préalable, avec des muscles à froid, car c'est inéluctable, vous irez tout droit dans un mur, au devant de gros problèmes musculaires, de pépins divers: crampes douloureuses, foulures, entorses, cassures et galères assurées...j'en passe, et des meilleurs! Et, même si vous voulez rester tout simplement en pleine forme physique, pourquoi pas?

 Alors que faire et comment faire, quand on a pas trop de temps à consacrer à cet entraînement, travail, conditions climatiques et toutes les vicissitudes de notre monde moderne, eh bien, même si ça peut amuser quelques-uns, ça je m'en balance...ça passe sur le train de mon indifférence! Je vous donne en partage mon petit secret, il est simple, sans danger, que l'on peut faire chez soi à tout moment, sans faire des kilomètres pour rejoindre une salle de sport, mais à faire le plus sérieusement possible, sinon, ça ne sert strictement à rien! Voici mon petit truc, expérimenté depuis mes premiers départs au ski alpin, c'est à dire, depuis Novembre 1962! C'était hier... :

 À faire au moins 3, 4 ou plusieurs fois par jour, pour que ce soit efficace:

 Mettez-vous face à une table, un évier solide, un meuble d'au moins 70 à 80 cm, voire plus, selon votre taille, posez bien vos mains à plat face à vous sur un de ces supports, reculez-vous d'une vingtaine de centimètres, mettez-vous sur la pointe des pieds, très important,baissez-vous jusqu'au bas et à l'aide de vos bras, remontez vers le haut, puis recommencez en comptant chaque flexion... Attention! La première fois, la 1ère journée, ne faites pas plus de 10 flexions et que 3 fois maximum! Ensuite, selon votre désir d'être bien préparé pour une longue marche, pour votre séjour de ski ou autres, augmentez progressivement le nombre de flexions et le nombre de fois, c'est vous qui serez libre arbitre ensuite. Ne soyez pas surpris, les 2 ou 3 premiers jours de cet exercice, vous aurez forcément des muscles qui seront un peu douloureux...c'est tout à fait normal...le jour où vous ne sentirez plus rien, vous serez pas loin d'être en pleine forme! Cet exercice est très complet, il fait travailler les pieds, les jambes, les genoux, les cuisses, le bassin, le dos, les bras, les épaules...c'est pratiquement complet! 

 Autrement, pour des puristes consciencieux, avant de partir sur un chemin, sur une piste, chez vous ou dans une location, un Gîte etc... mettez-vous face à un mur, mains à plat sur le mur, un pied en avant et l'autre en arrière, toujours sur la pointe des pieds, et faites à nouveau des flexions, pour étirer les muscles des mollets et l'avant des cuisses, cela, je l'ai vu faire de nombreuses fois par certains pèlerins dans des Gîtes, juste avant leurs départs...

 Quels sont les muscles principaux qui travaillent le plus dans un gros effort physique? :

Du haut en bas: les muscles des épaules, les dorsaux; les muscles du dos et du bassin; les muscles des cuisses dont le rectus femoris, vastus latéralis et médialis, les adducteurs: adductor longis et magnus; les muscles et tendons des genoux; les muscles des jambes, les mollets principalement; les tendons d'Achille et toute la complexité des muscles, tendons, talon et petits os des pieds, sans parler de l'astragale, fissure et cassure des petits os...pour ne pas entrer plus loin dans la formidable complexité de notre corps! En faisant au moins ces deux petits exercices de façon non violente, pour éviter tout claquage, et le plus possible de la marche à pied, laissons un peu nos véhicules de transport actuels, ce ne sera qu'un mieux pour notre pauvre petite planète! Tout cela devrait suffire amplement à ne pas partir pour vivre un grand plaisir, dans une méforme totale physique.

 Voilà, le fruit de toutes mes expériences, dont certaines ont été bien malheureuses, vous évitera, je l'espère sincèrement, de nombreuses galères lors de vos beaux voyages à pied, ou tout sport demandant d'être en pleine forme!

 Et pour finir, un petit rappel pour les marcheurs au long cours: marchez le plus droit possible, en réduisant votre allonge, n'oubliez jamais de partir sans une boussole, un sifflet et un portable, surtout si vous marchez seul! 

 D'autre part, au cas où vous vous blessez sérieusement, ou quelqu'un d'autre, lorsque vous saignez énormément, tout bêtement, avec un paquet de mouchoirs en papier, appliquez-le sur la blessure, sur le plastique, sans enlever les mouchoirs,  puis apposez ou faites apposer une main en serrant le plus fort possible, défaire et enlever les lacets pour bien serrer le-dit paquet! Ensuite, prenez votre portable et appelez un des 4 numéros d'urgence les Nos: 15, 17, 18 en France, ou 112 en Europe, souvenez-vous en, ou notez-le.

 Si quelqu'un s'étrangle en mangeant: 5 bonnes claques dans les omoplates ou se placer derrière, croiser fermement les bras sous le diaphragme et remonter très fort en cadence jusqu'à l'expulsion de l'aliment...ça peut sauver des vies...

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

P1050608 [1024x768]P1050609 [1024x768]

Pour changer un peu de sujet, qui connait ce fruit? Ce n'est pas une pomme!

Bon! Une filèle lectrice vient de trouver, c'est notre amie Nathalie, c'est bien un nashi ou nachi, et c'est tout simplement une variété de poire asiatique, très nutritive, la peau n'est guère consommable, c'est très croquant à manger, très juteux, mais très peu sucré. Se consomme bien en petits carrés dans des salades de fruits, mais la meilleure façon de le déguster, c'est en confiture et surtout en gelée, accompagnée de miel et de gingembre, là, c'est très nourissant!

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

P1050611 [1024x768]P1050612 [1024x768]

Ce matin, j'ai trouvé sur ma terrasse ce pauvre petit bouvreuil pourpre ne vivant plus, que c'est-il passé? Une fois en lisant dans mon salon, une petite mésange est venue taper notre baie, je me suis levé, je l'ai prise dans mes mains, puis j'ai soufflé vers son petit bec, elle s'est réveillée, m'a regardé un certain temps, puis s'est remise sur pattes et elle est repartie sur un arbre en face...elle avait dû en voir plein de petites étoiles!...mais là, avec ce petit bouvreuil, rien à faire, je ne pense pas qu'il est tapé contre nos vitres, je n'ai vu aucunes plumes, nous avons des colonnes en béton, peut-être qu'une bourrasque violente de vent l'aurait projeté contre ce béton? Quel dommage! Adieu petit bouvreuil!

Ami Gilbert d'Ahuy.

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Posté par AmiGilbertAhuy à 16:58 - - Commentaires [20] - Permalien [#]

15 mai 2015

10 ) L'équipement du pèlerin

P1210869 [1024x768]P1210830 [1024x768]

P1210887 [1024x768]chemin du levant 084 [800x600] (2)

Mon ami Michel d'Auzon Roch du Var, qui est le Web-Master du superbe Site " Amis de Saint-Jacques en Terre Varoise " " Amis de Saint-Jacques en Terre Varoise - Accueil..- " que j'ai eu beaucoup de chance en le rencontrant dans le train qui nous ramenait de Compostelle en Juin 2006, et, avec qui je suis ami depuis, un ami pèlerin fort sympathique, très dynamique et grand artiste en poésies... Vient de faire paraître un article dans ce Site, en reprenant quelques-uns de la multitude de mes articles sur Compostelle, en en faisant un Condensé sur l'équipement du pèlerin, qui peut servir également à tout grand marcheur au long cours... en reprenant :

 Partir à Compostelle -- Le sac à dos -- Comment se nourrir sur les Chemins -- Comment soigner ses pieds et Hébergements... et surtout, il a joint certains Sites parlant de ces sujets, dont voici le lien : CLIQUANT ICI

 Une fois dans cette Page, si vous entrez dans les liens mis par l'ami Michel, et que vous ne voulez pas quitter la Page, ne fermez-pas le lien épinglé au-dessus de votre écran, en cliquant sur la petite x ... mais, sur la flèche noire en haut, à gauche, de votre écran pour revenir en arrière... et, si ce Condensé vous plaît et que vous connaissez des amis prêts à partir sur un grand Chemin, n'hésitez-pas à leur transmettre ce lien ci-dessus " Cliquant ici "

 Je ne le répéterai jamais assez, à tous mes lecteurs et toutes mes lectrices, tout ce partage, ces petits trucs ou petites indications que nous offrons de bon coeur, Michel et moi, et certains autres pèlerins, ne sont en aucun cas des " Conseils ", ce n'est que du vécu et des expériences parfois très douloureuses, qui nous ont poussé à en faire ce Partage. Maintenant, nous sommes tous deux ouverts à toutes nouvelles expériences vécues, avec les années qui passent, dans le domaine sportif, il y a beaucoup d'évolutions qui se font sans cesse, dans le sac à dos, chaussures et tout autre équipement de randonnées pédestres, et dans bien d'autres domaines, comme la nourriture et les soins corporels... 

Merci l'ami Michel !

Ami Gilbert d'Ahuy.

P1080398P1210877 [1024x768]

P1210886 [1024x768]P1220006 [1024x768]

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

                                                 Les pèlerins de Vézelay,

Deux amis pèlerins quittent Vézelay la belle, ---- Ensemble sur le Chemin, sifflent une vieille ritournelle, ---- Le gros sac sur le dos, la coquille balancelle. ---- Heureux, ces deux compères, manque juste un violoncelle...

La Voie de Vézelay que cite Aymery Picard, ---- Chanoine de Parthenay, pour Jacques fut un flambeau, ---- Tout au coeur de la France, un véritable joyau, -- File vers les Pyrénées, tel un grand étendard...

L'un des joyeux amis clame de belles poésies, ---- L'autre écoute en silence, écartant les orties, ---- Dans ces chemins étroits, ne sont pas des amies ; ---- Les Rimes cadencent leurs pas, ici sont embellies...

Les vers d'Arthur Rimbaud et de Charles Baudelaire, ---- La belle Marche à l'amour, tout est dit pour leur plaire, ---- De Pablo Neruda, on ne peut que se taire, -- Les Pâques de Blaise Cendrars, rien ne peut les distraire...

Allongés sur le sol, sous un doux bruissement, ---- Dans le coeur d'une forêt caressée par le vent, ---- Toutes leurs pensées s'envolent, en haut du firmament, ---- Dans une soirée d'été, passent leur vie lentement... 

Dans ces campagnes profondes, règne la sérénité, ---- Nos amis pèlerins au coeur d'un doux été, ---- Avancent vers Compostelle, loin comme l'éternité, ---- Tout au bout de l'Espagne, à la fin de l'été...

Pensé et noté en partie sur le Chemin de Vézelay.

Et écrit à Ahuy le 25 Août 2012.

Petit texte écrit de façon poétique, que je dédie à mon ami Michel D'Auzon Roch.

Gilbert d'Ahuy

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

P1070157 [1024x768]P1070159 [1024x768] 

P1070161 [1024x768]P1070164 [1024x768]

Les longicornes picotés, appelés aussi capricornes, font partie des coléoptères, qui sont très chassés par nos amis les oiseaux, notamment les pics... deviennent très sympathiques quand on les observe de près. Pas dangereux pour les humains, sauf pour les arbres, dont les chênes, mais les pics sont-là pour les détruire... alors laissons-les vivre en paix ! 

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Posté par AmiGilbertAhuy à 16:15 - - Commentaires [6] - Permalien [#]