31 août 2017

Les écrits poétiques de l'Ami Gilbert -- XII --

Et voilà, on arrive au cinquantième écrit de façon poétique dans cette parution spéciale de tous mes écrits réalisés depuis le Gîte de Borce ce fameux 11 Juin 2005, sur le Chemin d'Arles rejoignant le Camino Aragonais, où, étant seul ce soir-là dans cet adorable petit gîte de 6 places, un soir d'orage, où, après tant d'années, depuis mon adolescence... je n'avais plus du tout manié l'art de la versification et de la rime... soit, 45 années plus tard ! Mais, comme dit le proverbe :  Mieux vaut tard que jamais  ! et :   Il n'est jamais trop tard pour bien faire.... 2 proverbes dont on trouve des traces dès le XI ème siècle et aux origines inconnues.

Mais, auparavant...avant de les faire paraître, j'averti mes fidèles amis et amies...que je ne les oublie pas, apparemment les soucis de CanalBlog ont l'air de passer... j'avais décider de laisser tomber toutes parutions et passages dans vos blogs, en attendant des jours meilleurs... mais voilà, je m'absente dès demain jusqu'à Lundi prochain...alors, ne m'en veuillez pas, je ferais mon possible pour rattraper le retard de mes visites dès que possible, c'est promis ! Sauf...retour vers le Futur chez CanalBlog !

                              --------------------

P1050853 [800x600]

47 )             Rose éternelle, tu es si belle !

                  Rose éternelle, tu es si belle !

                    Des champs et des jardins,

                      Tu parfumes les matins,

                  Telle une jeune Demoiselle.

                   La Reine est bien la Rose,

                      Au fond des jardinets,

                   Où chantent les roitelets,

                 C'est une bien belle chose.

                       De la Rose Gallica,

                 Aux cinq petites pétales,

              Aux multiples qui s'étalent,

                    De la Black Baccara.

                 La Rose, fleur du poète

                     Depuis l'Antiquité,

                  Au peintre persécuté

                   Qui a perdu la tête !

              Belle Rose, tu m'énivres ;

            Des senteurs, est la Reine.

              Pour t'aimer, nulle peine,

               Te sentir, j'en suis ivre !

            Attention ! La Rose pique !

     Comme belles Dames, des épines,

            Par surprise, les coquines,

    Qui s'accrochent, telles des tiques !

            La Rose qui nous fascine

               De son allure exquise ;

               Ô toi ! belle Marquise !

             Dans le soir qui décline...

          Fleur de légende les Roses !

              De Ronsard à Verlaine,

          Poésies, quelles aubaines,

        Pour écrire de belles proses...

           Rose rouge, bel emblème

               De l'Amour absolu,

             D'amoureux assidus,

      Qui vont dire des : Je t'aime !

                         ----------

        Écrit à Ahuy le 6 Août 2015

             Ami Gilbert d'Ahuy

                   --------------------

P1080169 [1024x768]

P1080171 [1024x768]

On est invité très prochainement aux cinquante ans de mariage de la meilleure amie d'enfance de mon épouse... alors, elle m'a décidé d'écrire ce texte poétique... qu'on a écrit ensemble... c'est la première fois que ça nous arrive ! et... bien entendu... je n'ai pas hésité d'orner cette poésie, avec quelques jolies roses ! Ceci, est un petit plus...car il y aura un autre cadeau ! et mon épouse, avant de l'offrir, a décider de le réciter ! va falloir préparer les mouchoirs ! Evidemment, j'ai mis le 3 Septembre 2017, pour immortaliser ce texte poétique, le jour où il va être offert  ! écrit le 27 Août 2017 à Ahuy.

48 )                   Je rêve de poésies...

                   Je rêve de douces poésies

                  Sur des chemins enchantés ;

                     Je rêve de vers esseulés

                Dans de belles sentes infinies.

              Je rêve d'écrire de belles rimes,

                   Perdu dans mes solitudes

               Au creux de sentiers si rudes,

                 Ou de paysages sublimes...

                Je rêve de vers romantiques,

              Que nos Muses offrent des fois,

               Dans des rêves si fous parfois,

                Et des moments fantastiques !

                  Je rêve de sentiers secrets

                   Où se trouve ma solitude,

                     Il y règne une plénitude

                 Enfermée dans des coffrets !

                 Je rêve de pistes délaissées,

                Dans des sierras lumineuses,

              Sous des falaises dangereuses,

              Et dans des gorges encaissées...

                  Je rêve de jolies cascades

              Dans des lieux rafraîchissants,

        Tombent dans des vides angoissants,

             Où l'eau part en mille saccades...

                 Je rêve d'un poète maudit,

               Dans la guerre fut massacré,

                Dans une tranchée enterré,

                 Que des folies ont détruit...

                Je rêve d'écritures légères

                     De ce poète disparu,

                Mais rien ne m'est défendu,

                 Même si ça me désespère !

                                 ----------

                Écrit à Ahuy le 24 Août 2015

                          --------------------

P1060069 [800x600]

Sur le Chemin du Levant, peu de temps après Avila... une pause inoubliable et très agréable !

                          ---------------------

49 )                  Le pèlerin poète,

             C'est comme un vrai poète

            Au fond d'un chemin creux,

         Seul dans ce monde...heureux !

               Qui a le coeur en fête.

                 Il clame sa poésie,

          Le long d'une sente perdue,

             D'une amourette vécue,

                En lui...une mélodie.

             Loin dans ses souvenirs

               De sentiers lumineux,

            Où son coeur fût heureux,

                Il lui reste les plaisirs...

               De pistes éblouissantes

              Qui sillonnent les sierras,

                Sans aucuns embarras,

              De blancheurs éclatantes.

            Et même quand vint la pluie,

            Sur des sentes détrempées,

              Ses pensées déchaînées,

              Sous son grand parapluie.

             Les poèmes...quelle magie !

                 Sur une route inondée,

               Une campagne parfumée,

                  Qu'on aime à la folie.

               Poursuivant son chemin,

                 Vers un but si lointain,

                En sifflotant un refrain,

                 Allant vers son destin...

                              ----------

 Écrit à Ahuy le 24 Août 2015 un jour de pluie !

                   Ami Gilbert d'Ahuy.

     Je dédie ce texte poétique à notre ami

 Michel D'Auzon Roch, qui est actuellement

    sur le Camino del Sur, depuis Alméria...

    Et qui doit subir l'enfer du soleil sur les

                Chemins désertiques !

                       --------------------

P1060400 [800x600]

P1060399 [800x600]

 

50 )         Petits sentiers lumineux.

              Petits sentiers de balade,

   Même sans faire de grande distance,

          Où tranquillement on avance,

          Juste un lieu où l'on s'évade.

        Petits chemins ou bien sentes,

           Loin de tout dans la Nature,

       Et de toutes pensées obscures,

    On se laisse vivre dans les pentes...

            De petites haies décorées,

           De mille fleurs abondantes,

             Aux verticilles odorantes,

      Aux douces senteurs parfumées...

              Dans un chemin vicinal,

         Où règne cette magnificence,

    Là...va se perdre notre conscience,

           Au fond d'un trou abyssal !

          On se laisse baguenauder,

      Sur une longue piste désertique,

         Dans un rêve psychédélique,

          Qui va nous faire sublimer.

           Petits sentiers lumineux,

     Où les mots sont emphatiques,

  Personne...dans ces lieux magiques,

     Il nous reste que d'être heureux !

       Quand on arrive sur la route,

          De ce moment exaltant,

     Quand vient le soleil couchant,

          Du vécu...on a un doute !

                        ----------

        Écrit à Ahuy le 24 Août 2015

            Ami Gilbert d'Ahuy.

Je viens de remarquer que j'ai écrit ces 3 textes poétiques

dans cette seule journée du 24 Août 2015 ! Un jour de pluie.

Je devais être dans une journée profondément poétique, et

que mes Muses étaient en super forme ! ça me surprend

moi-même...et je vous rassure...je n'avais rien fumé de

particulier... vu que j'ai arrêté la cigarette le 01.10. 2010 !

Et que je n'ai jamais essayé tout autre substitutif... et, je

n'aime pas du tout l'alcool... à part une petite Anisette de

temps en temps... ça coûte bien trop cher à la santé !

                        Et au porte-monnaie...

                         Ami Gilbert d'Ahuy.

--------------------------------------------------------

Posté par AmiGilbertAhuy à 19:02 - Commentaires [31] - Permalien [#]


06 septembre 2017

Retour en Htes Alpes - La Vallouise - Rando du Col de l'Aup Martin ( Suite ) - IV - 29.05.17 - et poésies anciennes d'AFN -

 Bonjour ! en espérant avoir moins de difficultés cette fois pour faire paraître... voici la suite de cette petite randonnée vers le Col de l'Aup Martin et Entre-Les-Aigues dans la Vallée de la Vallouise en Hautes Alpes, près de Briançon.

P1050702 [1024x768]

 Lors d'une petite pause boisson... ce magnifique papillon est venu boire ma sueur... sur mon bras ! et il n'avait pas l'air d'être du tout effrayé par mon appareil photo...j'ai peut-être aussi la peau sucrée... Évidemment, notre amie Damienne l'aura reconnu : le Cynthia - Vanessa Cardui, ou La belle Dame.

P1050693 [1024x768]

Saxifrage à feuilles opposées ( Saxigraga oppositifolia ) - Bien entendu, me signaler si je me trompe dans les noms de ces plantes ou fleurs... j'avais noté ce que me disait notre ami Jacques... mais, nul n'est infaillible ! et je ne suis pas un grand spécialiste dans ce domaine !

P1050694 [1024x768]

P1050696 [1024x768]

Androsace alpina... poussant souvent entre les roches. ?

P1050707 [1024x768]

Tous les randonneurs de hautes montagnes connaissent bien ces petits amas de cailloux entassés les uns sur les autres, qui sont appelés des cairns... et que l'on bénit par temps de brouillard très opaque...pour éviter de quitter le chemin ou GR...et de s'égarer vers des endroits dangereux ! Merci de ne pas les détruire...car ils peuvent sauver des vies ! C'est grâce à eux, que j'ai pu m'en sortir une fois dans les Pyrénées, je guidais un groupe de 14 personnes... Alors qu'on nous avait annoncé un super beau temps à la météo de l'Hôtel, juste avant de partir... et, en arrivant vers un Col qui menait en Espagne, un énorme nuage est venu brusquement de l'Est, du pays Catalan espagnol. On y voyait plus rien ! Grâce à ces cairns que j'ai suivis obstinément, ma carte IGN et une boussole, on devait revenir vers le Nord...et on est revenu vers la France, où on a retrouvé le soleil juste avant un Gîte...et bien sûr, la marque du GR qu'on ne voyait plus dans cette purée de pois ! Ouf!  Merci à ceux qui construisent ces cairns !

P1050711 [1024x768]

P1050712 [1024x768]

 Quelques passages difficiles...où, il faut être très calme, très prudent et surtout ne pas chahuter ! car les chutes peuvent être graves ! L'eau de ces torrents assez violents,  sont très souvent très proches du zéro !

P1050714 [1024x768]

P1050715 [1024x768]

Myrtilles en fleurs je pense ? ou Vaccinium myrtillus...

P1050716 [1024x768]

Une sorcière est passée par là ! et ce pauvre bougre a été transformé en une statue en bois !

P1050717 [1024x768]

Une Narcisse poète...ou Narcissus poeticus qui m'a clamé une gentille poésie !

P1050718 [1024x768]

P1050720 [1024x768]

J'ai eu beau regardé...je n'ai vu aucuns batraciens... c'était peut-être trop tôt dans la saison...

P1050721 [1024x768]

Peut-être des Renoncules ou Ranunculus auriconus ? la photo n'est pas nette !

P1050722 [1024x768]

P1050724 [1024x768]

 La fin de cet épisode, nous allons faire notre pause repas au pied de ce rocher où se trouve le Gîte du Col...et où nous n'irons pas... car c'est au moins 40 minutes de marche assez ardue, et il faut redescendre... la suite de cette belle rando à la prochaine parution...

                          --------------------

                           La Caravane,

   Par le désert brûlant, vers les dunes perfides,

Berçant leur penser vague au rythme de leur pas

 Sous les larges bassours et les pesants berdas

   Les dromadaires vont dans les plaines arides.

 Un espoir, quelquefois, allume leurs yeux vides :

" De l'eau!... " C'est un mirage et l'horizon, hélas !

  Dresse à nouveau ses monts étincelants, et, las,

    Ils reprennent, déçus, leurs errances timides !

       Ainsi la caravane humaine dans le Temps

     Vers le néant poursuit son exode inlassable

    Soutenant d'un espoir vain ses pas hésitants.

      Qu'importe notre vie, étrange et périssable,

       Si parfois devant nous, en un subit essor,

     La Chimère au ciel rose, étend ses ailes d'or.

                                  ----------

        Écrit par Robert Migot en AFN vers 1900...

                            --------------------

P1080059 [1024x768]

P1080060 [1024x768]

Drôle de chenille qui était sur ma terrasse il y a quelques jours, quand il faisait très chaud...c'est la première fois que je vois cette espèce !

P1080163 [1024x768]

Il y a quelques jours aussi, la lumière était allumée sur notre terrasse, et j'avais une collection de ce papillon de nuit... j'en ai pris un en photo.

P1080242 [1024x768]

P1080245 [1024x768]

La lune hier soir, au moment où elle montait vers l'horizon, côté Est... elle était particulièrement grosse et belle ! Alors...Au clair de la lune...mon ami Pierrot...prête-moi ta plume...pour écrire un mot ! elle était belle cette petite chanson écrite de façon poétique ! comme j'aurais aimé l'écrire...

Ami Gilbert d'Ahuy.

--------------------------------------------------------

Posté par AmiGilbertAhuy à 19:41 - Commentaires [24] - Permalien [#]

11 septembre 2017

Les écrits poétiques de l'Ami Gilbert d'Ahuy -- XII --

Suite du relevé de tous mes écrits de façon poétique depuis 2009, écrits que j'ai retrouvés ça et là, dans mes vieux classeurs, que je reprends et modifie à ma guise ... et dont je retrouve parfois un petit oublié qui traînait au beau milieu d'un vieux cahier : le Messager de Saint-Jacques, qui aura le N° 52 au lieu de 38... Mais, je ne pouvais pas l'oublier dans mes relevés... l'essentiel, c'est qu'il y soit, même décalé par rapport aux dates de mes écrits.

                             ----------

P1170779 [640x480]

                                      --------------------

51 )                    La Voie Universelle.

                    Mais où vont ces pèlerins ?

              À Saint-Jacques de Compostelle...

                    Mais pourquoi aller si loin ?

                  Car ce bon Saint les appelle !

                   Il est long ce grand Chemin,

                     Cette Voie est immortelle ;

                   Tous vont porter un témoin,

                Jusqu'en haut de cette échelle.

                     Ils sont vont tôt le matin

           Pour de longues journées nouvelles ; 

                   C'est un formidable besoin

            Qu'ils ont tous sous leurs semelles...

             Ils portent de très grands gourdins,

                  Et quelque-fois une ombrelle ;

                   Vont s'endormir sur du foin,

                     Sous la voûte universelle.

                 En empruntant quelques sentes,

                  Des chemins, sentiers et pistes,

               Pour gravir de nombreuses pentes,

                Tant que toutes ces voies existent...

                     Ainsi passe leur beau destin,

                 Dans cette grande Voie fraternelle,

                   Qu'ils doivent garder avec soin,

                  Pour qu'elle leur reste immortelle.

                                     ----------

                  Écrit à Ahuy le 3 Septembre 2015

                           Ami Gilbert d'Ahuy

                                --------------------

Numériser0075 [1024x768]

 

52 )             Le Messager de Saint-Jacques

 

                   Sur le beau Camino Aragonais

     Un jour de fournaise plein de chaudes lumières,

     N'avais qu'une hâte : de boire de bonnes bières,

           Ses beaux paysages...n'oublierai jamais !

        L'étape était longue...quand viendrait la fin ?

     Sous l'ombre d'un buisson, un peu de fraîcheur,

            Dans cette canicule, un peu de douceur,

             Je fis une pause pour calmer ma faim !

                  Vint un messager envoyé du ciel,

            Au dessus de moi, se pose ce bel ange,

      Pendant mon repas, quelques restes je mange,

              Dans le bleu azur, paraît couleur miel.

       Durant une bonne heure, un chant mélodieux,

           Une douce complainte de ce beau pinson,

              Offre au pèlerin une exquise chanson,

               Je suis enchanté et me sens heureux.

                Pourquoi chantes-tu toi le bel oiseau ?

                      Pour un pèlerin cette mélodie,

                 Dans sa petite tête crée cette poésie,

              Là-bas tout là haut, sur ce grand roseau...

                    Ne désespère-pas, toi le pèlerin,

        Saint-Jacques t'accompagne, ce chemin est beau,

                  Je suis là aussi, sur cet arbrisseau,

               Tu n'est plus très loin...tu arrives enfin !

                                        ----------

Numériser0076 [1024x768]

                  L'église de Tiebas...près de Pampelune.

 

 Anecdote vécue sur le Chemin Aragonais le 20 Juin 2005,

Et c'est en revoyant la photo de ce pinson dans ce lieu,

que j'ai écrit ce texte poétique à Ahuy le 25 Juin 2012.

Je ne savais pas quand arriverai la fin de l'étape, le pueblo

de Tiebas était caché par une colline, il faisait un cagnard

pas possible...et quand je suis reparti... 500 m plus loin, 

en montant un chemin tout blanc...juste après un virage...

je découvris enfin le clocher du village, il était 14h30 !

En arrivant devant un petit Resto, où il n'ont fait aucunes

difficultés pour me servir un repas, en me servant de suite

une " caña grande " ( Grande bière pression )... que j'aie

bue presque d'un seul coup !

                " Muchas gracias amigos de Tiebas "

                                --------------------

P1040548 [1024x768]

                                        --------------------

 

53 )                   Lumières d'Automne,

 

      À la fin de l'été, quand les colchiques fleurissent...

        Le bel Automne arrive avec ses couleurs vives,

    Et quand l'été s'esquive pour rejoindre d'autres rives,

 La Nature est superbe quand toutes les feuilles jaunissent.

               Mais avant de tomber, voilà la féerie...

     Des couleurs étonnantes, qui changent chaque journées,

           Chaque feuilles leurs façon, elles muent obstinées,

      Pour notre plus grand plaisir, dans une douce nostalgie.

             Passant des verts foncés à des verts pâlissants,

           De beaux jaunes orangés à des jaunes plus ocrés,

  Jusqu'aux rouges flamboyants, nous sommes émerveillés

             Par toute cette beauté...instants resplendissants.

              Et toutes ces belles années, un émerveillement,

                  Dont on se lasse pas, incroyable Création !

            Dans ce Monde étonnant que j'aime avec passion,

                 Qu'il puisse continuer... vivre éternellement.

          Mais où sont mes vingt ans perdus dans le lointain ?

                      Inexorablement ma vie va lentement,

                       Inlassablement s'écoule fatalement...

   Ainsi les années passent, qui filent pour chaque humain !

      Dans de charmants chemins au coeur de belles forêts,

        Les feuillages lumineux prennent des tons éclatants,

       De beaux jaunes chaleureux aux rouges éblouissants,

            Tous ces spectacles divins incitent à ses arrêts.

               Lumières de ma jeunesse et odeurs oubliées,

        Retrouve avec plaisir toutes ces anciennes senteurs,

           Un bien-être m'envahit me fait vivre ces bonheurs,

         Tout mon coeur est en liesse...sensations sublimées.

              J'admire cette féerie que la nature nous donne,

          Avant les grandes froidures d'un hiver qui approche,

            Pour que cette belle parure des forêts se décroche,

             Comme une triste mélodie au début de l'Automne...

                 Vis cet enchantement tout au long de ma vie,

            Jamais je ne me lasse de ces heures merveilleuses,

         Au creux d'une sente basse, des saveurs si heureuses

              Qu'on savoure lentement avec beaucoup d'envie.

             Quel spectacle féerique que cette superbe saison,

              Où toutes ces jolies feuilles arrivent en fin de vie,

               Qui refusent de tomber sur une pelouse fleurie,

              De mille couleurs magiques recouvrant le gazon.

    Il vole comme une tristesse dans les lumières d'Automne,

   Comme le font les belles feuilles  emportées par les vents,

                Nos âmes se désespèrent... l'hiver à pas lents,

               Au loin l'orage gronde et brusquement il tonne !

                                             ----------

                          Écrit à Ahuy le 26 Octobre 2015

                             Ami Gilbert d'Ahuy.

                                       --------------------

P1020595 [1024x768]

 

54 )                   Vogüé, village de caractère !

 

                    J'adore beaucoup ce beau village,

                       Au doux nom qui me fait rêver.

                         Notre pensée s'en va voguer

                    Tour là haut vers un blanc nuage.

                   Mais pour l'écrire dans une prose,

                      Cela peut être une autre chose ;

                       Mais un poète pour une rose,

                      Un jour écrit : il faut que j'ose !

                        Vogüé, village de caractère,

                 Niché dans les gorges de l'Ardèche,

                  Des lieux enchantés pour la pêche,

                Avec ses belles demeures en pierre.

                    Son superbe château de Vogüé,

                    Domine un fleuron de l'Ardèche,

            S'offre aux passants comme une flèche,

                Au coeur de la France c'est un gué.

                     Sa rue des Puces très étroite,

                       Et son église Sainte-Marie,

                       Dans son écrin, une vigie,

             Du onzième siècle restée toute droite.

                En haut, Saint-Cerice la Chapelle,

                  Surnommée la petite Gleysette,

           Dessus les roches, telle une chevrette,

                Dans le ciel bleu, elle est si belle !

                                     ----------

               Écrit à Ahuy le 13 Novembre 2016

                           Ami Gilbert d'Ahuy.

                               --------------------

--------------------------------------------------------

Posté par AmiGilbertAhuy à 19:01 - Commentaires [27] - Permalien [#]

16 septembre 2017

Retour en Htes-Alpes - La Vallouise - Rando du Col de l'Aup Martin ( Suite ) - V - 29.05.17 et poésie ancienne d'AFN

P1050728 [1024x768]

Suite de cette belle randonnée vers le Col de l'Aup Martin, cette rando normalement pour ceux et celles qui sont capables de le faire, dure la bagatelle de 4h30 uniquement que l'aller... alors, à moins de dormir dans un gîte ou d'avoir de très bonnes jambes, ferait 9 h...sans compter les arrêts ! Vous remarquerez que lors de ce post, de nombreux clichés sur des fleurs de montagne poussant dans les Hautes-Alpes briançonnaises... suite à la demande de notre ami Jacques... alors j'ai bien voulu jouer les photographe de service...et, je ne voulais pas les faire paraître ici, mais, pourquoi vous en priver ? Qu'en pensez-vous ?

P1050733 [1024x768]

Une petite pause s'impose avant la longue descente !

P1050738 [1024x768]

P1050739 [1024x768]

Fin Mai - début Juin... la fonte des neiges s'accélère...et bien entendu, l'eau jaillit de partout, pour notre plus grand plaisir !

P1050742 [1024x768]

Et c'est parti mon kiki ! Mais le photographe resté à l'arrière, perdant du temps pour chaque prise... va avoir à pédaler à chaque fois pour les rattraper !

P1050743 [1024x768]

Renoncule des Alpes ? Comme je vous l'ai déjà écrit lors d'un précédent post, mon ami Jacques me donnait bien le nom que je notais... car je suis nul dans ce domaine... ou à peu près... Il faudrait qu'ils inventent un système pour noter au bas de la photo, après l'avoir prise ! ça existe peut-être ? Alors, soyez gentils, si vous êtes connaisseurs, n'hésitez-pas à me signaler les erreurs ! Merci d'avance...

P1050745 [1024x768]

? un genre de renoncules prêtes à fleurir ? Même Jacques n'a pas su !

P1050746 [1024x768]

Géranium des près dit géranium pratense...

P1050748 [1024x768]

Un genre de campanule ???

P1050749 [1024x768]

Violettes à deux fleurs ?  ( Viola biflora ) ?

P1050750 [1024x768]

???

P1050753 [1024x768]

Petites pensées de montagne et trolles ? Merci Chinou pour les pensées à la place des violettes !

P1050754 [1024x768]

Mieux vaut ne pas trop s'approcher pour un meilleur cliché !

On dirait la fleur de l'arbre de Judée ?

--------------------

 

Fantasia

                                                                                                                                                                                                  Sur l'étalon cabré dont les naseaux sanglants

S'ouvrent avec délice aux senteurs du salpêtre ;

Kabyles et Moutchous ont oublié leur maître

Et dévorent l'espace, affolés et hurlants.

Les selles de cuir pourpre aux clous étincelants,

Les burnous éclatants qui viennent de l'ancêtre,

Les debbous, les flissas aux durs manches de hêtre

S'agitent éclatants dans les rayons brûlants...

Et tandis que le feu des moukalas crépite,

Qu'au revers des coteaux, ivre, se précipite

La horde confondue et rousse, en plein essor,

Silencieux s'épand parmi la brume d'or,

Le calme éloignement des bois et de la plaine

Jusqu'au reflet voilé de la mer incertaine.

----------

Écrit vers 1900 en AFN par Robert Migot

----------

--------------------------------------------------------------------

Posté par AmiGilbertAhuy à 18:07 - Commentaires [28] - Permalien [#]

20 septembre 2017

Les écrits poétiques de l'Ami Gilbert d'Ahuy -- XII --

On arrive bientôt à la fin de ces parutions de mes écrits poétiques... encore 2 post et on sera enfin à la fin ! Pour ceux qui n'ont pas vu les premières parutions... je redonne l'explication de cette Série de publications :

Tout simplement, qu'au fur et à mesure de mes écrits... je les ai rangés dans diverses classeurs et dans un désordre total ! Du coup, pour m'obliger à tout ranger dans l'ordre des dates d'écrits et, éventuellement pour les revoir un peu mieux et les corriger, ou en ajoutant parfois une ou deux strophes. J'ai trouvé cette solution, en créant cette Série de parutions en 14 post ! Soit, à ce jour...67 écrits retrouvés ! De cette façon, une fois que tout sera publié, je pourrai ainsi les photocopier en 3 exemplaires...qui sera un petit cadeau  à mes 3 petits-fils pour Noël prochain ! Un souvenir de leur cher vieux papy ! et, il y aura, peut-être ? au moins un... qui se lancera dans la Poésie ! cela me ferait bien plaisir...

                                                                  ----------

chemin du levant 068 [800x600]

Chemin du Levant...peu après le départ de Valencia.

----------

 

Ô toi joli coquelicot !

 

55 )    Ô toi coquelicot, vulgaire petit pavot,

Qui éclate au soleil et tranche dans le ciel bleu ;

Rouge sang au pluriel, au coeur d'un arc-en-ciel,

Ô toi coquelicot, tu es d'un rouge sanglot !

Le long d'un beau chemin, tu danses comme un refrain,

Au gré d'une petite brise tu balances à ta guise ;

Près d'une jolie église, d'une beauté si exquise,

Une belle journée de Juin, tu enchantes les humains.

Ô toi coquelicot, tu es luminescent,

Au moindre petit rayon d'un soleil éclatant,

Tout comme un lumignon arrivant au Levant,

Ô toi coquelicot, tu es phosphorescent.

Au coeur ta tâche noire dans ce rouge on peut voir.

En groupe tu fais merveille ou même dans une corbeille.

En quittant mon sommeil, ta beauté m'ensoleille,

Sur ces Chemins de gloire, tu reste dans ma mémoire...

Ô toi coquelicot, tu es l'ardeur fragile,

Qui veut sa liberté, quand on le laisse planté !

Car une fois arraché, tu perds toute beauté,

Ô toi coquelicot, jolie fleur si gracile.

Dans mes petites pauses, j'imaginais des proses,

Superbe coquelicot, je n'avais plus de mots,

Je me traitais de sot, pour ce petit pavot,

Dans des visions grandioses, quelles merveilleuses choses !

Ô toi coquelicot, grand ami du poète,

Tes couleurs indécentes, belles lumières si violentes,

De rouges si insolentes qui illuminent les sentes,

Ô toi coquelicot, Renoir le coeur en fête !

Dans les champs tu partages avec l'ami bleuet,

Vos couleurs se complètent pour de beaux paysages,

Dans des herbes se reflètent ces gentils voisinages,

Deux fleurs dites sauvages dans un accord secret !

----------

Écrit le 30 et 31 Juillet 2015, revu et corrigé le

14 Novembre 2016

Ami Gilbert d'Ahuy

--------------------

chemin du levant 085 [800x600]

----------

DSC05760 pont chinou

Photo qui m'a été offerte par notre amie Chinou, que je remercie encore, au passage.

----------

 

56)    Ponts et passerelles, chemins d'espérances.

 

Les ponts et passerelles ne peuvent être que l'espoir,

D'un passage en avant pour rejoindre d'autres rives,

Franchissant les obstacles évitant les dérives,

Afin d'avoir envie, de passer le miroir.

Qu'ils soient des ponts à poutres, ou bien des ponts voûtés,

Superbes ponts en arc, d'une époque très ancienne,

Ou des ponts suspendus, d'une main magicienne,

Ou des ponts haubannés, de magnifiques beautés !

Venant d'une passerelle, des ponts nous franchirons,

Notre enfance passera, pour atteindre d'autres berges,

Un long fleuve peu tranquille, de foyers en auberges,

Pour monter une échelle, la vie nous aimerons !

Du pont de Tancarville à celui de Millau,

Dont l'audace inouïe, pour l'homme un grand défi,

Il lui faut être hardi, notre regard est réjoui,

On ne peut qu'être ravi, tant cela est si beau !

Après une courte enfance, l'âge adulte vient trop vite,

De ponts et passerelles que nous emprunterons,

Pour atteindre la vieillesse...ainsi nous passerons.

Pour le dernier chemin, la sagesse nous invite...

----------

Écrit à Ahuy le 24 Février 2016

Ami Gilbert d'Ahuy

--------------------

 

P1030422 [1024x768]

--------------------

Les Phares, ou lumières dans la nuit !

 

Au milieu de la brume, une toute petite lumière,

Qui est fixe ou clignote, l'horizon elle balaie,

Dans cette purée de pois, ce brouillard est une plaie,

Il ne laisse rien filtrer, comme une terrible barrière.

Alors la corne de brume résonne dans le lointain,

Pour guider les bateaux, les mener à bon port.

Ces sons nous glacent le sang, ils annoncent la mort,

Le long des côtes rocheuses, sur des fonds incertains.

Mais dans les temps plus clairs, quand les étoiles luisent,

Dans des mers déchaînées, ces lumières sont l'espoir

Qui les guident dans la nuit, les aident à se mouvoir,

Elles arrivent des beaux phares, jamais elles ne s'épuisent...

Ô tours majestueuses aux foyers lumineux,

Établies sur les côtes ou récifs dangereux ;

Combien de Capitaines et marins valeureux,

Bénissent ces tours d'ivoire construites rien que pour eux !

Tels des piliers géants face aux grands Océans,

Comme de preux chevaliers, ils affrontent les combats

Contre les vagues immenses, se brisent en mille éclats,

Des lames scintillantes où volent les goélands...

Phare de Sostrate de Cnide mis dans l'île de Paros,

Au port d'Alexandrie, c'est l'une des sept merveilles,

Homère en a parlé dans les légendes si vieilles,

Contées dans les chaumières de cette île de Kéros...

Depuis l'Antiquité sur les côtes escarpées,

Ont sauvé tant de vies et sont souvent bénis,

Ces phares subissent tempêtes et les intempéries,

Des éloges ils ont droit...de belles proses méritées.

Devenu un symbole de l'attente d'un espoir,

En tenant la barre droite d'un cap à maintenir,

Pour arriver au but dans un proche avenir,

Qu'un rêve se réalise, à la fin d'un beau soir.

----------

Écrit à Ahuy le 12 Décembre 2016

Ami Gilbert d'Ahuy

--------------------

 

P1020909 [1024x768]

--------------------

Féeries de Noël !

 

Voilà le jour de Noël,

Arrive la fin de l'Année,

En ce jour coutume est née,

L'espoir devient éternel.

Une naissance est attendue,

Dans une grotte sur de la paille,

Une belle étoile la signale,

Au fond d'une voûte étendue...

Et Joseph annoncera

Que Jésus est né enfin,

À l'aurore d'un beau matin,

Marie le berce dans ses bras.

C'est la magie de Noël

Quand scintillent toutes ces lumières,

Près du feu dans les chaumières,

Un grand bonheur réel.

Que ce jour soit une fête,

De belles lumières et chaleurs,

Nous apporte que des bonheurs,

Et que la Paix soit complète !

Dans le Nord et sa blancheur,

Le Père-Noël tout en rouge,

Prépare sa hotte et se bouge

Pour apporter du bonheur.

Devant la grande cheminée,

Sont alignés les chaussons,

On entend de belles chansons,

Un ballon et une poupée...

Laissez-leur de petites trêves,

Leurs vies à peine commencées,

Dans toutes ces fins d'Années,

Se réalisent leurs beaux rêves...

----------

Écrit à Ahuy le 20 Décembre 2016

Ami Gilbert d'Ahuy

----------------------------------------

Posté par AmiGilbertAhuy à 01:35 - Commentaires [7] - Permalien [#]