05 mars 2012

26 -A- Apprendre l'espagnol facilement

   Bien entendu, tout ce qui va suivre n'est qu'une méthode tout à fait personnelle, qui m'a permis d'apprendre assez rapidement quelques rudiments de la langue espagnole, juste ce qu'il fallait pour me donner le courage de partir sur le Camino de La Plata en 2006, il n'existait pas de Guides français sur ce Chemin à cette époque-là, de traverser ainsi l'Espagne du Sud au Nord-Ouest... Puis ensuite sur le Chemin du Nord et enfin le Chemin du Levant...

   Pour commencer, il y a bien sûr quelques petits sacrifices financiers à faire pour pouvoir se lancer dans l'étude de cette langue sérieusement. Cela ne vous ruinera pas et ne vous coûtera guère plus cher que quelques places de cinéma et quelques repas au Restaurant... Où trouver tous ces documents et livres? Soit dans les grandes Librairies ouvertes aux étudiants, soit à la FNAC, soit parfois en grandes Surfaces:

   Faire l'achat de 3 grands cahiers quadrillés (21x27), d'un petit Berlitz de poche (L'espagnol pour le Voyage), voir la photo ci-dessous,  d'un livre de conjugaison espagnole ( El arte de conjugar ),  et si possible d'un petit  livre de cours ( espagnol facile )avec CD ou cassette, ce serait mieux pour bien cerner la prononciation de certaines lettres bizarres. Et bien entendu 1 petit Dictionnaire français-espagnol et español-francès de la collection Appolo- ISBN: 2-03-401703, enfin, 1 tout petit dico de poche que vous devrez avoir sur vous en permanence en Espagne, c'est pas bien lourd et ça tient dans une poche ou pochette ventrale, cela vous servira certainement plus d'une fois, on ne peut pas tout apprendre un Dictionnaire complet...à moins d'avoir une mémoire d'éléphant !

  I - Pourquoi l'achat des 3 grands cahiers quadrillés?  Car je suis assez partisan d'apprendre en écrivant, comme à l'école, cela permet de mieux enregistrer ce que l'on apprend et c'est plus facile ensuite, pour faire des revisions permanentes...

 A - Le 1er pour relever tous les mots appris :Tracez 2 lignes verticales sur votre page pour 3 colonnes: - a) 1 colonne pour les mots français --- b) 1 colonne pour les mots espagnols correspondants --- et enfin  --- c)  1 colonne où vous mettrez la prononciation en espagnol des mots espagnols relevés en b) par ex :

 Proche ------------------ Cercano ( Cercana au féminin ) ------------------  thérkano ( thérkana)

à travers ------------------ a través de ----------------------------------------------- a trabés de --------------

 B - Le 2ème cahier pour les prases ( même organisation que précédemment ) comme par exemple : 

Peut-on louer ici, SVP ? -------?Se puede alquilar aqui por favor? ---- ?Sé pouédé alkilar aki pôr fabôr ? 

 C - Le 3ème cahier pour les verbes et la conjugaison, là à vous de voir pour l'organisation...

  II  - Achat d'un petit Berlitz ( Voyager et converser ) : L'espagnol pour le Voyage ( ISBN 2-8315-0765-0 )

  III - Achat d'un livre de conjugaison, le Bescherelle : El Arte de conjugar en español de Hatier www.editions-hatier.fr ( 9782218 922 626 )

  IV - Si possible l'achat d'un livre de cours, l'espagnol facile avec le CD ou cassette correspondant : Méthode 90 -- l'espagnol en 90 leçon et en 90 jours, en livre de poche, par Jacques Donvez --------- Collection Jacques Donvez - Méthode 90 - ISBN 9 782253 000075 avec la version sonore.

L'ami Gilbert d'Ahuy.

6 ème photo : coucher de soleil ce soir à Ahuy, depuis mon bureau....

P1200687P1200688P1200691P1200692P1200726P1130384 [1600x1200]

Posté par AmiGilbertAhuy à 18:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


06 mars 2012

26 -B- Apprendre l'espagnol facilement

- I - Premièrement, allez à la page 6 du petit Berlitz dans la Rubrique " Guide de la prononciation " et passez au moins une semaine, en écoutant un CD ou cassette pour apprendre à dire par coeur certaines lettres bizarres de l'alphabet espagnol, qu'ils ne prononcent pas du tout comme nous en français.... C'est absolument très important pour la suite, si vous voulez que les espagnols vous comprennent un peu...

  Par exemple: le " V " devant le mot se dit comme en français le " B " de bras ou boeuf, mais en plus doux.... Ex: le " Vin " = " El Vino " et se dit: " El Bino " --- Le " D " comme en français, sauf entre les voyelles et les fins des mots, où il se prononce comme le " Th " en anglais...Ex: " Madrid " " Madrrith " --- Le " C " devant le " e " ou " i " devient comme le "Th " en anglais, autrement il se prononce comme le " K " dans le mot " Cap " ...Ex: " Comme " " Como " et se dit: " Kômô ".

  Le " CH " comme le " tch " de " tchèque " Ex: Beaucoup = " Mucho " se dit: " Moutchô " --- Le " G "= 1) devant " e " ou " i " se prononce comme le " R " de " croupe " -- 2) autrement comme " G " dans " Gai " --- " Gu " plus "e" ou "i"se prononce: "Gué" ou "Guy" mais le "U" devient audible devant "a" et "o" Ex: " Gua " se dit Goua et "Guo" se dit Gouo --- Le devant "e" Ex: Général (français) = General (espagnol) se dit: Khénéral Rrénéral ...

   Le "J" se prononce comme le "Rrr" de "Croupe" "Kh" = "Junta" "Khounta" et se dit: "Rrrounta" !

  Les 2 "LL" comme le "Li" de "Lieu" "Ly" Ex: "Appeler" (français) = " Llamar"(espagnol) "Lyamar" "Lillamarr"

  Le "ñ" ou "Ñ" ( ñ, tilde ) se prononce comme en français le "Gn" de "Signe" ou "Ognon" Ex: "Señor" se dit:Ségnôr (Monsieur) (français) ...Etc... voir Guide de la prononciation du Berlitz, page 6 et 7.

   Il faut aussi savoir que les  "Accents" sur le "E" est très peu utilisé en espagnol et que le " E " est prononcé automatiquement : " é " --- Ex : "de" ( en français) = s'écrit " de " (esp) et se dit "dé" et "desde" se dit " désdé ".

  Autres particularités de l'espagnol, l'association des voyelles avec le "N" ne se dit pas comme en français : "On" .. "An" .. "En" mais "Onn" .. "Ann" .. et "Enn" .. Ex : "Avant" (français) = s'écrit: "Antes" et se dit : " Anntès " --- ou autre Ex: "Avec" (français) =  "Con" (espagnol) et se dit: "Konn"...

  Le Berlitz est très bien fait pour cet apprentissage, vous avez 3 colonnes : Une pour le mot français, une pour le mot espagnol et une pour la prononciation du mot en espagnol... Avec Con = Konn

  Commencez pour vous entraîner, en écrivant sur le cahier des mots et en apprenant les expressions usuelles qui sont au départ, derrière la couverture du livre, "expressions qui vous serviront souvent", comme: "Bonjour" = "Buenos dias" , se dit : "Bouénos diass" --- et "Bonsoir" = "Buenas tardes"  se dit "Bouénass tardèss"

P1050754 [800x600]P1200689P1200690P1200697

Ami Gilbert d'Ahuy.

Posté par AmiGilbertAhuy à 10:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 -C- Apprendre l'espagnol facilement

  -- II -- Deuxièmement, continuez en suivant l'ordre du Berlitz...Page 10 ( Quelques expressions courantes ) Page 11 ( Questions? ) etc... et surtout par coeur " Quelques mots utiles " Page 15 et les contraires, Page 14. Il serait bon ensuite, avant de continuer dans cet ordre, de passer auparavant à la Page 150 jusqu'à 158... puis de revenir à la Page 16 et suite... en y allant, vous comprendrez le pourquoi?

   Voilà ! à vous de jouer, si ça vous plaît vraiment et que vous désirez apprendre cette belle langue, vous verrez que ça devient un " Jeu ", un passe-temps comme les autres, tout comme les mots croisés ou bien le Sudoku que l'on pratique seul ! Si vous arrivez un jour à la fin du " Berlitz ", je peux vous assurer qu'il n'y aura plus aucun problème pour vous en Espagne et en Amérique latine de langue espagnole...vers la 30 ème Page, attaquez en même temps le cours " l'espagnol en 90 leçons ", où vous trouverez des nouveaux mots et de nombreuses phrases à rajouter dans vos cahiers...

  " III " Tout ce que j'ai relevé, en écoutant bien les espagnols parlant entre-eux dans leur vie courante, soit dans les Auberges, soit dans les Gîtes, les Bars, dans les Commerces et ailleurs:

   Tout d'abord,  il y a quelques mots espagnols qui reviennent sans cesse dans leurs conversations...

 1) -- " Pero " qui se dit: " Pérô " -- en français cela veut dire " Mais " " Ensuite", il est prononcé en permanence par tout le monde pour, soit faire un pause, pour couper les phrases ou pour passer à un autre sujet... Habituez-vous tout de suite à faire de même, ça plaira sûrement aux espagnols...

 2) -- ! Claro ! = C'est clair !,  ou ! Claro que si ! = C'est bien vrai! C'est très clair!... pour approuver et donner raison à celui qui vous parle, en leur montrant ainsi que vous avez compris!

 3) -- ! Luego ! se dit ! Louégo ! qui veut dire : Aussitôt !- Bientôt ! - Tantôt ! - Après ! - Tout à l'heure! - Ensuite! - Donc ! et c'est souvent présent dans leurs conversations... Particularité de " ! Luego ! : associé avec d'autres mots, il peut encore dire bien différentes choses : " Desde luego" se dit: " Dèsdé  Louégo " = " Bien entendu --- et  " Luego que "   = " Dès que "  ou  " Une fois que ".... --- et " ! Hasta luego ! " = " à bientôt ! ", " Au revoir! " ( non définitif )...

 4) -- ! Mira ! = Vois!  Regarde ! du verbe " Mirar " ( regarder ) et Fig. Penser à...Réfléchis à...Veiller...

 5) -- ! Ahora ! = Maintenant !  à présent !---- !Ahora bien! et  !Ahora mismo! = Tout de suite! à l'instant même!

 6) -- ! Pronto ! == Bientôt! - Tôt! - Vite! - Tout de suite! - Prompt! - Prêt!

  Voilà en gros, les mots que j'entendais le plus souvent en les écoutant bien, amusez-vous à faire de même en les apprenant par coeur et en les utilisant sans cesse, ça interpellera les espagnols... Je peux vous dire que je m'en suis servi de bon coeur! Beaucoup ont été surpris sur le Chemin de La Plata, quand je leur disais que je ne connaissais pratiquement pas un mot de leur langue, trois ans auparavant...

   Autre chose de très important: Il existe une forme de vouvoiement qui est une forme de Respect, dans les conjugaisons des verbes, qui veut dire " Tu " ou " Vous ", au singulier comme au pluriel. On utilise le " Usted " qui se dit: " Ousté " au Singulier, et " Ustedes " qui se dit " Oustédèss " au Pluriel, en abrégé écrire: Ud et Uds, que l'on doit absolument employer à des gens que l'on ne connaît pas ou à des gens qu'on doit respecter ( les enfants par exemple utilisent le vouvoiement avec leurs parents ). Voir Page 60, les pronoms personnels: Je Yo (se dit: Dyo ) --- Tu Tù ( se dit: Tou ) --- il él ( se dit el ) --- Elle Ella ( se dit Eya ) ou il ( impersonnel ) = Ello ( se dit: Eyo ) --- Le Vous au singulier ( Politesse ) = Usted Ud ) ( Ousté ) --- et au Pluriel: Nous Nosotros as - féminin ) se disent: Nosotross et Nosotrass --- Vous Vosotros as féminin ) se disent: Vosotross - Vosotrass --- Ils Ellos ( se dit: Eyoss ) --- Elles Ellas ( se dit: Eyas ) --- Le Vous ( Forme politesse ) = Ustedes ( se dit: Oustédèss ).

P1200586P1200729P1200733P1200734

Ami Gilbert d'Ahuy.

Posté par AmiGilbertAhuy à 18:59 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

07 mars 2012

26 -D- Apprendre l'espagnol facilement

  -- IV -- La Conjugaison des Verbes:

   Peut-être la partie la plus ardue de l'apprentissage, cela a été le cas personnellement. Comment partir ?:  Je rappelle que l'emploi des pronoms " Je,tu, Il, elle, nous, vous, ils, elles sont très peu utilisés chez les espagnols, sauf Usted et Ustedes.... Ex: " ! Yo soy Gilberto ! " devient : ! Soy Gilberto ! = Je suis Gilbert! on oublie le pronom... et avec Usted "! Podria usted hablar mas despacio por favor! " = " Pourriez-vous parler plus lentement SVP ! au Singulier (Politesse).

  Il faut déjà savoir qu'il existe 2 Verbes " Être " et 2 Verbes " Avoir " ! Curiosité de la langue espagnole, je pense qu'il faut absolument dès le départ, apprendre déjà par coeur ces 2 verbes à tous les temps, avant même d'étudier les autres...

  Le verbe Être:

  1) " SER " " ÊTRE " dans le sens définitif: !Soy Gilberto! Je suis Gilbert! --- ! Es guapa (gouapa) = Elle est jolie ! ...

  2) " ESTAR "" ÊTRE" qui indique le Lieu, la Direction ou l'Action passagère; Ex: ! Estoy aqui ! " = " Je suis ici " ( en ce moment ) --- " Estoy (Estoill) en (enn) el Madrid " (Madrrith) = Je suis à Madid " ( en ce moment passager ) --- " Estoy en el camino " Je suis sur le Chemin ( c'est passager... )

   Localisation dans le temps: " Estamos en Verano " " Nous sommes en été "

   Ètat accidentel et passager: " La casa està sucia " = " La maison est sale" 

   Exprime un sentiment passager: " Estoy contento " = " Je suis content "

   Devant un participe passé, traduit le résultat d'une action: " La puerta està cerrada" = " La  porte est fermée "

   D'un état physique:  " Estoy malo o enfermo " " Je suis mal ou malade " --- " Estoy bueno " " je suis bien, guéri" " ! Estoy listo ! = Je suis prêt! ...etc...

  Le verbe Avoir:

  1) " HABER " " AVOIR " c'est le Verbe Auxilliaire qui sert uniquement pour les Conjugaisons, Ex: " He cortado ""J'ai coupé"

  2) " TENER " "AVOIR "  c'est le Verbe Avoir dans le sens " Possèder ": Ex: " Tengo un libro " ( Tenngo oun libro ) " J'ai un livre " ( je possède un livre ) 

      " TENER " " AVOIR " pour décrire un besoin physique : Ex: "Tengo hambre " " J'ai faim " ou " Tengo sed " "J'ai soif "... voir quelques précisions en plus Page 13 du Berlitz ( Avoir et Être ).

   Pour apprendre ces 2 Verbes par coeur, je me suis fait un petit pense-bête sur une feuille 21/27 avec les 2 Verbes Être et Avoir  à la 1ère Personne de tous les temps et en seconde partie, à toutes les Personnes... à chacun sa méthode bien sûr! Mais personnellement ça m'a bien aidé dans les premiers temps... voir dans les photos ci-dessous, c'est très pratique! Ensuite je pliais cette feuille que j'emportais sur moi dès que j'allais en Espagne...

  Apprendre au début les Conjugaisons, cela peut être assez fastidieux et demande un certain temps pour tout assimiler, surtout les Verbes irréguliers...: Alors un petit truc qui pourra vous tirer d'affaire au départ de votre apprentissage, ce petit truc m'a été donné par le charmant couple espagnol, Santos et Mercedes de Pampelune: Si on a un trou parfois et on ne se rappelle plus du " temps " conjugué, ne vous cassez-pas la tête, c'est très simple: Parlez au Présent en ajoutant: " Aujourd'hui -- Hier -- ou Demain,  par exemple:

  " Marcho en el Camino hoy " " Je marche sur le Chemin aujourd'hui "

  " Marcho en el Camino ayer " " Je marche sur le Chemin hier "

  " Marcho en el Camino mañana " " Je marche sur le Chemin demain "

  C'est aussi simple que cela, et croyez-moi, les espagnols vous comprendront en toutes circonstances...c'est du vécu!

P1060045 [800x600]P1200693P1200735P1060806 [800x600]

Ami Gilbert d'Ahuy.

Posté par AmiGilbertAhuy à 12:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 -E- Apprendre l'espagnol facilement ( Fin )

   Au départ, dans vos débuts avec cette langue, vous aurez beaucoup de mal avec les espagnols pour les comprendre, d'une part, ils parlent bien trop vite, surtout les dames! sans parti pris, je vous le dis!  Vous vous en rendrez compte vous-même sur place, elles parlent bien trop vite et fort ! à mon goût! Ole !...

  Alors un autre petit truc que j'ai découvert un jour en l'utilisant spontanément dans une Auberge de pèlerins où je ne comprenais pas deux dames espagnoles, alors apprenez par coeur la phrase suivante:

  " ? Podria Usted hablar mas depacio, por favor ? " = Pourriez-vous parler plus lentement, SVP? " c'est Magique! Dans toutes vos questions aux espagnols, quel que soit l'endroit, n'oubliez jamais d'ajouter " !? Por favor !? ""SVP"

  Un autre truc pour apprendre sur place chaque jour un petit peu de cette langue: n'hésitez-pas dans les Magasins, Grandes Surfaces, Bars, Restaurants etc... Quand vous ne savez pas dire un mot en espagnol pour désigner une chose... Vous dîtes tout simplement en montrant du doigt une chose désignée:

  " ? Podria Usted me decir que es esto ou esta? eso? " ! Por favor ! "" Pourriez-vous me dire ce que c'est ceci? cela? ! SVP !  "... Ou bien : " ? Como se dice (ditché ) esto, esta ou eso, esa ? " Por favor ! " ( le "a" donne le féminin ) " Comment se dit ceci, cela ? " "SVP! " 

   Et n'oubliez-pas de le noter assez rapidement sur votre petit carnet de route, que vous reporterez plus-tard sur vos cahiers à votre retour chez-vous... Parfois même, le long de mes chemins, j'ai pris le temps de m'arrêter pour prendre mon petit Dico, pour noter une plante, une fleur, un insecte, un animal, un arbre etc...etc... ainsi peut se faire ce long apprentissage autodidacte! 

   Autre chose déjà signalée: à chacune de vos questions ou demandes de renseignements, n'oubliez jamais de terminer vos phrases par le SVP ? " ?  Por favor ? " c'est très important, ils apprécient toujours cette politesse...

   Enfin! pour en terminer avec ma petite méthode d'apprentissage rapide, et mes petits trucs pour apprendre assez rapidement l'essentiel de cette langue espagnole, bien sûr, on ne parlera pas couramment cette langue, je pense qu'il faudrait vivre sur place plusieurs Mois, c'est ensuite la meilleure des méthodes, un dernier petit truc pour bien cerner cette langue après quelques Mois d'apprentissage, il existe des petits livres de poche écrits dans les deux langues, page de gauche en espagnol, page de droite, la traduction en français... j'ai trouvé cela excellent et amusant à la fois, avec bien entendu un petit Dico sous la main et vos cahiers de relevés de mots et de phrases surtout! car les espagnols ont parfois des tournures de phrases qui n'ont rien à voir avec une traduction littérale en français.

   Vous avez par exemple: " Vu des toits " " Desde los tejados " de Manuel Vasquez Montalban. Code ISBN: 2-266 - 136364 - 4 Langue pour tous -- Bilingue -- Pocket.

   Alors, si vous voulez tenter cette aventure,  d'une part pour vous enrichir intellectuellement, pour mieux apprécier vos aventures sur des caminos espagnols ou tout simplement pour vous décider à aller en vacances dans cette belle   Espagne. Vous verrez, vous apprécierez bien plus vos séjours dans ce merveilleux Pays du soleil, des tapas, platos, sangria et de bien d'autres choses... L'Espagne étant notre proche voisine du Sud, si proche de nous!

   Et si vous avez apprécié ma petite Méthode, si cela vous a servi à quelque chose, n'hésitez pas à me signaler d'autres petits trucs, dans un petit commentaire ci-dessous, ou à la communiquer à des ami(e)s ou à des proches... En vous adressant à des espagnols lors d'un séjour en Espagne, vous aurez peut-être une toute petite pensée pour l'ami Gilbert d'Ahuy.

P1060818 [800x600]P1200696P1200694P1200695

Ami Gilbert d'Ahuy.

Posté par AmiGilbertAhuy à 18:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


18 mars 2012

27 - 1 - Pour ou contre un grand parapluie sur les grands Chemins ?

 P1180375 [1024x768]P1210166

   Ce nouveau message tombe à pic! c'est un vrai déluge aujourd'hui en Côte d'Or...!

   Bien entendu, tous les textes qui vont suivre au sujet du grand parapluie, ne vont pas être écrits pour essayer de convaincre qui que ce soit, ni même pour un quelconque sponsor ou fabricant de parapluies... bien que j'aie déjà convaincu plus d'un pèlerin sur mes Chemins... Chacun étant libre de s'équiper comme il entend, pour réaliser ses grandes Aventures sur ces longs chemins de Saint-Jacques, de Rome, de Jérusalem, de Trek en Afrique ou même d'ailleurs...

  Je n'avais jamais utilisé auparavant un parapluie dans la pratique de la Randonnée de plusieurs jours et plusieurs semaines,  je n'utilisais, comme la plupart des marcheurs, cette désagréable cape que j'ai tant haï !

   En effet, quand il pleut et qu'il fait assez chaud, c'est horrible, on est très vite trempé de sueur et on étouffe à l'intérieur de ces sacrées capes...parfois, toujours quand il fait chaud, vaudrait mieux être carrément mouillé par la pluie que par la sueur, l'avantage c'est que ça lave et ça purifie en même temps!

   Et quand il pleut et qu'il y a aussi de forts coups de vent, ça gène terriblement pour marcher correctement et ça fait même trébucher. Enfin! ça se déchire régulièrement... mais me direz-vous! comment tenir ce grand parapluie dans ces moments-là? C'est simple " si on veut! ", accrocher son bâton télescopique sur son sac à dos, puis tenir le haut du manche fermement avec une main, droite ou gauche, selon la direction du vent, le plus près des baleines... et avec la main disponible tenir la poignée du manche, puis il faut orienter son parapluie contre le vent, à l'inverse de la planche à voile, pour ceux qui en ont fait, et laisser votre parapluie s'écraser contre vous ou contre le sac à dos. Il suffit donc ensuite de jouer avec le vent avec votre poignée, c'est parfois très amusant et ça s'apprend assez rapidement... bien sûr, vous ne protégerez que du haut jusqu'à mi-cuisse ( en cas de vent fort ), avec une cape, le bas se mouille aussi!

   Quand c'est un  régime de courtes averses orageuses, entrecoupées de belles éclaircies sous un soleil brûlant, on prend très vite chaud avec une cape, il faut donc sans cesse descendre le sac à dos, enlever la cape, la ranger très souvent trempée, et dix minutes plus tard, recommencer l'opération inverse...j'ai vu souvent des amis pèlerins le faire sur le Chemin des français et le Chemin du Nord...résultat, j'arrivais souvent avant tout le monde dans les Auberges.

   Avant de partir pour ma première pérégrination à Compostelle en Avril 2001, j'avais donc décidé de faire l'achat d'un grand parapluie de Golf, que l'on trouve dans tous les grands Magasins de Sport, et de porter quand-même ma cape dans mon sac à dos...cape que j'ai traînée de Dijon jusqu'à Lyon, chez une de mes filles, ayant eu sur ce parcours un vrai temps de chien, pluie, neige, grêle et vent, tout mélangé, et très heureux sous mon grand parapluie! Il venait de faire ses preuves et n'avait pas fini de m'étonner pour bien d'autres utilisations...

   Pourquoi un grand Parapluie de Golf ?... tout simplement parcequ'il couvre très large et qu'il est à la fois très léger et surtout très résistant, la preuve: mon 1er parapluie a rendu l'âme au bout de cinq belles Années de service, sur le Chemin de La Plata, la veille d'arriver à Santiago, après ces 5 années de bons et loyaux services...par tous les temps! Mon 2ème est toujours en vie, un peu usé et fatigué tout de même, tout comme son propriétaire d'ailleurs...

   Les premières années, mon grand parapluie étonnait sur les grands Chemins et a bien amusé beaucoup de gens que je rencontrais dans les villes et villages que je traversais et de nombreux pèlerins peu convaincus par l'efficacité de ce parapluie-ombrelle; d'ailleurs je n'étais pas le seul dans ces époques-là à utiliser un parapluie comme ombrelle, l'amie Sonia Poussin dans Africa Trek 2, en a acheté un à Nairobi en 2002 je pense, un beau parapluie avec une mappemonde, voir photo dans ce livre, comme elle a eu bien raison pour traverser ces Déserts qui longe le Rift Africain, surtout dans la Vallée de la Suguta, la Death Valley de l' Afrique de l'Est, parapluie qui les a bien protègé, (Sonia et Alexandre Poussin), face à des vents de sable. Très peu de pèlerins l'utilisaient à ce moment-là, qu'importe, je suis reparti chaque année sur mes chemins avec mon inséparable ami le parapluie, que j'ai si souvent remercié et béni, dans bien des circonstances...voir dans un prochain Article.

  Et je peux vous affirmer avoir vu fleurir ces parapluies peu à peu sur ces grands Chemins, peut-être ai-je réussi à convaincre certains et certaines, car j'ai reçu plus tard chez moi, des photos d'amis pèlerins rencontrés ça et là, portant fièrement un grand parapluie-ombrelle! acheté pendant leur pèlerinage. Alors fabricants de parapluies de Golf français, qu'attendez-vous pour faire de la PUB sur vos parapluies dans mon blog, et d'en créer avec des coquilles Saint-Jacques... voir modèle dans mes photos...Hihihihi... le Parapluie de l'Ami Gilbert!

Ami Gilbert d'Ahuy

75 [800x600]chemin du levant 084 [800x600]73 [800x600] [800x600]chemin du levant 087 [800x600]chemin du levant 218 [800x600]

P1220278 [1024x768]Numériser0046 [1024x768] [800x600]

  Vous voyez déjà un aperçu des différentes utilisations de ce grand parapluie, qui me sert à la fois d'ombrelle, de protège-vent, de sèchoir à linge, d'abris de fortune sous la pluie, de boucliers contre les chiens hargneux et enfin de parapluie le cas échéant....

Ami Gilbert d'Ahuy.

Posté par AmiGilbertAhuy à 17:43 - - Commentaires [23] - Permalien [#]

19 mars 2012

27 - 2 - Pour ou contre un grand Parapluie sur les grands Chemins ?

  Plusieurs personnes, et surtout des pèlerins, m'ont dit qu'un grand parapluie devait être bien encombrant à porter, qu'il devait se retourner lors de forts coups de vent, ou bien au passage de gros camions ou Bus, lorsqu'on est obligé de longer des grandes Nationales et enfin, qu'il faut le porter quand on en a pas besoin etc...

  Eh bien, c'est vrai que c'est un long apprentissage, je vous l'accorde, il suffit qu'avec toutes les situations que l'on rencontre le long de nos Chemins et tous les évènements climatiques, d'apprendre au fur et à mesure, soi-même, à bien l'utiliser... mais croyez-moi, vu toutes les nombreuses utilisations qu'on découvre chaque jour, je pense que ça vaut la peine d'essayer un jour, lors de randonnées proches de chez-vous...

  Il vous protège aussi bien de la pluie, que de la grêle, de la neige, du vent glacial, de la poussière et vents de sable, des chiens hargneux que l'on rencontre assez fréquemment sur nos Chemins, ce n'est pas une légende ! il vous sert également de double canne, pour les passages difficiles, torrents, petits ponts de fortune, pentes sévères... et aussi de parasol ou ombrelle, sous un soleil brûlant, sur des chemins interminables dans des sierras ou pampas désertes, où il n'y a pas un seul arbre à perte de vue, et où l'ombre n'existe plus, que sa propre ombre! Lors des pauses, dans des zones désertiques sans aucuns abris, de séchoir à linge, un tee-shirt humide sèche en moins d'un quart d'heure! quand il fait très chaud et sec, le temps d'une pause repas ou d'une petite sieste... Ah ! j'oubliais...c'est très pratique pour prendre des photos sous la pluie ou la neige, voire même face au soleil ! en sur-exposition,et je dois en oublier, c'est sûr, comme par exemple de paravent ou parasol lors des pauses et de bivouacs au clair de lune...

   Il vous offre de l'air conditionné, parfois légèrement frais quand on marche sous un soleil de plomb! En effet, j'ai constaté plusieurs fois, sur des plateaux à plus de 700m, il suffit d'une très légère brise pour avoir un peu d'air frais sous le parapluie, en marchant parfois vers 14 h sous une vraie fournaise et qu'on transpire ! J'ai encore vu il n'y a pas bien longtemps à la télé, des reportages sur la 5,  que les asiatiques et les sud-américains l'utilisaient encore très fréquemment pour travailler sous le soleil...Donc! je n'invente rien!

   Il m'a servi également d'abri coupe-vent lors de bivouacs au clair de lune, lorsqu'il y avait un petit vent frais qui se levait la nuit. Il suffit dans ce cas-là de disposer de quelques petits cordons pour le maintenir après le sac à dos ou après des branches basses de chênes-liège ou autres buissons et ça vous fait une mini-tente...

   Enfin, quand on n'en a pas besoin sur des chemins plats et temps couverts, ou le matin de bonne heure, il suffit de le mettre avec le bâton de marche télescopique dans les anses du sac à dos sur la poitrine, et de pouvoir poser ainsi vos bras dessus. Gros avantage : ça repose énormément en favorisant la circulation du sang et cela désenfle ainsi vos mains... on peut également alléger le poids du sac, en faisant une très légère pression dessus... c'est d'ailleurs en recherchant dans mes albums photos sur mes Chemins que j'ai remarqué que je pratiquais cette utilisation très souvent, prises par des amis pèlerins de rencontre, et il y a là forcément une raison...

 Dans Afrika Trek d'Alexandre et Sonia Poussin, l'amie Sonia aurait bien apprécié son parapluie orné d'un globe où elle pouvait montrer aux enfants d'Afrique d'où il venait à pied et où il vivait... et dans " Un Chemin de promesses " d'Èdouard et Mathilde Cortès ( 6000 km à pied et sans argent, de Paris à Jérusalem ), on peut lire dans le paragraphe du 149ème jour( 3968 km )ceci: Le parapluie fait aussi des merveilles. Comment n'y avions-nous pas pensé plus tôt? Notre amie Karen, qui avait fait la route de Jérusalem, nous l'avait pourtant conseillé. Nous avions doucement rigolé. On se croit toujours plus malin. Chacun y va de son couplet sous la pluie: " Un p'tit coin d'parapluie... ".... etc...

   Il est tout à fait clair, que si je repartais un jour sur un grand Chemin, je ne partirais plus sans mon fidèle ami le Parapluie--Ombrelle--parasol--paravent--anti-vent--anti-poussière--bouclier--canne--repose-bras--sèche-linge--mini-tente...etc...etc...

Ami Gilbert d'Ahuy.

Numériser0059 [1024x768] [800x600]P1020663 [1024x768] [800x600]P1050850 [800x600] (2)P1060837 [800x600] [800x600]P1060688 [800x600]P1060843 [800x600] 

  Les français n'ont pas de pétrole...mais ils ont des idées...un grand Parapluie à tout faire!

 

P1170313P1170125 [800x600]

  Mes amis allemands, les Karsten ( Maria et Horst ), l'ont adopté, après les avoir convaincu, et mes premiers amis pèlerins Jean-Claude et Maïté Bruneau de Nantes ont fait de même, rencontrés en Avril 2001... et bien d'autres dont je n'ai pas les photos...à moins que je les reçoivent un jour...Qui sait?

  Ami Gilbert d'Ahuy. 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Posté par AmiGilbertAhuy à 15:21 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

27 - 3 - Mon Parapluie sert de bouclier contre 3 molosses...

   Lors de mon premier voyage en direction de Compostelle en Avril 2001, je gravis vers Midi le Chemin des Lyonnais, dans les gorges de la Loire, je suis juste au-dessus de La Voûlte-sur-Loire, le coin est splendide avec une superbe vue sur la vallée en contre-bas, quand celui-ci débouche sur un chemin de terre sur ma droite, venant d'une ferme. Je suis seul bien sûr sur ce Chemin dans un silence total, quand tout à coup j'entends le bruit d'une meute au galop, me retourne et j'ai juste le temps de voir débouler trois énormes chiens qui se met à aboyer sinistrement...sur le coup, je vous assure que ça surprend son homme!

   Le 1er, un chien loup aux crocs impressionnants, le chef sans aucun doute, n'est plus qu'à quelques mètres de moi... par chance à ce moment-là je tenais mon parapluie avec une main qui me servait de 2ème canne pour m'aider dans la montée. Instantanément il me prend brusquement l'idée de l'ouvrir pour m'en servir comme bouclier, tout ceci se passe en quelques dixièmes de secondes...ce qui a pour effet de stopper net le molosse en tête, qui très surpris, tente tant bien que mal de freiner sa course, les 2 autres compères s'écrasent presque sur lui!  un vrai dessin animé... j'en profite pour écarter un peu mon parapluie, et désolé pour la SPA, j'assène de toutes mes forces mon bâton télescopique sur le museau du chef de la troupe! le coup fait mouche, il grogne de douleur, fait brusquement demi-tour et retourne directement d'où il venait, sans demander son reste...

  Bien sûr, les deux autres acolytes n'attendent pas de recevoir eux aussi mon bâton sur le museau...ils font demi-tour et filent derrière la queue entre les pattes...en se disant j'ai imaginé: " Voilà un drôle de pèlerin! Pas commode cette espèce humaine... Sic! "

  Voilà, une de mes premières frayeurs sur ces grands Chemins, ce ne sera pas la seule... Ouf ! J'ai bien cru ce jour-là que mon Chemin s'arrêterait-là...si près du Puy-en-Velay...Merci mon grand parapluie-bouclier!

Ami Gilbert d'Ahuy.

Copie de m_29448836_0[1] [800x600]P1050720 [800x600]P1080184 - CopieP1170676 [800x600]

Sur la 1ère photo, ce brave toutou qui gardait ces moutons un peu plus loin dans un pré, est venu tout doucement, accroupi comme un indien, gentil tout plein, pas comme les 3 molosses de ma petite anecdote ci-dessus ... Eh bien! je ne suis pas un sauvage tout de même... Celui-là a eu droit à 2 carrés de chocolat et un p'tit BN... Non mais!

Posté par AmiGilbertAhuy à 17:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 mars 2012

27 - 4 -Mon grand Parapluie et mon feutre noir dans la tempête!

   Après Santiago-de-Compostela il y a encore 3 étapes pour environ 90kms pour arriver à l'Océan Atlantique au Cabo de Fistera, là où comme le veut la tradition, les pèlerins brûlaient leurs vêtements et se purifiaient dans l'Océan... C'est un voyage que je conseille vivement à tous les pèlerins, tant pour sa beauté que pour la tradition, les pèlerins finissaient tous leur grand voyage au Cap Finistère espagnol et cela finit vraiment votre merveilleuse Aventure à Saint-Jacques, faut le dire!

   Le jour de la dernière et ultime étape, au beau milieu du trajet arrive une véritable tempête qui débarque de l'Océan, un vent à décorner des boeufs et un véritable déluge au milieu des bourrasques.  Je n'avais jamais affronté un tel temps sur mes chemins...

   Derrière moi trois sud-américains que j'avais rencontré dans les deux Auberges depuis Santiago, trois pèlerins très sympathiques, un de São Salvador de Bahia et les deux autre de São Paulo du Brésil, dont un parlait un peu l'espagnol;  il faut savoir qu'au Brésil on parle le portugais. Les trois compères me suivent depuis un petit moment, luttant eux aussi contre les éléments déchaînés, et il y a celui de Bahia qui parie un repas au Restaurant avec les deux autres, que le sombrero negro  (feutre noir) et le grande Paraguas (grand Parapluie) de l'amigo Gilberto s'envoleraient tous deux, bien avant Cabo Fisterra....

   Eh bien que nenni! J'avais eu la bonne idée de coudre une sangle à mon chapeau, et une fois passée derrière les oreilles, ça ne bouge plus! et mon grand Parapluie écrasé contre moi dont je jouais avec le manche... tout l'ensemble est arrivé à bon port, c'est le cas de le dire, parcequ'on arrive au Port de Cabo Fisterra !

   Bien entendu mon pantalon était quasiment trempé ainsi que mes chaussures qui faisaient flic-floc à chaque pas, dans 10 cm d'eau par endroits... Par contre, tout le dessus est pratiquement sec!  Alors que les trois amigos brésiliens étaient eux, trempés comme des soupes ( je crois qu'en espagnol on dit : hecho como una sopa! )... Bien sûr, les capes totalement déchirées...

   Ce qu'ils ont surtout admiré, c'est ma technique pour tenir le parapluie contre le vent, surtout à la fin de l'étape, le Chemin longe l'Océan... où j'ai eu beaucoup de mal à avancer, mais d'un autre côté, j'ai eu l'impression d'inventer un nouveau sport, je vous avoue avoir bien rigolé malgré ces bourrasques mouillées, c'est fort amusant ! 

Le soir, alors que je cuisinais dans la cuisine avec vue sur la grande salle, où nos trois acolytes buvaient une bière avec les deux hospitaléros espagnols... Celui de Bahia, s'est levé et imitait l'amigo Gilberto au milieu de la tourmente... les autres riaient comme des perdus ! et moi aussi........... En attendant, il devait un repas à ses amis...

Je pense qu'à leur retour au Brésil, en parlant de cette tempête, ça a dû rire un bon coup dans les chaumières....

Ami Gilbert d'Ahuy.

P1170758 [800x600]P1170759 [800x600]P1180092 [800x600]P1190817 (2) [800x600]

1) Le pèlerin brûlant ses chaussettes usagées au Cabo de Fisterra -- 2) Mon ami parapluie face à l'Océan Atlantique -- 3) Sur le Chemin de la Plata avec Bruno l'allemand et Remza et Ugolina les italiennes -- 4) Sur le Chemin du Nord en 2007, juste avant Deba, sous une petit bruine...

Ami Gilbert d'Ahuy.

Posté par AmiGilbertAhuy à 16:37 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

03 avril 2012

28 - A - Le foulard du Col du Pico de la Dueña.

   Le 9 Juin 2006, il fait un temps magnifique et je suis sur le Camino de la Plata et du Mozarabe dans l'étape de Fuenterroble à San Pedro de Rosados, dans une zone quasi désertique, sur une bonne trentaine de kilomètres, je ne rencontre ce jour-là qu'un berger espagnol et son énorme troupeau de mouton... 

   Dès le départ de Fuenterroble on est très vite sur un Camino rectiligne et sans fin d'environ 8 à 9 km, dans une sierra grillée par le soleil, où je rencontre ce berger et son troupeau d'une centaine de moutons que 2 gros chiens poussent à l'arrière en jappant... Je laisse passer tout ce beau monde enveloppé dans un énorme nuage de poussière qui me vient dessus poussé par un petit vent, grâce à Dieu j'ai mon grand parapluie où je m'abrite derrière, en attendant sagement sur le côté, dans un petit coin... Puis je les laisse partir dans le lointain, j'attend que la poussière tombe et reprends mon petit bonhomme de chemin... 

   Au bout de cette belle pampa plate, cela grimpe gentiment et j'arrive au pied d'un Col où je trouve quelques petits sapins pour faire une petite pause. J'attaque ensuite le Col du Pico de la Dueña qui est couronné d'une multitude de gigantesques éoliennes... 

   Très rapidement cela monte un sacré coup sur un chemin rocailleux, il fait une chaleur orageuse ce matin et je suis très vite trempé de sueur... Quand brusquement je me trouve au milieu d'un énorme nuage de toutes petites mouches extrêmement désagréable... cela devient très vite un enfer ! une vraie séquence de film à la Indiana Jones ! Elles essayent à tout prix et par tous les moyens d'entrer dans tous les orifices du visage : la bouche, les narines, les oreilles et les yeux... c'est vraiment désagréable... j'ai beau essayer de les chasser avec mes mains, rien à faire, c'est épouvantable! ...

   Alors tout à coup me vient l'idée d'ouvrir mon fidèle et grand parapluie et de m'en servir de bouclier, je fonce cette fois dans le tas et chasse tant bien que mal les quelques malignes qui arrivent à contourner l'obstacle, ça va quand-même beaucoup mieux...

   Quand il me vient à l'esprit l'image d'un cow-boy qui porte un foulard sur visage et je décide d'en acheter un dès que possible. Je continue de monter une cinquantaine de mètres dans cette purée de petites mouches, quand brusquement,  miracle ! que vois-je ? un beau foulard rose en soie de dame, accroché dans les ronces d'un petit buisson !!! Je m'arrête et saisis vivement ce beau foulard tout en chassant la horde de ces sales petites poisons et m'empresse de le mettre à la cow-boy en couvrant bouche, narine et oreilles... J'enfonce mon vieux feutre noir sur la tête je mets mes lunettes de soleil sur le nez... Ouf ! me voilà quand même plus tranquille...

 Le plus extraordinaire dans cette petite aventure, c'est que 5 mn seulement après m'être dit que j'avais été idiot de ne pas avoir pris un foulard dans mon sac à dos, vu le poids insignifiant d'un foulard, casé dans une des poches du sac, ça ne prend pas de place, c'est de tomber nez à nez avec un foulard de dame accroché après des ronces! Fallait le faire... une chance sur 1000, que ça arrive juste à ce moment-là, dans une zone désertique! C'est un petit conseil que je vous donne, surtout sur les chemins en Espagne, où la poussière vole dès les premiers coups de vent! C'est très désagréable...et un petit foulard vous permettra de mieux respirer dans ce cas-là!

   Arrivé presqu'en haut du col à 50m du sommet, où le vent était bien plus fort, ces sales petits bêtes disparaissent enfin juste au pied des premières éoliennes... Je découvre alors un magnifique paysage, la région est superbe vue de cette hauteur. J'enlève ce merveilleux foulard tombé du ciel ou d'ailleurs... peut-être a-t-il été porté jusque-là par le vent ? Ou tombé d'un sac d'une peregrine ? Va savoir ?

   Je lève alors la tête vers le ciel bleu azur et m'exclame : Merci cher ami Saint-Jacques!

   Juste avant la descente et près d'une éolienne, il y a une belle roche plate à l'abri d'un chêne-liège où j'ai pu faire ma pause repas et une bonne sieste bien méritée avec le bruit reposant des énormes hélices... Chut !!!

Ami Gilbert d'Ahuy.

P1180223 [800x600]P1180225 [800x600]P1180226 [800x600]P1200793

                                                -------------------------------------------------------

                                                            Parapluie mon bel ami,

1 -------- Parapluie mon bel ami, --------- Tu me suis à l'infini, --------- Sans toi je ne suis pas bien, ------   Le bonheur c'est vraiment rien.

2 ------ Qu'il soit bleu ou bien gris, ------ Nous seront toujours amis, ------ Un p'tit coin de Paradis, ---  Me suffit quand tu souris.

3 -- Tu as subi tous les temps, --- Bien souvent fin du Printemps, --- La pluie, la neige et le vent, ---    Le Soleil, tu es présent.

4 --- Tu me sers de parasol, ---- Lors d'une pause à même le sol, ---- Dans une sierra désertique, ---  Tu es un ami magique.

5 --------- Ton emploi est multiple, --------- Je suis fidèle disciple, --------- Suis-je le seul à te louer ? ---- Secret à ne pas garder.

6 ---- Poème pour un parapluie, ---- Tu n'existe que pour la pluie, ---- Mais tu m'as tellement aidé, ---  Tu mérites d'être loué.

7 ------ Sous un coin d'mon parapluie, ------ Ma passion est infinie, ----- Je suis le Roi du Monde, -----  Sur cette belle Planète ronde...

                                                           Ami Gilbert d'Ahuy, écrit le 22 Juin 2010.

Posté par AmiGilbertAhuy à 18:54 - - Commentaires [11] - Permalien [#]